Mort à l'élastique
de Nicole Amman

http://bonnesnouvelles.net

Dimanche 16 juillet

Je flotte. Je me sens léger. Léger comme un nuage, une plume. Je m'élève lentement au-dessus de moi. Étrange sensation. De là-haut, j'aperçois un drôle de sosie. Mon double, en quelque sorte, allongé sur un lit d'hôpital. Le corps recouvert d'un drap blanc jusqu'au cou. Les paupières closes. Un tuyau transparent jaillit de sa bouche béante et le relie à une machine bruyante. Deux longs bras inertes pendent le long des deux jambes sans vie.

Le froid envahit la chambre et pénètre au plus profond de mon être. Monika, ma femme, me tourne le dos. Elle ne m'entend pas et reste sourde à mes appels incessants. Seule l'arrivée d'un homme en blouse blanche la fait sursauter. Elle se retourne. De ses yeux rougis et cernés s'échappent quelques larmes. Un autre horrible appareil émet un sifflement désagréable et affiche une ligne verte horizontale. On s'agite autour de moi. Une tape sur l'épaule de Monika. Quelques mots prononcés tout bas à son oreille, je n'en capte que certains : Électrocardiogramme plat… C'est fini.

Non… on… on. Ce n'est pas possible. Sors de ce rêve, Franck ! Fais un effort ! Souviens-toi ! Tout est si confus dans ma tête. Monika… Le saut à l'élastique… Mon premier saut… William, le moniteur au corps d'athlète… La fête… Les enfants… Le saut… L'élastique. Non… on… on. L'élastique. Ils m'ont tué. Je suis M.O.R.T. Monika est désormais libre…

*****


Samedi 8 juillet (avant le drame)

Monika est excitée. Elle me fait penser à une enfant pressée d'ouvrir ses cadeaux de Noël. Elle organise mon premier saut à l'élastique dans ses moindres détails. William, le moniteur diplômé, lui a indiqué quelques sites à consulter sur Internet. La voilà donc en train de surfer, elle qui n'aime pas l'informatique.

- Chéri, viens voir ! J'ai trouvé. Regarde les Gorges du Verdon et le pont de l'Artuby ! Hauteur 182 m. Ca donne le vertige, non ! Eh, tu m'écoutes !
Longueur de l'élastique 30 m. Tu te rends compte, il s'allonge de quatre fois sa longueur initiale ! William a dit que la chute ne durerait que
quelques secondes et que tu atteindrais la vitesse de 100 km/h. Tu peux faire confiance à William. Il est qualifié pour encadrer ton « baptême de l'air ». William s'occupe de tout.

William ceci et William cela. Je dois vous préciser que William, c'est le responsable du Club de sport de notre quartier. Un quartier bourgeois de Marseille. Un quartier résidentiel. Des habitants aisés, bien sous tout rapport. Une aubaine pour le club qui compte de nombreux adhérents du quartier. William, une sorte de Tarzan bronzé à longueur d'année. Aucune femme ne résiste à son sourire carnassier. Des biceps rien que des biceps. À croire qu'il passe sa vie sur une table de musculation. Alicia, la meilleure amie de Monika, s'est entichée de lui et surveille ses allées et venues depuis sa fenêtre comme une adolescente de quarante ans.

Sans compter qu'elle ne manque pas de renouveler son adhésion au club chaque année grâce aux revenus de son riche époux.

*****


Dimanche 9 juillet matin (le jour du saut)


Nous avons pris la route très tôt ce matin. La météo a annoncé une chaleur torride. Monika m'aide à charger une partie du matériel dans le coffre de la Mercedes 280 SLC. Sans entrain, je démarre. La climatisation est en panne. Le voyage s'annonce difficile. Autoroute direction Manosque : C'est là que nous avons rendez-vous avec Tarzan. Un silence pesant règne dans la voiture. Des perles de sueur glissent sur mes tempes. Ma chemise mouillée colle à ma peau. Des perles de sueur mêlées à des perles de peur. Je n'ai pas les nerfs assez solides pour entreprendre un saut à l'élastique. Un pari perdu. Et me voilà contraint et forcé de passer à l'acte. Malgré les brochures rassurantes, j'ai peur. D'après Tarzan, il n'y a aucun risque de toucher quoi que ce soit. D'ailleurs, on peut même sauter à plusieurs et en même temps. Si Tarzan le dit…

Tarzan m'a pesé la semaine dernière. Il a prévu la grosseur de l'élastique en fonction de mon poids. Mais puis-je faire confiance à cet Hidalgo de pacotille uniquement préoccupé par sa plastique et l'effet qu'elle a sur ces dames ?

