Le journal de Kelly
de Valeria Petruzzella



J’ai trouvé ce journal intime dans les affaires de ma fiancée, Kelly Thomson. Elle y raconte ce qu’elle a dû endurer le 11 septembre 2001 à New York et ce qui s’est passé les jours qui suivirent à l’hôpital.



Le 18 septembre 2001

L’infirmière est venue pour examiner mes jambes et me faire un scanner. Je vais avoir les résultats demain. J’ai très mal aux jambes, je me sens faible, fatiguée et triste pour ma mère et mon frère morts, au point d’être presque choquée. Papa vient me voir tous les jours avec John, mon petit ami que j’aime beaucoup.
Je suis allée chez le psychologue pour ma première séance, je lui ai raconté le début de l’accident : le 11 septembre j’étais dans un magasin qui se trouvait dans World Trade Center, à New York. Maman, Anthony et moi étions près de la sortie du magasin (c’était au 5ème étage) en attendant que papa revienne du travail. Quand alors nous entendîmes un grand bruit, c’était un avion qui volait très bas et fonçait sur l’immeuble où nous nous trouvions. Nous commencions tous à courir dans les escaliers, il y avait des milliers de gens qui se bousculaient, criaient, pleuraient et il y avait même des religieux qui priaient. Maman tenait mon frère de 10 ans dans ses bras. Moi, j’avais réussi à me faufiler et à arriver à sortir du bâtiment, dans les 10 premières personnes.
C’est là que devant le psychologue, j’ai commencé à pleurer très fort, je tremblais même. Alors, j’espère que demain ça ira mieux pour que je puisse me libérer de cette grande peur enfermée en moi.


Le 19 septembre 2001

John m’a dit qu’il m’aime énormément et qu’il ne me laissera pas tomber. Il veut faire tout ce qu’il peut pour m’aider. C’est là qu’il m’a embrassé comme il ne m’avait jamais embrassée auparavant. J’ai été contente pendant tout le reste de la journée. Il m'a donné du courage.
Le médecin a apporté les résultats, il a dit qu’un nerf a été touché et que je risque d’être paralysée à vie ou de tomber dans un coma profond. Ainsi, je vais souvent en réadaptation et je prends des médicaments pour aller mieux.
A ma 2ème séance chez le psychologue, j’ai raconté la suite de l’accident : J’étais devant le bâtiment quand l’avion tomba sur l’immeuble, il y avait du feu et plein de fumée. J’avais vu aussi des morts et des blessés. Moi, j’avais mes jambes sous des décombres. J’avais un mal atroce aux jambes et j’avais beaucoup de mal à respirer. Lorsque j’étais à demi-consciente, allongée sur le sol, j’entendais des gens appeler au secours, tout le monde pleurait. La police, les ambulances et les pompiers étaient arrivés. Mais j’étais entourée de décombres et je ne pouvais plus bouger. J’essayais de crier mais mes cris étaient inutiles. Soudain, je me suis évanouie.
A ce moment là, le psychologue m’interrompt car la séance est finie. Avec un grand sourire et en m’encourageant, il me raccompagne dans ma chambre.


Le 20 septembre 2001

Papa m’a apporté une boite de chocolats. Il dit qu’il va bien mais j’ai bien l’impression que ça ne va pas, je le sens nerveux et perturbé. J’espère qu’il reprendra courage et qu’il va aller mieux.
Cet après-midi, John est venu avec un cadeau, c’est une belle bague en or avec une émeraude en forme de cœur, petite mais très belle. Je suis maintenant fiancée à 20 ans avec lui qui en a 23. Lui et moi, c’est une histoire de 3 ans. On va se marier, dès que je sortirais de l’hôpital. Je suis très heureuse, mon John, mon grand amour m’a demandée en mariage !
Mes jambes ne me font presque plus mal, j’ai repris des forces et je sais marcher avec des béquilles.
Mon récit de la 3ème séance : J’étais évanouie. Quand je suis revenue à moi , j’ai vu mon père qui me cherchait partout. J’ai crié fort, il m’a vue et trois ambulanciers m’ont décoincée et m’ont emmenée dans l’ambulance. Lorsque mon père est arrivé, il pleurait et là il m’a annoncé la mort de maman et Anthony. Papa m’a prise dans ses bras et nous pleurions tous les deux très fort. Je n’avais même jamais vu papa dans un tel état.
C’est trois ou quatre jours plus tard que j’ai su ce qui s’était vraiment passé et pourquoi.


