La dame du cimetière
de Thanaphé


Kiresev, le fils dernier né du seigneur Verkran, n’a que huit ans et pourtant, contrairement aux enfants de son âge et même à de nombreux adultes il ne craint pas de se promener de nuit dans les étendues désolées environnant le château de son père. Cela malgré le fait que tout le duché, que domine son père, est connu pour correspondre à la région la plus dangereuse du royaume, surtout de nuit. L’endroit est réputé, à raison, pour être peuplé de monstres qui préfèrent de loin l’obscurité à la lumière. Des monstres si horribles que les populations n’osent pas les évoquer, même pour menacer les enfants les plus turbulents. Certes le petit Kiresev, comme sa sœur aînée, a déjà de nombreuse fois accompagné sa mère lors des rencontres nocturnes des sorcières de la région et ce n’est pas la première fois qu’il réussit à se glisser dehors de nuit. Mais cela reste une action qui relève de la folie. Pourtant il ne se sent nullement menacé et ne ressent aucun peur, la nuit et les paysages de sa région natale ont pour lui quelque chose de magique et il ne se lasse pas de cette magie. De plus il lui semblerait vraiment indigne de son rang d’éprouver de la peur, car il prend très au sérieux le fait d’être le fils du duc Verkran.
Le duc Verkran Kandern dont la famille était tombée disgrâce suite à une série de complots ourdis par ses ennemis. Verkran a qui l’on avait finalement donné le duché de Yarkrak situé à l’extrême nord de l’empire, où aucune autorité n’avait réussi à s’imposer. Tous se réjouissaient de la perspective de voir le jeune homme échouer dans cette tâche et y perdre la vie et tous avaient ri en apprenant sa disparition peu de temps après avoir reçu le duché. Personne ne s’attendait à ce qu’il réapparaisse quelques mois plus tard pour se lancer dans une énorme entreprise diplomatique et guerrière pour unifier le duché et finalement parvenir à imposer son règne sans avoir versé beaucoup de sang. Il avait réussi, grâce à un rare génie dans l’usage de la menace et de la diplomatie, là où beaucoup d’autres plus puissants avaient échoué. Il avait également fait preuve d’une connaissance très fine de la région et de ses habitants, cela bien qu’il n’en fut pas originaire. Aujourd’hui il dirigeait le domaine d’une main de fer gantée de velours, avec l’assistance de ses deux femmes et d’un groupe de fidèles connaissant parfaitement l’endroit. Ses mariages étaient à la base des mariages d’intérêts, pour lui comme pour ses deux femmes, mais ils s’étaient miraculeusement transformés au fil du temps en mariages d’amour et aujourd’hui il était un mari heureux, père de quatre enfants.
C’est avec la conscience de cet héritage que l’enfant combat toute trace de peur qui pourrait s’insinuer dans son cœur. Même s’il sait que des quatre enfants de Verkran il est considéré comme le seul n’ayant pas de talent particulier. Ses frères et ses sœurs aînés faisaient déjà preuve à son âge de talents variés hérités de leurs parents. Son demi-frère et sa demi-sœur s’annoncent comme de futurs guerriers de génie et des meneurs d’hommes charismatiques et sa sœur a l’étoffe d’une grande sorcière et d’une diplomate des plus rusées. Lui n’a, jusqu’ici, montré aucun don particulier et cela ne le gêne pas, car ça ne l’empêche pas de se sentir aimé de ses parents. Le jeune enfant ne se trompe pas, bien qu’il soit un peu renfermé, il est apprécié de tous pour son bon caractère. Et ce trait de personnalité lui a déjà permis de conquérir pas mal de cœurs dans ce pays ou les gens sont pourtant extrêmement durs. C’est donc sans peur et sous la magie d’un paysage pourtant lugubre que Kiresev avance dans la nuit vers une destination que lui seul connaît. Cette destination c’est un grand cimetière antique où l’on ose plus enterrer qui que ce soit depuis de nombreux siècles. La nécropole est immense et composée de tombes et de caveaux d’époques et de styles différents qui la font ressembler à une énorme et fantastique forêt de pierre. Le mot forêt est des plus appropriés car si certaines parties de la nécropole culminent, tel des arbres, à de grandes hauteurs, elle est aussi un endroit où la végétation a progressivement repris ses droits sans toutefois vraiment réussir à aggraver les ravages du temps sur les constructions. L’enfant avance vers le portail et l’ouvre, en usant de toutes ses forces, dans un grincement sinistre qui résonne dans la nécropole. Ce bruit semblable à une plainte effrayante et suivi par un silence de mort comme si la nature elle-même retenait son souffle sous l’effet d’une crainte viscérale.
