Veuillez ne pas quitter…
de Yvette Gremillon



- Veuillez ne pas quitter, nous vous invitons à patienter en musique,
La ligne est occupée depuis plus d'un quart d'heure. A présent que ça sonne, il faut encore attendre !
Agacée, elle pose rageusement le combiné sur la table basse, actionne la touche « mains libres » et continue de noter les quelques informations nécessaires à cet entretien téléphonique particulièrement important.
A cet instant précis, elle ne sait pas encore que la musique d'attente va changer le cours de son existence. Dès la première note, c'est le choc ! Troublée, interloquée, elle n'en croit pas ses oreilles. Son stylo glisse de ses mains, roule sur le parquet et achève son parcours derrière une chaise. Elle ne l'arrêtera pas. Elle est tétanisée ! Cette musique qu'elle croyait n'exister que dans son imagination, cette musique est bien là, elle l'entend à nouveau.
Le regard fixé sur le téléphone, elle ne fait pas un bruit, elle boit la musique qui la remue toute entière.
Quand avait entendue cette mélodie ? C'est si loin, où était-ce ?
Dans un berceau en osier recouvert de dentelles jaunes, un bébé fait des caprices, ne veut pas de cette tétine, sa préférée pourtant ! Il pleure. Comme un appel au secours. L'appareil musical fixé au-dessus de sa tête est actionné. Il rejette avec la force de ses petites mains joufflues les petites miniatures qui dansent en faisant des ronds.
Ce n'est pas cela qu'il veut !
Assise sur une balancelle à l'ombre des branches protectrices d'un figuier, une main douce fait faire à ce berceau des mouvements d'avant en arrière. Et voilà qu'il entend fredonner sa musique. Il se calme. La cadence s'harmonise à la mélodie.
Son visage devient serein. Il fait beau, il n'a pas chaud. Elle veille à ce qu'il ne soit pas exposé à la lumière aveuglante. Lui aussi bénéficie de la protection des branches de leur arbre.
D'autres images… Tout est si flou.
Quelqu'un est là, le prend dans ses bras, le cajole, passe les doigts avec tendresse dans ses cheveux bouclés, il en a beaucoup pour son age. Cette sensation lui procure un bien être. Il entend encore cette mélodie. Les pleurs cessent presque instantanément.
Quelles sont les paroles de cette musique. Y en avait il ?
- Ne quittez pas, ne quittez pas ! Nous allons prendre votre appel.
Non ! Elle ne veut plus de l'interlocuteur, il ne faut pas que cette musique cesse. Elle veut aller plus loin dans sa mémoire.
La musique d'attente revient en force et elle perçoit des mots : jasmin, été, nuit…
Le bébé va fermer ses yeux, des bras le remettent dans son lit douillet, le recouvre d'une petite laine jaune et bleue et le borde, tandis que le fredon ralentit.
Alors le bébé se remet à pleurer, il redemande cette air là. On ne le grondera pas. On lui remettra sa tétine.
Des bras le soulèvent à nouveau, le sortent du berceau, ces mêmes mains douces l'aident à nicher sa tête blonde au creux de son cou à la peau lisse et au parfum généreux.
Il s'abandonne, confiant, se laisse bercer. Il ne bougera même pas lorsqu'un objet métallique à l'oreille de l'invisible le gênera.
Il ne voit pas, ne distingue pas. Qui est ce ?
Cette musique le berce à nouveau. Il ne veut pas encore dormir, il est bien tout contre elle. Elle, mais qui est Elle ?
Un signal d'occupation, la musique s'est arrêtée, l'opératrice a raccroché. L'entretien téléphonique a perdu toute son importance.
Perdue dans ses souvenirs, elle est nostalgique. Elle sait à présent que cette musique existe. Elle va être le point de départ de ses recherches. Elle va fouiller dans sa mémoire.

Fin


Retour au sommaire