Arrivés à Manosque, nous retrouvons l'homme singe. Monika-Jane lui adresse son plus beau sourire auquel il s'empresse de répondre. Il bombe le torse et redresse son corps musclé. Jane, arrête ! Reste sur terre ! Veux-tu vraiment quitter le confort d'une vie douillette, une belle maison, une belle voiture pour suivre cet indigène qui te plaquera dès la première ride ? Jamais je n'oserai lui dire ça. Non, jamais.

Tarzan propose de s'arrêter dans un restaurant. Un bon plan d'après lui. Encore du baratin. Je vous avais prévenu. En plus je n'ai pas vraiment faim. J'ai l'estomac noué. J'ai peur. Le patron l'accueille chaleureusement et nous place à une table à l'écart près de la climatisation. Une serveuse en robe moulante s'occupe de nos ventres vides avec empressement. L'homme de la jungle suit le moindre de ses mouvements fessiers sous le lycra rose. Jane ignore ces regards et boit ses paroles en même temps qu'elle avale son repas. Tarzan en profite pour raconter ses exploits. Vous pensez « courir sur une plate forme et se lancer dans le vide bras et jambes écartés. Frisson garanti. » Jane, les yeux écarquillés, ne me voit même plus. Tarzan en rajoute et s'exprime suffisamment fort afin que tout le monde partage ses émotions. Il poursuit : « courir sur la plate forme, la sangle dans la main, jusqu'à courir dans le vide ». Tarzan pousse son cri pendant la chute. La fourchette pleine de Jane s'arrête net devant sa bouche. Tarzan finit par le saut en couple. Et bla bla bla… Et bla bla bla… Toute la salle en admiration savoure son repas. Quant à Jane, elle digère ce moment avec délice. Jamais je ne l'ai vu si heureuse. Pauvre de moi ! Mes bilans, mes rendez-vous professionnels, les livraisons retardées : tout cela doit lui paraître bien pâle à côté de la vie trépidante de Tarzan.

Nous quittons le restaurant et empruntons des départementales sinueuses jusqu'au pont. Tarzan me conseille à nouveau le saut classique. Normal pour un PDG débutant.

*****


Dimanche 9 juillet après-midi (jour du saut)

Tarzan m'enfile un harnais solidement serré à la taille et aux cuisses. Il me relie à l'élastique au niveau des jambes et du harnais. Mon cœur bat très fort. Le regard livide, je croise les yeux de Jane. Elle est sereine. Elle effectue quelques réglages sur son appareil photo numérique. Elle attend le saut. Elle prend quelques clichés des préparatifs sur le pont.

Tarzan me guide jusqu'au bord de la passerelle.
- Allez, le bout des pieds doit dépasser, me lance-t-il.
Facile à dire. J'ai les pieds attachés, moi. Je suis à leur merci. Jane me mitraille et ignore mes angoisses. Elle laisse son complice me conduire à l'abattoir sans mot dire. Leur plan semble se dérouler comme prévu étant donné leur calme respectif. Ils cachent bien leur jeu. Mais, je sais tout. Je les ai vus…

*****


Lundi 3 juillet (quelques jours avant le drame)

Ce matin, j'ai dû quitter mon bureau pour me rendre à la banque. Cette dernière se trouve derrière le club de sport du quartier. Des démarches urgentes pour la Société. Le directeur de l'agence me reçoit avec sa courtoisie habituelle et met tout en œuvre pour que l'affaire soit vite réglée. Un homme compétent et discret. Presque un ami.

Je quitte les lieux rapidement et m'apprête à m'engouffrer dans la Mercedes quand j'aperçois Monika. Ou plutôt une silhouette de dos se glissant furtivement dans le club. Je l'aurais reconnue parmi des milliers de femmes. Elle porte sa robe noire tâchée de fleurs multicolores et barrée d'une ceinture couleur pomme. Le chapeau assorti à la ceinture ne laisse planer aucun doute dans mon esprit.

Il s'agit bien de Monika. De ma Monika. Que fait-elle donc ici à cette heure ? A-t-elle oublié son rendez-vous avec Alicia ? Je veux en avoir le cœur net. Je claque la portière et tourne nerveusement la clé dans la serrure. Je me hâte. Le centre sportif est constitué d'un dédale de couloirs et de salles. Comment retrouver Monika dans ce labyrinthe ?