L’enfant entre sans crainte dans la nécropole, les seules choses qui l’impressionnent sont la beauté et le calme des lieux, il a le sentiment d’être parfaitement en sécurité dans cet endroit merveilleux. Comme pour mieux stimuler son émerveillement la nécropole semble prendre vie sur son passage et il devine des présences discrètes autour de lui. Qui sont-elles ? Des feux follets, des esprits élémentaires venus se distraire ou les âmes des défunts parcourant en tout sens leur lieu de repos ? Kiresev s’en moque, seul la magie de leurs présences compte à ses yeux et il sait que pour goûter pleinement aux merveilles d’un lieu il ne faut pas chercher à les expliquer. Soudain un hululement vient déchirer le silence de la nuit comme un sinistre avertissement à l’usage de l’intrépide visiteur du cimetière Aussitôt les mouvements des ombres qui suivent le jeune garçon se font beaucoup plus discrètes jusqu’à complètement disparaîtrent. La nécropole redevient un lieu totalement mort sans pour autant perdre de la magie qui émane de ses grandes structures antiques envahies par une végétation luxuriante. Kiresev s’avance plus profondément dans le cimetière, s’émerveillant à chaque pas de la beauté lugubre qui l’entoure et convaincu qu’il n’a pas encore découvert tous les fantastiques trésors que recèle cet endroit. La vision de rêve qui vient s’offrir à lui après quelques minutes de marche vient confirmer cette conviction. Il découvre au détour d’une allée un endroit enchanteur, un antique jardin encadré d’anciennes statues, au centre de ce jardin une fontaine magnifique. Assise sur le rebord de la fontaine une femme d’une beauté surnaturelle brosse ses cheveux en fredonnant. Elle est vêtue d’une robe composée de voiles blancs et vaporeux laissant deviner un corps aux formes harmonieuses, rehaussées par une chevelure blonde tombant jusqu’en bas du dos, comme une magnifique cascade de files faits de l’or le plus pur. Encadré par cette véritable parure naturelle, son visage est comme une pierre dans un magnifique écrin, finement ciselé, d’une blancheur immaculée faisant ressortir des lèvres et des yeux d’un rouge plus vif que les plus flamboyants des rubis. Kiresev réajuste ses vêtements et se redresse afin de se présenter en faisant honneur à sa famille, car pour lui il n’y aucun doute, il est face à une dame de grande noblesse, un visage si fin, si doux, et un port si altier ne peuvent tromper.
« Bien le bonsoir madame. »
Sans sembler vraiment surprise ni cesser de brosser ses cheveux, la belle apparition pose son regard pourpre sur l’enfant en esquissant un léger sourire.
« Bonsoir jeune homme. Il est rare de voir des personnes assez courageuses pour entrer ainsi dans le cimetière antique de la vallée d’Ankria. »
« Je suis Kiresev, fils du seigneur Verkran. Je voulais découvrir le cimetière sous la lumière de la lune. »
Elle lui répond avec un large sourire dévoilant de longues canines acérées.
« On dit l’endroit dangereux, particulièrement la nuit et surtout pour un jeune garçon, même si il s’agit du fils du seigneur Verkran. »
« Je ne vois pas pourquoi je devrais craindre les sujets de mon père. »
« Qui te dit que je fais partie de ses sujets ? »
« Une si noble dame dans ce lieu, vous ne pouvez être que Desmia la légendaire dame du cimetière et mon père est votre seigneur. »
Desmia éclate d’un rire cristallin et séduisant malgré les reflets de la lumière lunaire sur ses crocs.
