Docteur Mambala
de Wilfried Hermann



Si vous lisez les annonces des journaux gratuits, vous avez sûrement déjà vu son nom. C'est parfois une affichette rose ou jaune, mal imprimée, collée sur un poteau électrique ou sur la vitre d'une cabine téléphonique. C'est aussi un prospectus échoué dans votre boîte aux lettres. Le Docteur Mambala peut résoudre tous vos problèmes. C'est son métier. C'est ce que dit l'annonce. Ou le prospectus.
Amour, affection, fidélité absolue, retour immédiat de l'être aimé, mariage, chance, désenvoûtement, examens, concours, travail, succès… Il peut tout faire. Consultez le Docteur Mambala. Consultez un gourou africain. Consultez un spécialiste des travaux occultes. Il est la solution à tous vos problèmes. Votre sauveur. Déposez un billet de vingt euros dans le petit panier en osier placé devant vous et posez votre question. N'hésitez plus.
Le Docteur Mambala n'est pas n'importe qui. Il a obtenu son bac avec mention et fréquenté la faculté de médecine de Lyon. Mais n'essayez pas de savoir combien de temps ont duré ses études. Il est très vague sur ce sujet et se fâche lorsque l'on met en doute ses compétences. Il a étudié longtemps, très longtemps. Il l'affirme avec un tel aplomb qu'il ne faut pas songer à le contredire. Oh non.
Le Docteur Mambala connaît l'anatomie et possède un exemplaire du Vidal. Edition 1995. Oui, elle est ancienne. Mais le corps humain n'a pas changé en dix ans non ? Et puis si vous souffrez de l'appendicite ou d'une côte cassée, le Docteur Mambala ne pourra rien pour vous. Ce n'est pas sa spécialité. N'insistez pas.
Le Docteur Mambala n'est pas un charlatan. Oh non ! Les charlatans ce sont les autres. Pas lui. Le Docteur Mambala a pignon sur rue. Oui, il obtient des résultats. Il vous montrera les cartes de remerciements que lui envoient ses clients satisfaits. Des clients illustres.
Des Chefs d'Etat viennent le consulter avant de prendre une décision importante, des acteurs de cinéma, des vedettes de la télévision, des chefs d'entreprise, des avocats, des chanteurs de variété. Tout le monde vient voir le Docteur Mambala. C'est ce qu'il dit.
Satisfaction et discrétion.
C'est le credo du Docteur Mambala
Tous les jours, des clients se présentent à l'adresse figurant sur l'annonce. Et aujourd'hui, c'est votre tour. Pourtant quelque chose cloche. Imaginez : vous pénétrez dans un immeuble menaçant ruine. Le quartier est cosmopolite. En termes moins choisis : c'est la zone. Le digicode n'est plus qu'un ornement technologique, la cage d'escalier sent l'urine, la peinture tombe en morceaux comme la peau d'un lépreux.
Tout l'immeuble pue l'humidité, les boiseries sont vermoulues, l'ascenseur semble en panne depuis une éternité et des graffitis ornent les murs et les marches de l'escalier. Vous-vous dites que la ville devrait raser l'immeuble pour insalubrité. Mais vous êtes dans le besoin, rappelez-vous. Vous êtes à la recherche de votre chat Filou qui a disparu depuis une semaine. Ou bien vous êtes sur le point de passer votre bac. Peu importe. Votre sauveur vous attend au troisième étage.
Et vous montez, rempli d'espoir.
Vous parvenez au troisième étage et frappez à la porte numéro 8. Et vous attendez. Soudain, la porte s'ouvre sur un homme grand comme un joueur de basket, portant babouches et tunique blanche. Il vous fait signe d'entrer et vous pénétrez dans une pièce mal éclairée. Au plafond, une ampoule jaunie répand une lumière triste et pâle.
Vous êtes assis en face d'un homme aussi noir qu'un ciré de la gestapo. En promenant votre regard sur les murs, vous apercevez un diplôme encadré. Impossible de dire s'il s'agit d'un diplôme de médecin ou d'un vulgaire brevet des collèges.
Sans autre forme de préambule, le Docteur Mambala dit : déposez vingt euros dans le petit panier et posez votre question. Vous-vous exécutez et posez votre question : quels sont vos pouvoirs ?
Et le Docteur Mambala répond : mes pouvoirs sont immenses.
Et vous vous demandez alors pourquoi un type ayant tant de pouvoirs vit dans un taudis pareil.. Le Docteur Mambala pourrait vivre ailleurs. C'est vrai. Il pourrait. Mais il ne le veut pas. Il dit que sa place est ici. Malgré sa fortune colossale, le Docteur Mambala reste là, au milieu des nécessiteux, des malades, des chômeurs et des sans papiers. Le Docteur Mambala est un millionnaire en haillons. Les richesses terrestres ne sont rien pour lui. Et le Docteur Mambala dit :
Remettez un billet de vingt euros dans le panier et posez votre deuxième question.
