Vivre l'absolu entre terre et ciel
de Muriel Barkats



Je m'en souviens encore… Ce fut lors d'un déplacement, la présence d'une certitude, une action, puis un choc. Juste après, un semblant de substance avec un son silencieux dans un espace limité, sombre, proche d'une nuit. Ensuite, un passage rapide plutôt surprenant en trois étapes avec un noyau, comme un astre observant les autres étoiles. Puis, une arrivée plutôt renversante. Elle ne pouvait pas savoir. Il lui était impossible d'imaginer ou d'interpréter ce mystère. Je ne l'ai ni aveuglée, ni apeurée. Personne à ses côtés pour rebondir avec elle face à cette union, à cet état de puissance insaisissable. Elle aurait bien apprécié se dire quelque chose, même en dialogue interne. Mais rien, silence absolu… Moi, j'étais heureux tel un sublime atome crochu, un original avec son double!

Chouane menait sa vie avec détermination et bien décidée à la rêver avant de la diriger. Il n'était pas question qu'on la rêva pour elle. Ni de suivre un exemple ou de marcher dans les pas d'un ancêtre. Déjà très jeune ; à 14 ans, elle osait imaginer faire de sa vie une création à part entière. Peu influençable par les remarques extérieures, Chouanne s'affirmait avec conviction sans aucune conscience de la dualité. Les autres se chargeaient souvent de lui rappeler la relativité, mais rien ne démontait ses références internes. Elle jouissait d'un fibre féminine digne d'un auteur autodidacte.

Il est étonnant de constater comme à l'âge de l'adolescence, le monde adulte vous projette ses images les plus restrictives ; du genre, « Ne sois pas insolente… Tu es trop jeune pour… Pour qui tu te prends…Tu ne te rends pas compte…Parle-moi sur un autre ton… » Alors qu'au fond de vous, il y a juste l'expression d'une écoute parfaite qui joue sa réponse. Vous aviez senti qu'il n'existait aucune ombre d'un doute à dire votre vérité, ni un seul soupçon de haine ou de comparaison. Qu'est-ce qui peut mettre l'autre en colère quand tout baigne pour vous ?
Ce phénomène se répétait souvent dans l'adolescence de Chouane. Mais elle restait fidèle à ses pensées, ses rêves et ses affirmations dont elle seule était convaincue.

Moi, elle ne me connaissait pas encore, il lui était absolument inconcevable que je puisse avoir une existence. Je la suivais depuis longtemps, sans jamais me manifester. Ce n'était pas une question de timidité, non. J'avais remarqué Chouane par sa manière particulière de rêver en classe et son audace à prendre la parole pour ceux qui n'avaient pas les moyens de dire. Elle ignorait la richesse qui lui avait été transmise par sa faculté d'expression et de communication. Moi qui ne connaissait que le silence et la contemplation. Je commençais à prendre la mesure d'un tel écart entre nous. Chouane me donnait envie d'aller avec elle, de penser avec elle, de rire avec elle, de danser avec elle… Tout ce qui bougeait de sa vie, je rêvais d'en être l'ami intime, un complice privilégié. Elle n'avait pas conscience de tout ce qu'elle provoquait autour d'elle, par sa part de responsabilité à choisir, décider, refuser, agir, transformer… Comment j'allais m'y prendre pour la rejoindre sans l'effrayer, sans lui faire peur, sans qu'elle ait à souffrir ?

Je savais avec justesse que ma rencontre avec Chouane allait déclencher un grand changement dans sa vie de femme. Tout autant pour moi d'ailleurs ! Ma vie solaire aérienne ignorait tout de l'humanité, aussi il me fallait frapper fort et vite pour que Chouane ne sente pas la masse infinie l'introduire. J'ai profité d'un jour merveilleux pour elle afin de lui laissé un souvenir créateur.

Chouane avait bientôt 26 ans, elle avait réussit un de ses rêves. Celui de s'installer à son compte comme Etalagiste Décoratrice dans le sud de la France. Elle créait ses décors et agençait les vitrines des commerçants. Ce matin là, elle avait réalisé un décor asiatique pour un client. Je choisis ce rendez-vous pour agir et plonger dans le vide. En amour total pour sa vie, j'abandonnai ma vie céleste. Je désirai partager le souffle de Chouane, avec autant d'ardeur qu'elle même fut désirée à sa conception.

Chouane roulait joyeuse, libre, légère et satisfaite de la journée qui s'annonçait créative et sans souci. Sur la pente douce d'une départementale, une voiture déboucha d'une résidence et fut l'impact de l'incident. Un accident de voiture, sans grande gravité pour personne. Chouanne fit un demi tonneau avec sa deux chevaux. Elle avait rapidement mesuré les distances de chaque voiture circulant dans les deux sens. Le concept de protection inscrit en elle l'a conduite au réflexe de braquer son volant à droite, en direction du véhicule qui déboucha du stop. L'angle d'un trottoir lui fut fatal et le choc la fit peser plus d'une tonne. C'est en cet instant clé que mon désir d'enterrer ma vie en elle se réalisa. Je fis mon entrée sur une page vierge de Chouane en vue d'une nouvelle vie…

Chouane sorti de sa voiture après un temps qui lui fut impossible à estimer. Elle avait une légère bosse sur le crâne, un bleu sur le bras et la cuisse gauche. Je venais de m'enterrer en elle, je m'en souviens encore… Ce fut lors d'un déplacement, la présence d'une certitude, une action, puis un choc. Juste après, un semblant de substance avec un son silencieux dans un espace limité, sombre, proche d'une nuit. Ensuite, un passage rapide plutôt surprenant en trois étapes avec un noyau, comme un astre observant les autres étoiles. Puis, une arrivée plutôt renversante. Elle ne pouvait pas savoir. Il lui était impossible d'imaginer ou d'interpréter ce mystère. Je ne l'ai ni aveuglée, ni apeurée. Personne à ses côtés pour rebondir avec elle face à cette union, à cet état de puissance insaisissable. Elle aurait bien apprécié se dire quelque chose, même en dialogue interne. Mais rien, silence absolu… Moi, j'étais heureux tel un sublime atome crochu, un original avec son double!


Retour au sommaire