Le 21 septembre 2001

Papa et John ont commencé à préparer le mariage. John me parle des projets pour le mariage, même si moi je n’y pense pas. Mais il me rend l’espoir pour continuer à vivre malgré ce qui s’est passé.
J’ai eu le courage de voir le journal télévisé en entier, j’ai encore pleurée. J’aimerais tellement qu’on fasse souffrir à mort ceux qui ont provoqués cette catastrophe à ma ville. J’ai tellement de haine envers eux ! Je voudrais qu’ils souffrent autant que ma mère, mon frère et tous ces gens qui étaient aussi là, ont souffert.
A ma 4ème séance, le psychologue m’a demandé ce que je ferais aux coupables de l’accident. Je lui ai dit que je voulais les faire souffrir à mort. Ensuite, j’ai pensé à toute la haine que je ressentais et j’ai dû crier très fort. Le psychologue m’a dit que c’était la dernière séance et que si je voulais encore de l’aide, je ne devais pas hésiter une seule seconde à le lui demander.
Après cela, dans ma chambre je me suis sentie mieux car j’étais libérée de ma haine et un peu de ma tristesse.


Le 22 septembre 2001

Ce matin, j’ai eu une syncope. J’ai repassé un scanner et une infirmière m’a mis une perfusion. J’ai eu les résultats dans l’après-midi, ma blessure à la tête s’est empirée, je dois être opérée demain. Je suis maintenant sous aide respiratoire, je ne sors plus de mon lit.
En apprenant cette nouvelle, John et papa , sont venus me voir. Ils m’ont beaucoup soutenus. Papa a dû partir une heure après pour son travail. C’est quand je me suis retrouvée seule avec l’amour de ma vie que j’ai mis sa main sur mon ventre et je lui ai annoncée que j’étais enceinte de 3 mois. Je n’ai pas osé le dire à papa car en sachant que j’avais eu des rapports sexuels avec John avant le mariage, il aurait été très fâché et déçu.
Par contre, John a été très content. Lui et moi nous allons nous marier ! C’est super !
Nous aimerions appeler notre enfant Nelly si c’est une fille.
Je n’en reviens pas, bientôt je serais madame Kelly Martin ; et John et moi allons peut être avoir une petite Nelly Martin.


Le 23 septembre 2001

J’ai très peur, je vais me faire opérer. Le médecin m’a dit que je pourrais faire une fausse couche et en plus, par après je pourrais avoir des difficultés pour tomber enceinte.
J’ai pleuré beaucoup!
J’espère que mon bébé survivra.
Demain j’écrirais dans ce journal comment s’est déroulée l’opération . Je n’arrête pas de penser à mes trois êtres les plus chers :papa, John et mon bébé. J’ai aussi pensé à maman et Anthony, j’ai pris la photo que j’avais sur ma table de chevet et je la serre fort dans mes mains.


Le 24 septembre 2001

C’est moi, John, qui écrit cette dernière page.
Après l’opération. Kelly est tombée dans le coma. Les médecins ont dû enlever notre bébé. Le docteur a dit que si elle se réveillait, elle serait paralysée des jambes à vie.
Maintenant, je vous écris avec grande tristesse qu’elle est morte.
Aussi, je souffre terriblement ainsi que son père. Je suis une thérapie et je prends des calmants car je suis dépressif. Son père est devenu un grand alcoolique, il a même tenté de se suicider mais un psychiatre l’aide à s’en sortir.
Je me dis aujourd’hui, comment est-ce possible qu’une atrocité ainsi aie pu arriver ? Je n’aurais jamais cru que des terroristes, aussi cruels qu’ils puissent être auraient pu commettre un acte aussi grave !
Ma fiancée, sa mère, son frère et toutes les autres personnes qui étaient avec eux ne méritaient pas ça !
Mon dieu, après tout ce qu’il m’arrive, donne-moi la force de continuer à vivre.


Retour au sommaire