La visite
de Thierry Vienne



« Salut Greg. Je viens te raconter les dernières nouvelles comme d'habitude. Au fait, tu nous manques et t'as le bonjour de tous les potes. Bon, je commence par les petits potins : Fred, dit la Rafale à cause de son bégaiement, s'est fait piquer sa Ducati 900, connement devant chez sa poule du moment ! Du coup, il lui a dit 'C'eeesstt fififini entretretre nousnous.'. Il la cherche toujours mais pour moi, il ne la retrouvera jamais ! C'est navrant car elle était belle et bonne, bien préparée, la bécane bien sûr ; la gonzesse, il ne perd rien, un grand thon, râleuse, égoïste et uniquement branchée fric, en somme une chiante ! En plus cela fait un moment qu'elle l'empêchait de venir à nos sorties le soir ou en week-end, et cette andouille est jetée quand il n'a plus de moto au lieu de la jeter auparavant. Elle a bien essayé avec d'autres motards mais elle s'est fait ramasser à chaque fois : maintenant elle sort avec des militaires. Lui, je le prends derrière ma belle Kitty, mon joli R1, dont tu connais tous les détails et toutes ces sacrées préparations pour gagner de la vitesse, du jus. Tu te souviens des heures passées sur la tienne et la mienne, la Honda et la Yam, le 900 CBR-RR, un nom digne de la Rafale, et ma R1. Je ne t'arrive toujours pas à la cheville, ton expression favorite pour me faire mousser, pour me chambrer, et çà marchait tout le temps ! Pour la concentre du Mans, nous n'y allons plus depuis deux ans, mais nous avons des nouvelles par Yann et Philippe du Moto Club des Oufs : plus rien n'y est pareil, ambiance tendue, bastons, l'inverse d'avant ! Rien à regretter ou presque, car c'est plus tôt que nous aurions du arrêter cette virée ! Si on pouvait refaire ou défaire le temps et le destin, je me verrais bien super beau gosse et bourré de thunes ; non, je ne suis pas si mal que çà. Pas comparé à toi, évidemment, le tombeur de ces dames, brun, ténébreux, musclé, les yeux verts, le sourire qui tue, la totale quoi, et en plus tout çà est pourvu d'un cerveau, très fou quand même ! Avec toutes tes qualités, ton seul défaut : rester fidèle à une très belle femme, et elle aussi en plus. Bon, on va continuer avec les dernières nouvelles, avant que je m'énerve sur l'Amour, la vie ! Momo a encore pris une gamelle, en voulant juste égaliser ton record sur notre circuit. Il a promis d'y arriver un jour, malgré les deux bécanes explosées et ses multiples fractures ; tu connais Mauricio !
Le chemin a été génial depuis nos quinze ans et l'époque des mobs. Nous avons juste oublié de nous engueuler davantage. Notre amitié est celle qui m'a le plus soutenu dans les sales moments de la vie, mais j'avais du mal à l'exprimer par des mots. Tu le sais, mon frère de cœur, car tu as toujours su lire tes potes entre les yeux. Bon, allez, une autre nouvelle : l'autre jour, Fil, Mauricio et ton serviteur, nous nous promenions tranquille quand quatre JJA (motards roulant seulement en juin, juillet et août) nous ont agressés sauvagement ! Fatalement, on a mis les gaz et enrhumé les amateurs. Lundi dernier, Panda s'est fait importuner par des admirateurs en bleus, des schtroumfs : il a du leur signer un autographe, contre une belle photo prise par une boite mobile ! Il avait la haine : six mois à pied et un paquet d'euros envolés pour un petit 210 sur la N10, seul et tôt dans la journée, alors que son Hayabusa tape les 330 ! Angela roule toujours sur la sœur jumelle de la tienne, comme une folle, avec ton prénom et ton visage gravés sur son réservoir. Tout le monde la salue et la protège grave ; malheur au con qui lui fait une embrouille ! Nous avons assuré pour les Restos du Cœur, d'où le super résultat récolté. C'est cool ! Ne t'inquiètes pas pour tous les trucs commencés (jumbos, collectes et dons) car toute la bande s'y met sérieusement et çà roule. Tu sais : voilà longtemps que l'humour et la déconne nous ont quittés, juste après ton départ !
Le nyak ne nous motive plus, mais notre amitié et notre passion de la moto sont notre famille, notre oxygène. On a vieilli ; le genre anecdotes et histoires anciennes à la veillée, et en fait t'es partout tout le temps. Salut, et au mois prochain, mais sache que toutes et tous t'envoient des appels de phares et une grande claque dans la main. Angela vient toutes les semaines, et j'espère que nous ne te racontons pas les trucs deux fois, sinon tu dois être gavé ! »
Le Steph s'éloigne, la tête basse, perdu dans ses pensées, se remémorant toutes les aventures vécues ou presque toutes, et jette un dernier regard derrière lui, vers la tombe de Greg, remplie de fleurs.

Thierry VIENNE
(nouvelle extraite des 13 d' Histoires Motardes)

Retour au sommaire