Tatie Donatienne
Ou quand un mouton noir se transforme en bonne fée ?
de Marybé

Ce matin, l'orage est de mauvaise humeur et se laisse aller à des tonnerres de rouspétances. Whisky pense que ce n'est vraiment pas un temps à mettre un chien dehors et donc, qu'il n'a pas d'autre choix que de rester sagement confiné à la maison en attendant que le temps retrouve sa bonne humeur. Il s'accorde le droit d'user du canapé puisqu'il ne peut, du moins pour l'instant, aller musarder dans le voisinage.

Par chance, Natacha est en congé. Elle va donc certainement se mettre au nettoyage. Whisky adore voir Natacha exécuter des tâches ménagères avec une telle ardeur. Aujourd'hui, il est heureux d'être en si bonne compagnie. Il aura donc une distraction agréable. Il ferme juste un œil pour suivre les circonvolutions de Natacha qui vient de commencer à passer la serpillière sur les tuiles de céramique qui meublent le passage.

Soudain, alors qu'il s'était à moitié assoupi, il distingue un bruit qu'il connaît par cœur. C'est le bruit des bottines du facteur qui martèlent le gravier. Le bruit de ce crissement est vraiment haïssable. Whisky déteste le facteur et sans savoir vraiment pourquoi. C'est comme ça, un point c'est tout. D'ailleurs, pense-t-il, pourquoi devrais-je me justifier ? Beaucoup de ses confrères sont comme lui. Cela s'entend aux tonitruants aboiements qui résonnent dans l'air quand le facteur arrive dans les parages. Il vient à peine d'émettre un faible aboiement, (comme Natacha est là il vaut mieux qu'il modère ses ardeurs) que cette dernière lui intime l'ordre de se taire. C'est le courrier dit-elle, tais toi Whisky, ça suffit, je t'en prie.

Le facteur fidèlement a fait son devoir et a déposé le courrier. Pourvu qu'il n'y ait pas seulement que des factures, se dit Natacha. Il vaut mieux que j'aille voir sur le champ les cadeaux que ce cher messager m'apporte ce matin. Elle saisit son imper car la boîte destinée au courrier se trouve sur le petit mur de pierre qui borde le jardin. Elle se dépêche, car le temps ne badine pas et la pluie sue à grosses gouttes. Promptement, elle ouvre le couvercle prend le contenu et s'aperçoit qu'il n'y a que très peu de choses. Une publicité qui annonce en lettres majuscules "MAIGRIR EN TOUTE BEAUTÉ", une lettre l'accompagne. La publicité a vite fait d'aboutir au panier et l'attention de Natacha se concentre sur l'enveloppe. D'allure plutôt étrange, de couleur vieux rose tirant sur le mauve, avec un dessin bizarre dans le coin gauche, à la place, où parfois on trouve inscrit le nom de l'expéditeur. Cette lettre est adressée à Vincent Lopion. L'écriture est grande, large et le V de Vincent mange une grande partie de la place disponible. Natacha se questionne : "qui donc peut bien écrire à Vincent ? Et de plus sur ce genre de papier ? Une femme très certainement."

De plus, le timbre porte le cachet d'un pays étranger, qu'on ne distingue pas bien. Après une inspection plus poussée, Natacha conclu qu'il s'agit de courrier en provenance des États-Unis. C'est alors qu'il lui monte à la tête une effluve de curiosité. De qui donc est cette lettre ? Si j'appelais, Vincent, se dit-elle, sans doute pourrait-il m'éclairer. Un cruel dilemme se joue : la curiosité contre le raisonnable
qui voudrait qu'elle attende ce soir le retour de Vincent. C'est décidé la raison l'emporte; après tout, je ne suis pas concernée par cette missive au visage étrange.

Pour être sûre de ne plus y penser, elle ouvre le tiroir. Se ravise, non pas dans le tiroir se dit-elle je risque de l'oublier. Je vais la mettre juste sous la petite lampe et comme c'est cette lampe là qu'on allume, en priorité, lorsqu'il commence à faire noir, c'est donc évident que la lettre ne sera pas oubliée.

Le ménage s'achève, voici venu le temps de se délasser un peu. Lorsqu'elle veut se détendre Natacha prend ses crayons et jette quelques traits sur le papier. Elle a un talent évident dont elle est très consciente et elle fait son possible pour le développer le plus souvent qu'elle peut.