Je pénètre dans les locaux. La fille à l'accueil, plongée dans la lecture d'une revue féminine, ne daigne même pas me jeter un regard. Je me hasarde dans le couloir sur ma gauche. Rien. Pas âme qui vive. Je fais demi-tour et emprunte cette fois-ci celui de droite. Ses murs décorés de photos de sauts et de ponts ne dégagent aucune chaleur. Pas la moindre personne à qui parler. Pas un bruit. Je poursuis ma marche et vois un sac de cuir noir abandonné dans le fond du couloir. Le sac de William. Je le croise souvent dans la rue le portant fièrement comme s'il contenait un trésor. Un sac abandonné là, d'urgence. Je m'approche silencieusement. Je perçois un timbre de voix familier. Celui de William. Tel un espion, je m'approche de plus en plus de la porte entr'ouverte. Le spectacle qui s'offre à moi me coupe le souffle. La robe noire de Monika traîne sur le sol près de la ceinture et du chapeau. Les sons qui me parviennent en disent long : Tarzan lui murmure des choses tendres.

Non… on… on. Pas Monika. Tarzan a conquis ma Jane. Je pars en courant. Je m'enfuis comme un enfant blessé. Alicia, quelle garce ! Son alibi. Maintenant, je comprends leur petit jeu. Jane est venue fricoter avec Tarzan.

Le soir, Jane et moi n'avons échangé que quelques mots. Jane s'entête à parler du saut de dimanche prochain. Je ne lui réponds que par mon silence. La douleur, la jalousie et l'angoisse m'étreignent…

*****


Dimanche 9 juillet après-midi (jour du saut)

- Regarde à l'horizon ! Je vais compter et à zéro, tu sautes. Ne réfléchis surtout pas. Saute. Plonge tout droit.

Les conseils de Tarzan m'indisposent plus que le saut lui-même. Je ne sais plus qui je suis, où je suis, ni où j'en suis. Non, je ne vais pas hésiter. Je vais plonger.

Et Tarzan de dire : « Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un… Zéro ».
Et Jane d'applaudir comme une écervelée.
Et moi de sauter. Et de crier comme un porc qu'on égorge.

Je descends. Vite. Très vite. L'élastique se tend puis je ralentis. Le mouvement s'inverse et je remonte deux fois plus vite que je ne suis descendu. Je remonte haut à environ un tiers de la hauteur du pont. J'oscille comme un yo-yo. Puis, je me stabilise. La peur de ma vie…

Un treuil me descend jusqu'au sol. Tarzan m'a montré le sentier de randonnée à suivre à pied pour regagner le pont. J'ai gagné mon pari et je suis vivant. J'ai failli un instant oublier les pensées qui m'assaillaient peu de temps avant. Je suis vivant. Mais déjà un peu mort. Tarzan a pris Jane.

*****


Vendredi 14 juillet (après le saut)

Jane est différente depuis quelques jours. Elle raccroche souvent le téléphone dès que j'entre dans le salon. Elle passe de nombreux coups de fil depuis son portable dans le jardin. Je l'observe à travers les rideaux. Je ne sais pas ce qu'elle mijote. Elle ne voit même plus Alicia, la délicieuse Alicia. Maudite Alicia !

Je me rends à mon bureau pour y régler quelques affaires courantes. Cela m'arrive parfois les jours fériés, lorsque la situation l'exige. Jane tient à ce que je rentre tôt. Elle a quelque chose d'important à me dire. Tarzan sans doute. Elle s'est décidée à déballer son sac. La garce…


La journée a été longue. Je signe machinalement le courrier que Peggy, ma fidèle secrétaire, a laissé hier sur mon bureau, sans même le lire. Je panique plus que sur le pont. Le saut, un jeu d'enfant par rapport à ce qui m'attend ce soir…

Je regagne mon domicile. Jane se tient debout sur le pas de la porte rayonnante et conquérante. Elle s'est faite belle. A changé de coiffure. Les cheveux courts lui vont bien finalement. La traîtresse m'accueille les bras ouverts. Me guide vers la cuisine. Je n'arrive pas à lui renvoyer un sourire. Elle insiste. M'invite à prendre un bain et à me détendre. Goujate ! Ignoble créature du diable ! Quand auras-tu fini de me torturer ? Pourquoi ne pas vous être débarrassés de moi pendant le saut ? Abrège mes souffrances, Jane ! Je n'en peux plus ! Elle insiste encore et encore. Je finis par céder.


Après le bain, je la rejoindrai au salon. Je suis comme un réalisateur qui connaît par cœur la scène qui va se dérouler et les dialogues des deux personnages : Jane va lui avouer sa liaison avec Tarzan et dans la foulée lui annoncer qu'elle le quitte. Tarzan est l'homme de sa vie.

