19 octobre 2062
de Véronique Lamontagne

Ce soir, toute la famille était réunie au souper. Pour l'occasion, maman avait préparé elle-même le souper. Je n'ai pas osé le lui dire, mais l'Approvisionneur général cuisine mieux qu'elle…Après le souper, Grand-père nous a encore raconté une de ses histoires sans queue ni tête du "bon vieux temps". Il commence à se faire vieux le pépé… Avec ses 89 ans bien sonnés, je crois bien qu'il divague un peu parfois. Avec ses histoires bizarres de bon Dieu qui est partout… Il dit que dans son temps, ils vivaient comme du bon monde. Je comprends vraiment pas ce qu'il raconte, mais je fais semblant pour pas l'offusquer. Comme ce soir d'ailleurs ! Voici l'histoire qu'il nous compta dans son fauteuil berçant (une autre de ses vieilleries, il refuse toujours de se convertir aux fauteuils vibrant, tellement plus détendant) avec son drôle d'accent de “Québécois pure laine” que seuls les aînés gardent encore :

Venez icitte les p'tits enfants, m'a vous conter l'histoire d'un gars qui vivait avant même que j'vienne au monde. Dans ce temps-là le monde y avaient des principes, pas comme vous aut' ces temps-citte. Le monde allait à l'église pis y faisaient leur prières. Entéka… Le gars y s'appelait Antoine pis y'était ben pieux, y faisait rien que le bonyeu aurait pas aimé. Mais un bon jour comme ça y'était chez lui pis ça y tentait de bouffer des biscuits, mais ça y tentait pas ben ben d'aller en acheter au dépanneur. Mais tsé là, les tits enfants, ça c'est des péchés capitals… Vous connaissez pas les péchés capitals? C'est des affaires qui faut jamais faire c'est mortel. Y a l'avardise… eeee… la paresse… le luxure …ou la luxure ? … je m'en souviens jamais… pis y a la gourmandise… ça fait quatre là. Pis la jalousie aussi, ça ça tue! Entéka les autres je m'en souviens pus, y en a sept en toutte. Faque là lui n'importe quoi qui fasse y était sûr de perdre son ciel bout de viarge! Soit qui y'allait pas, pis y était paresseux, soit qui y allait pis qu'y'était gourmand… Mais, pas fou le gars, y a pas paniqué. Y a demandé conseil à Dieu, pis savez-vous quessé que le bonyeu y a dit ? Y a dit va au dépanneur pis achète-toi pas de biscuit. Ben ça parle au yiâble!, le gars y est allé…

Là grand-père ne disait plus rien, alors Païkan a dit :
-- Et puis?

Et grand-père de répondre :
-- Pis c'est toutte!

Bizarre… et puis c'est qui ce Dieu ? Moi j'y comprends rien. En tout cas, c'étais sûrement quelqu'un de très important, car il ne parle que de lui. De plus, il semble que tout le monde le connaissait. Ils avaient de drôles de coutumes dans ces temps-là… Bon, mon cocon m'attend… Si je veux être en forme pour le grand jour demain…
Fin

Sommaire