Presque 5 heures déjà ! Vincent ne va pas tarder. Penser à Vincent lui rappelle la lettre. Encore un peu de patiente ; elle va enfin pouvoir satisfaire sa curiosité émoussée. Tient, se dit-elle il me semble que j'entends du bruit. Elle ne s'est pas trompée. C'est un bruit de pas qu'elle connaît bien. Un pas décidé, ferme à l'image de son propriétaire. Vincent est bon comme du pain mais à la caractéristique d'être plutôt énergique et avance dans la vie en sachant ce qu'il veut.

Natacha aime les gens qui ont du caractère et qui savent où il vont. Elle a toujours eu une véritable horreur des mollassons qui disent oui ou non sur un ton monocorde ou encore pour qui prendre une décision représente un exploit de géant.

Après le baiser coutumier et toujours agréable, Natacha ne peut s'empêcher d'attendre plus longtemps. Elle exhibe la lettre aux allures un peu extravagante. Vincent ahuri la regarde et lui dit : "mais qu'est-ce donc que cela? Où as-tu été dénicher cette missive?" Elle t'est adressée, répond alors promptement Natacha, et d'après ce que je peux voir, elle vient des U.S.A.

De geste vif suivant son habitude, Vincent ouvre l'enveloppe et commence la lecture. Natacha est bouillante d'impatiente, mais heureusement Vincent lit à haute voix. La première chose à faire c'est de regarder la signature. Il déchiffre non sans peine un nom, celui de Donatienne

Donatienne, ça y est, j'y suis dit Vincent. Ce doit être Tante Donatienne, la sœur de Papa. Je ne l'ai jamais vue. Elle a disparu de la scène familiale lorsqu'elle avait vingt ans. D'ailleurs, elle a dans la famille fort mauvaise réputation. On dit d'elle, qu'elle est une tête brûlée, une sorte de folle remplie d'extravagance. Comme depuis son départ personne n'a plus jamais entendu parler d'elle, elle est vite tombée dans l'oubli. Un jour, il y a déjà longtemps, où son père avait le vague à l'âme et se remémorait ses années d'enfance, il avait glissé deux mots sur cette sœur, personnalité étrange avec laquelle il ne s'était jamais très bien entendu. Elle lui paraissait étrange, tellement originale. Elle venait toujours juste de fêter ses 20 ans lorsqu'elle décida de partir, parce qu'elle trouvait que la vie en famille était trop restrictive, fort monotone et qu'il ne se passait rien d'emballant là où elle vivait. Une excentrique, une originale, une tête folle avait décrété à l'époque le cercle familial. Sur "le mouton noir Donatienne" qui dérogerait ainsi ouvertement aux règles de bienséance, on avait tiré un trait et depuis on n'en parlait jamais.

Et voilà que subitement cette fameuse Tante Donatienne resurgissait de l'ombre tel un fantôme agitant le spectre des souvenirs !

En poursuivant la lecture, Vincent et Natacha eurent le choc de la découverte. La chère tante leur faisait une proposition en ces termes : … sans doute, mon cher Vincent, disait-elle, tu as entendu certaines choses à mon sujet. Tout ce que l'on a dit est juste et vrai. Je suis partie de mon plein gré, il y a fort longtemps. J'ai voyagé à travers le monde et je peux dire que je suis satisfaite de mon trajet. Mais maintenant que je viens de monter encore un échelon de plus sur l'échelle de l'âge, je me sens un peu fatiguée. J'ai vraiment le goût de faire une petit retour dans mon passé. J'aimerai revoir ton père, qui est aussi mon frère, comme tu le sais. Je suis sûre qu'il est resté le même. Toujours les même habitudes et le même genre de vie confortable et surtout sans histoires. Il a toujours été très casanier, c'est dans son caractère. J'ai donc une proposition à vous faire. Tu me passes ton appartement durant un mois et durant ce temps-là tu vas te balader avec ta conjointe dans la ville lumière. Évidemment tout cela à mes frais. Malgré que j'étais loin, je sais beaucoup choses…

Par exemple, je sais que ta compagne de vie porte le joli prénom de Natacha et que vous êtes ensemble depuis plus de deux ans. Je sais qu'il n'y a pas encore de sourire d'enfant pour enjoliver et meubler votre vie. Je sais tout cela parce que dès ma naissance j'ai reçu un don de voyance. Je devine que tu souris. Tant pis pour toi. Cela m'importe peu. Je sais aussi que Natacha a beaucoup de goût, dessine et peint très bien. Je suis sûre que qu'elle sera heureuse de découvrir la plus belle ville du monde.