« Voilà un jeune homme bien courageux et intelligent, tu es bien le fils de Verkran il n’y a aucun doute. Ainsi donc tu souhaitais visiter mon domaine ? »
« Oui, je n’ai jamais vu d’endroit plus beau que ce cimetière. »
« Merci, mais cette sorcière de talent qu’est ta mère, ne t’a pas enseigné qu’il était imprudent de se promener la nuit dans des lieux où se promènent des vampires assoiffés de sang ? »
Bien que peu impressionné par cette menace à peine voilée, l’enfant paraît réfléchir quelques instants.
« Si la faim vous tenaille madame, je peux me rendre à la ferme la plus proche pour aller vous chercher de quoi vous nourrir. »
« Qu’est ce qui me prouve que ce n’est pas une ruse pour pouvoir t’enfuir ? »
« Moi Kiresev, fils de Verkran, je vous donne ma parole. »
« Bien alors je t’attendrai ici. »
Après avoir salué la dame d’une légère inclinaison de la tête l’enfant s’éloigne d’un pas décidé. Quelques instants plus tard des ombres fantomatiques sortent du sol et entourent la dame du cimetière avant de prendre la forme de femmes d'une grande beauté. L’une des femmes s’adresse à Desmia.
« Pensez-vous qu’il reviendra madame ? Nous avons peut être laisser une occasion de faire pression sur le duc. »
« Je crois qu’il reviendra, cet enfant a le regard de celui qui ne craint pas les morts et si je vois juste il pourrait devenir un allié de poids qui renforcera notre position au sein du duché. »
Une autre prend la parole en regardant la dame avec un air mélangeant surprise et méfiance.
« Croyez-vous que le duc et sa sorcière laisseront l’enfant côtoyer ceux du cimetière ? »
La dame lui répond d’un air songeur alors que son regard se perd dans la nuit.
« Le duc est intelligent, il sait que le cimetière recèle des pouvoirs aussi puissants qu’anciens, c’est d’ailleurs pour cela qu’il ne nous a pas détruit. Et si il comprend que son fils est capable de domestiquer ne serai ce qu’une partie de ces même pouvoirs, il ne perdra pas une si belle occasion de consolider un peu plus son emprise sur le duché. »
Pendant ce temps là Kiresev a atteint la sortie du cimetière où l’attendent deux cavaliers dont émane une grande puissance. Il ne tarde pas à reconnaître dans ces cavaliers ses parents, même si cela l’emplit de joie il ne peut étouffer un sentiment de contrariété.
« Papa, maman pourquoi vous êtres levés à une heure si tardive ? »
Verkran est sur le point de réprimander son fils lorsque sa femme, Yanéla, le coupe en posant une main sur son épaule. Les deux époux se regardent dans les yeux et le duc sait que sa femme vient de percevoir quelque chose qu’elle seule peut comprendre. Yanéla regarde son fils, mais elle ne le voit plus comme un enfant gentil mais dénué de grand talent. Dans cet endroit il lui apparaît comme un être en parfait harmonie avec son environnement capable de comprendre et de vivre en parfaite intelligence avec ce qui l’entoure. Cela la frappe d’autant plus, que du cimetière et de sa région émanent des forces mystiques et plus particulièrement nécromantiques d’une puissance rarement égalée qui font fuir jusqu’aux aventuriers les plus endurcis. Son regard s’adoucit lorsqu’elle s’adresse à son fils.
« La place d’un enfant n’est pas seul la nuit dans le plus vieux cimetière du royaume, nous étions inquiets. En dépit du message rassurant laissé à notre intention au cas ou nous constations ton absence avant ton retour. »
« Je comprends et je vous prie de m’excuser » dit l’enfant en baissant de la tête avant de la relever avec un sourire enthousiaste.
« J’ai visité le cimetière, il est magnifique et j’ai rencontré la dame du cimetière, sous sa protection et celle de ses serviteurs cet endroit est le plus sûr du monde ! »
Commençant également à percevoir que son fils a dans ces lieux une stature autre, le duc le scrute attentivement se promettant d’avoir une discussion à ce sujet avec sa femme. Il approche sa monture de son fils et lui tend un bras.