Les huiles essentielles de lavande n'atténuent pas mes douleurs. Je sors de la baignoire dans la tourmente. J'enfile le complet qu'elle a posé sur une chaise de la chambre. Elle a même choisi le costume ! Quel bon metteur en scène elle aurait pu faire ! Je lui découvre des talents cachés.

J'arrive devant la porte du salon. Je l'ouvre. La pièce est plongée dans l'obscurité totale. Volets baissés, lampe éteinte. Le décor est planté. Je cherche à tâtons l'interrupteur de l'halogène. La lumière jaillit avec violence. Des cris et applaudissements explosent mon crâne. Une foule d'invités se jette sur moi et hurle des mots incompréhensibles. Bon sang ! Mon anniversaire ! Je suis tellement perturbé… Je n'ai pas le cœur à la fête. Je scrute chacun des visages. Tarzan n'est pas là. J'en suis soulagé, je l'avoue.

Des voisins. Des amis. Leurs enfants excités par les événements. Le champagne coule à flot. Les cadeaux pleuvent de toute part. Les enfants crient. Les adultes crient aussi. René, déjà ivre mort, raconte ses blagues. Suzy, un verre de whisky à la main, félicite sa fille pour ses résultats en licence. Pauline et son mari font leurs projets de vacances dans le désert marocain au mois d'août. Patrick saisit le tuyau d'arrosage et mouille sa jeune cousine. Quant à Louis, il va d'hôte en hôte à l'écoute des secrets de chacun. Je suis presque heureux, l'alcool y contribue. Monika s'approche de moi les yeux pétillants de champagne. Elle me tend une coupe. Est-ce la trêve ?

Les marmots courent dans tous les sens dans le jardin où l'assemblée a pris ses quartiers. Les diables jouent à la guerre. Ils sont jeunes et débordent d'énergie. Un blondinet, debout à nos côtés, feint de tirer à l'arc sur un garçonnet roux. Monika et moi rions à gorge déployée. Comme au bon vieux temps ! Que cette soirée dure une éternité ! Le petit rouquin fait semblant d'être touché par la flèche ennemie. Pousse un cri de douleur. Se jette sur le sol. Se lève brutalement. Riposte énergiquement. Sort un lance-pierres de sa poche. Place avec agilité une grosse pierre du jardin à l'extrémité de l'élastique. Tient fermement le morceau de bois. Tire de toutes ses forces l'élastique vers lui. Le lâche. L'énorme caillou suit la trajectoire et atteint mon front de plein fouet.
J'ai mal. Des voix affolées attendent une ambulance. Je saigne jusqu'à l'évanouissement.
- Monika… Monika…
Ce furent mes dernières paroles. Sales mômes ! Ils m'ont tué.

*****


Mercredi 19 juillet

Un enterrement, ça n'est jamais vraiment gai. La cérémonie a eu lieu dans l'intimité. Je n'ai pas eu le temps de dicter mes dernières volontés. Seuls quelques intimes m'ont accompagné jusqu'à ma dernière demeure. Tarzan n'est pas là. C'est bien ma seule satisfaction.

Monika, vêtue de sombre pour la circonstance, n'ose même pas affronter le regard du curé, dissimulée sous des lunettes noires. Elle pense peut-être déjà à William. Pour ne pas faire jaser, elle rentre seule à la maison comme une veuve éplorée.

Plus tard, ils se retrouveront. J'en suis sûr. Je les ai vus au club. Elle décroche son téléphone pour qu'on ne la dérange pas. Souhaite qu'on la laisse tranquille quelque temps…

*****


Dimanche 30 juillet

Monika prépare ses bagages. Elle part loin. Elle ne peut plus vivre dans cette maison. Son billet de train pour Hossegor dans son sac. Un aller sans retour. Tout oublier. Mais peut-on oublier ?

Elle ouvre une dernière fois laboîte aux lettres. Trois enveloppes, dont deux factures. La petite enveloppe contient un faire-part semblable à tous ceux qu'elle a reçus après l'enterrement. Quelques lignes de son amie Alicia :



Chère Monika,

Bon courage. T'accompagne dans cette dure épreuve. Viendrai te voir à Hossegor dès que tu le souhaiteras.
Te rendrai lors de notre prochaine rencontre la robe noire à fleurs et le chapeau que tu m'as prêtés.

Ton amie pour toujours. Tendresse.

Ton Alicia.

© Août 2000 — Nicole Amann – Tous droits réservés.


Retour au sommaire