Donc, en résumé, un mois à mes frais, tout inclus, plus quelques petits billets en guise d'argent de poche, en échange de l'occupation et l'usage de votre "chez vous". Quant aux dates, et si cela fait votre affaire, elles seraient du 1 au 31 juillet. J'attends votre réponse. Vous logerez dans un petit appartement qu'un de mes défunts mari, un colonel français m'a laissé en souvenir de mon court passage dans son cœur et sa vie. Il est situé dans le quartier du Marais, situation vraiment très agréable.

Enfin pour conclure, cher neveu et chère nièce, j'attends de vos nouvelles et j'espère qu'elle seront favorables. Ne vous encombrez pas de missive longue et littéraire, mais remplissez plutôt le formulaire de réponse ci-joint et renvoyez-le moi. Je pense que cette façon de faire vous simplifiera la tâche. Je vous embrasse tous les deux, ta vieille tante un peu toquée, Donatienne

Vincent et Natacha se regardent interloqués. Ils n'en reviennent tout simplement pas. C'est vraiment incroyable. Un mois à Paris, c'est à ne pas y croire. Sans dépenser un sous. Le moins qu'on puisse dire c'est que cette Tantine est vraiment quelqu'un d'étonnant. Tout un personnage ! Une telle offre ne peut se refuser dit Vincent le premier. Qu'en penses-tu ? Natacha, qui déjà dans sa tête se promène sur les quais de Paris, ne répond pas. Tu dis, demande-t-elle ? Vincent repose sa question. Évidemment une telle offre ne peux se décliner. Vite, on va lui répondre, dit Vincent affairé. Tante Donatienne a le sens des affaires et pour simplifier la tâche avait prévu un formulaire pour signifier l'accord. Décidément, la Tatie était hors du commun. Natacha et Vincent se sentaient irrésistiblement attirés par un tel personnage. Bon ne te trompe pas et surtout noircis les bonnes cases, dit Natacha et à nous deux Paris. Elle se met aussitôt à fredonner : j'ai deux amours, mon pays et Paris. Comment ça deux amours, dit Vincent, et moi dans tout ça ? Natacha reprend, j'ai trois amours, mon Vincent, mon pays et Paris. J'aime mieux cette version, dit Vincent en riant.

Quel jour est-on aujourd'hui ? demande-t-il soudain. Le 15 mai répond Natacha. Il reste tout juste un mois et demi pour nous préparer. C'est assez ; d'ailleurs lorsqu'on voyage l'été il ne faut pas grand chose. On va à Paris pour visiter, pour voir, et non pour nous faire voir.

Vincent s'empresse de poster le coupon réponse. Quelques jours après, ils reçoivent une autre missive de la Tante conçue dans un style télégraphique et qui se lit ainsi : "très heureuse que cela s'arrange - Ne rien acheter pour moi - Arrivée le 29 juin - Inutile de venir me chercher - Je loue une voiture - J'aurais vos billets et tout ce qu'il vous faut - Pensez à vos passeport - Hâte de faire votre connaissance et de vous embrasser. La toquée."

Durant toute la période d'attente il ne fut question que de ce voyage. Courses pour trouver des informations sur Paris, ce qu'il faut y voir. Le Louvre, nous allons aller au Louvre ce sera merveilleux, disait Natacha les yeux brillants. On va voir la Joconde en vrai. Et des Rubens, des Renoir. Tu te rends compte il faut que je me pince pour vraiment y croire.

Avec application chaque jour, Natacha fait une grosse croix rouge sur calendrier. Cette manière de faire permet de mieux juger le nombre de jours qu'il reste à attendre.

Les jours défilent et ce matin c'est la date fatidique. 29 juin le début des vacances et le jour prévu pour le débarquement de très chère tante.

Vincent et Natacha ont fait la grasse matinée et prennent sans se presser leur petit déjeuner. Il doit être environ 11 heures. Soudain un coup de klaxon, un coup soutenu et long puis quelques uns plus petits. Un peu ce que l'on entend lorsque l'on veut attirer l'attention lorsqu'on fête un mariage.