« Viens Kirsev il est temps de rentrer au château »
« Je ne peux pas rentrer maintenant papa, je me suis engagé à aller à la ferme la plus proche pour rapporter à manger à la dame du cimetière cette nuit, je dois respecter ma parole. »
« Dans ce cas tu dois honorer cette parole, ta mère et moi t ‘emmèneront où tu jugeras nécessaire d’aller pour respecter tes engagements. »
Une fois l’enfant hissé sur la monture de son père les cavaliers s’éloignent au galop.
C’est une demi-heure plus tard que Kirsev, amené par son père, est de retour avec un sac dans lequel un animal gigote. Sans perdre de temps l’enfant met pied à terre et se dirige seul vers l’endroit où il a rendez-vous. Son père l’observe tout en scrutant attentivement les environs et lorsqu’il perd l’enfant de vu il marmonne une incantation avant de fermer les yeux pour mieux se concentrer et percevoir la présence de son fils avec son esprit. En voyant arriver l’enfant et en sentant la présence du duc la dame du cimetière sourie.
« Tu es bien le fils de Verkran, jeune Kiresev et malgré ton jeune âge tu es déjà un homme de parole. »
En lui rendant son sourire le jeune garçon lui tend le sac.
« Je vous ai amené un lapin madame. »
« Merci jeune et courageux Kirsev. »
La belle vampire se lève et se dirige vers son visiteur pour mieux le regarder dans les yeux, l’enfant continue à sourire sans détourner le regard. Voyant bien au-delà de ce que la vue permet au commun des mortels Desmia plonge dans le regard de l’enfant cherchant à lire dans cet esprit hermétique à ses pouvoirs hypnotiques. Elle ne perçoit aucune trace de peur mais une confiance montrant une parfaite aisance en présence des morts et de leur monde. Une aisance à faire pâlir de jalousie les nécromanciens les plus expérimentés. Maintenant la dame du cimetière en a la conviction, cet enfant pourrai devenir le plus formidable des alliés pour l’aider à reprendre une place importante parmi les puissances de cette région. Un allié qu’il faudra traiter avec égard et sur un pied d’égalité, car elle le devine déjà imperméable aux ruses et artifices employés par les morts pour influencer les vivants.
« Si tu le permets Kirsev je vais me retirer pour satisfaire ma faim et faire honneur à ce savoureux lapin que tu m’as amené. Je suis certaine que mon cuisinier saura accommoder sa viande crue et saignante en le plus délicieux des mets. »
Kiresev n’est nullement surpris par l’apparition de l’une des suivantes son interlocutrice, qui semble sortir de terre. Il s’approche avec le sac pour le tendre à la forme féminine fantomatique qui viennent d’apparaître et se tourne vers la dame
« Je vais me retirer madame et vous souhaite un excellent appétit. »
« Tu seras le bienvenu aussi souvent que tu le souhaiteras dans ce cimetière jeune seigneur, mes sujets sont à ton service. Nous serons heureux de partager avec toi, le vivant qui ne craint pas les morts, les secrets de l’après vie qu’il te plaira de connaître. »
En entendant ces mots l’enfant, conscient que ce monde qui le fascine s’ouvre à lui, adresse un très large sourire à la dame avant de prendre congé.
Pendant la chevauchée de retour vers le château mille pensées encombrent l’esprit du duc. Il en est convaincu, cette nuit marque un tournant important dans la vie de son fils et dans le destin du duché. Verkran est fière de son fils, mais en même temps il aurai préféré que Kiresev reste un enfant que rien ne prédestine à être un homme de pouvoir. Il aurait souhaité qu’au moins un de ses enfants, et à plus forte raison le dernier-né, échappe aux dures responsabilités qu’implique son rang. Hélas Kiresev est entré dans le jeu sinistre des luttes de pouvoirs en même temps qu’il est entré dans le cimetière et sa voie si elle doit être celle de la nécromancie fera de lui un être puissant mais solitaire.

Retour au sommaire