Voilà comment se déroule une consultation chez le Docteur Mambala. Tous les jours.
Mais aujourd'hui n'est pas un jour ordinaire. Une femme frappe à la porte du Docteur Mambala. Il s'empresse d'ouvrir. Et là, une expression de surprise et de frayeur se peint sur son visage. La mère du Docteur Mambala se tient sur le palier. Et le Docteur Mambala ne peut faire autrement. Il la fait entrer, lui, charlatan et fils aimé.
La mère du Docteur Mambala souffre d'un cancer du sein. Si elle est venue le voir, c'est qu'elle a confiance en son propre fils. Ce n'est pas tous les jours que le Docteur Mambala doit user de ses pouvoirs pour venir en aide à sa propre mère. Elle souffre mais sourit. Elle se dit que son fils a fait de brillantes études de médecine. Fière de lui, sa confiance est celle d'une mère aimante. Elle ne sait pas que son fils ignore tout de la médecine. De tous ses yeux, la mère du Docteur Mambala attend les paroles qui vont la sauver. A cet instant, personne ne place un billet de vingt euros dans le panier en osier. Personne ne pose de question. La mère attend. Et le Docteur Mambala reste muet.
Le Docteur Mambala se lève et disparaît dans une petite pièce dont l'entrée est dissimulée par un rideau pourpre. Là, le masque tombe. Le Docteur Mambala mesure à quel point son pouvoir n'est que du vent. Ses incantations et ses potions magiques n'ont jamais guéri personne. Les cartes adressées par les clients satisfaits sont de simples cartes postales écrites pas des touristes ou envoyées par des sociétés de vente par correspondance. Toute la vie du Docteur Mambala n'est qu'un énorme mensonge, une hideuse escroquerie. Et dans l'autre pièce, remplie d'espoir, une mère attend que son fils la sauve. Le Docteur Mambala se sent impuissant et commence à sangloter.
Il s'accroupit et dévoile une trappe aménagée dans le parquet. C'est là que se trouve son butin, ces richesses terrestres qui ne sont rien pour lui. Le Docteur Mambala en sort une petite boîte en bois laqué. Tout est là. Les troubles de l'érection, les chutes de cheveux, les résultats d'examen, les espoirs de candidats aux élections municipales… tous ces gens qui ont payé si cher pour du vent. Tout est là, dans ce petit coffre, en billet de vingt euros.
La mère du Docteur Mambala voit son fils revenir dans la pièce, la petite boîte à la main. Il la tend à sa mère, avec un papier. L'adresse d'un confrère. Un vrai médecin, lui, un cancérologue. La mère du Docteur Mambala proteste. Elle dit qu'elle ne veut pas être opérée par un étranger. Par un blanc. Elle veut son fils et personne d'autre. Il est tout aussi compétent que tous ces petits culs blancs. Ces médecins prétentieux. Ces blancs qui s'habillent chic et parlent fort. Pourquoi son propre fils ne pourrait-il pas la soigner ?
Satisfaction et discrétion.
Remettez un billet de vingt euros dans le panier en osier et posez votre question suivante.
Et le Docteur Mambala fait tout ce qu'il peut pour ne pas pleurer devant sa mère. Il serre les dents. Il dit à sa mère…non, il supplie sa mère d'aller voir ce confrère. C'est un ami rencontré en fac de médecine, un homme compétent, lui. Un blanc, oui, mais un type bien. Et la mère du Docteur Mambala proteste. Elle dit qu'elle s'est sacrifiée toute sa vie pour lui et qu'il est indigne de lui refuser son aide. Et le Docteur Mambala ne peut plus contenir ses larmes, sillons brillants sur ses joues noires. A cet instant, il n'est plus Docteur, ni médecin, ni guérisseur, ni magicien, ni exorciste. Il n'est que Mambala, un fils effondré qui veut sauver sa mère.
Mambala prend sa mère par les épaules et l'enlace. Il va l'accompagner et sera là pour la soutenir avant l'intervention. Et même après. Mambala ne donnera pas de consultation cette semaine. Ni la semaine suivante. Ni celle d'après. Plus jamais. Il envisage désormais de reprendre ses études. Il veut que sa mère soit fière de lui. Il veut retrouver le sens du mot modestie. Il veut être fier de lui-même. Plus personne ne mettra vingt euros dans le panier en osier. Plus personne ne posera de questions du genre : est-ce que vous croyez que ma petite amie me trompe ? Terminé tout ça.
Mambala a décidé de devenir enfin quelqu'un dont sa mère peut être fière. C'est désormais son seul but. Son seul objectif. Sa seule raison d'être. Et tous deux quittent la pièce. Mambala éteint la lumière blafarde et la pièce plonge dans l'obscurité. Tous deux quittent cet endroit et gagnent le couloir. Là, une bienheureuse lumière les accueille et les enveloppe. Une nouvelle vie commence.


Retour au sommaire