Réponse
de Paloma Delaine



La navette, un genre de grand hélicoptère blanc, prit vol doucement. Je m'assis sur un siége confortable, a coté de mon amie de toujours. L'espace entre les sièges était immense, juste comme j'aime. Je regardais vaguement au loin, devant moi une petite vieille femme avec une enfant, sa petite fille, c'était certain. Une sorte d'indifférence pacifique avait pris place non seulement dans mon cœur, mais dans mon corps, un genre de placidité qui semblait liée a la sagesse de tant d'années écoulées. Les hublots permettaient de voir une nature frondeuse, une végétation de verts chatoyants. De temps en temps, je voyais des oiseaux qui semblaient nous accompagner, volant un moment a nos cotés. Tout le monde gardait un silence respectueux, dans l'attente de notre arrivée au Site. Le Site, comme nous le savions tous, était abandonné depuis des siècles. Peut être les personnes les plus âgées garderaient encore le souvenir des récits de leurs propres grands parents sur la vie avant les grands changements. Malgré le poids de la responsabilité qui me menait en particulier, je savais que je n'étais pas la seule a sentir que ce voyage était un pèlerinage vers un passé commun.

Le Site était incroyablement bien maintenu. Tout y était impeccable, conservé intact et sans l'ombre d'une poussière depuis de nombreuses années. Depuis que la sécheresse et la famine avaient détruit la civilisation comme elle était connue auparavant. C'était beau d'une manière solitaire. Les maisons blanches ou oranges, aux formes un peu carrées, semblaient parfaites pour ce paysage silencieux. Les formations érodées, crevasses et pics rouges et oranges contrastaient parfaitement avec l'intense bleu du ciel. J'eus une drôle de sensation de souvenir, comme si j'avais déjà été là. Mon amie et moi sommes entrées dans une des grandes maisons blanches. Le reste des gens sont partis faire un tour, parlant a voix très basse. La maison était vide. Le soleil se reflétait sur le parquet brillant. Sur le rebord de la fenêtre, je trouvais une boite nacrée hexagonale, semblant sortir d'un autre temps. Nous y mimes quelques petites babioles dont je ne sais vraiment a quoi elles avaient pu servir dans le passé. La plus intéressante était une sorte de pierre taillée avec des formes curvilignes. Je sentis alors la force dans mon cerveau, dans mes pensées, le prisonnier cherchait a fuir. Je fis un effort très grand pour me concentrer. Mon amie s'inquiétait.

-« Tu le tiens ? »
-« Je crois que oui. C'est difficile… »

Je me tus parce que si je lui expliquais, j'allais perdre prise. Je dis un grand effort mental pour garder l'être que je tenais prisonnier dans mes pensées avant de fermer la boite. Je sentis encore cette pression sur mes tempes avant de réussir. Un énorme fatigue, comme si mes pensées allaient au ralenti. A ce moment vint finalement la prêtresse :
-« C'est bon, c'est fini. Il sera la pour toujours maintenant. Il sera attrapé avec ses souvenirs les plus chers, il ne pourra plus jamais faire de mal, il n'aura jamais d'autre réincarnation… Cela ne lui pas a servi a évolutionner pendant tout ce temps de toute façon.»
-« Je ne vois pas comment on pourrait évolutionner si vraiment on réincarnait puisque de toutes manières on ne se souviens de rien. » Jamais je n'avais compris cette théorie.
- « Qui te dis que tu te ne souviens pas ? Ce n'est peut être pas un souvenir conscient… » Je ne dis rien, mais sentis que c'était la révélation que j'avais toujours attendu.
Mon amie, la prêtresse et moi fumes rejoindre les autres. Toutes les personnes qui avaient entrepris ce voyage avec nous construisaient un petit mur de boue autour du prisonnier, pour l'enfermer encore symboliquement. Je me sentis moins fatiguée…

J'entendis un gazouillis charmant au loin. Un bébé. Une voix d'enfant me fit ouvrir les yeux. « Bonjour maman. ». Ma fille de cinq ans souriait avec joie. Mon mari me dit bonjour, avec la bébé qui riait maintenant dans ses bras puis augmenta un peu le son de la télévision qui donnait un chapitre répété de Barney.


Paloma Delaine
8 Novembre 2007


Retour au sommaire