Serait-ce déjà la Tatie qui arrive ? En effet, d'une voiture au style d'imposant corbillard, sort un personnage pour le moins étonnant. Grande et d'une corpulence vraiment plus qu'honorable Tante Donatienne s'avance allègrement et d'une voix de stentor déclare : "Ah ! mes enfants que je suis heureuse. C'est vraiment merveilleux. J'ai de nouveau 20 ans !" Elle arrête son bavardage et examine avec attention ses neveux interdits. "Vous êtes bien comme je le pensais". Entrez, ma tante, dit Natacha quand même un peu intimidée. Vous êtes ici chez vous et j'espère que vous allez vous y plaire.

"Ne vous tracassez pas pour ça mon enfant, sachez que là où je mets mes souliers, je me plais". "Mais, dites-moi plutôt; Avez-vous hâte de découvrir Paris ?". Vincent qui jusqu'alors n'avait encore rien dit, répond : "Tante Donatienne vous êtes incroyable. Nous sommes tellement contents. Nous ne savons pas comment vous remercier".

"Me remercier? Point du tout, ce n'est un échange de bons procédés et rien d'autres" répond Tante Donatienne. "Puis-je laisser ma voiture stationner dans l'entrée?"

Oui, oui, sans problèmes répond Natacha. Bon, allons nous asseoir. J'ai bien hâte de bavarder et de faire plus ample connaissance et puis, il ne faut surtout pas que j'oublie, j'ai plein de documents à vous donner.

Avant tout autre chose, il faut que vous sachiez que je tiens mordicus à aller moi-même vous conduire à l'aéroport. J'adore les ambiances d'aéroport et vous ?

Nous n'y sommes pas allés très souvent vous savez, répond Natacha. D'ailleurs nous n'avons jamais pris l'avion. Ce sera notre baptême de l'air.

Votre baptême de l'air ! Mais c'est formidable ça, un baptême de l'air cela se fête. Tiens, Vincent, regarde dans le coffre de la voiture, il doit y avoir un grand sac de toile. Fouille et tu trouveras quelque chose d'intéressant. Quelque chose de liquide et qui pétille. Quelque chose de succulent.

Vincent revient avec la bouteille. Durant ce temps Natacha est allée chercher 3 flûtes à champagne et voici le moment de trinquer. Vincent parle le premier. Chère Tante Donatienne je lève mon verre à votre retour au source, à tous vos souvenirs de jeunesse et à votre séjour parmi nous. Je bois au grand plaisir de vous connaître et à votre générosité. Ta ta ta, répond Tatie moi je bois à votre voyage à Paris, à votre jeune âge aussi. Profitez de la vie mes petits, le plus possible, aimez vous et soyez très heureux.

Il n'y a plus que quelques heures avant le grand départ. Elles se passent à la vitesse de l'éclair. Derniers préparatifs pour les voyageurs et pour Tatie une longue conversation téléphonique avec son frère. Une promesse émue de se revoir dès que le jeune couple aura pris son envol.

Un soleil radieux s'est levé sur le 1er juillet. Les bagages placés dans le coffre de la voiture, Natacha et Vincent prennent place. Ils s'installent devant, la voiture est tellement spacieuse, il y a largement de la place pour trois. Tatie Donatienne s'installe au volant. Elle adore conduire et le fait d'ailleurs très bien. Le trajet n'est pas long. Environ une grosse demi-heure. Terminus tout le monde descend, dit Tatie, aussitôt qu'elle eut terminé sa marche arrière afin de garer l'auto. Les bagages enregistrés, il reste amplement du temps pour s'asseoir et bavarder encore un peu. La conversion tourne évidemment sur toutes les choses qu'il faut absolument faire et voir à Paris. Tatie connaît Paris comme sa poche. Elle glisse aussi quelques petits conseils. Paris est à vous mes enfants, ouvrez vos yeux tout grands. Elle s'approche de Vincent et lui glisse quelques mots à l'oreille. Natacha voit que Vincent semble un peu embarrassé parce qu'il devient tout rouge.

Qu'est-ce que Tatie a bien pu lui dire? se dit Natacha qui ressent une pointe de curiosité, lui chatouiller le cœur. Elle ne dit rien sur le moment, mais se promet de faire sa petite enquête dès que les circonstances s'y prêteront.

Une voix complètement asexuée annonce le numéro du vol et la porte d'embarquement. Cette fois ça y est. Vincent, puis Natacha embrassent avec effusion tante Donatienne. Un souffle d'émotion passe tout doucement. Un dernier signe de la main. Finalement les adieux sont consommés.

En franchissant la porte de l'avion, une hôtesse accueille Vincent et Natacha et indique leurs places. Quel confort ! Tatie a pris des billets de première classe. Je suis tellement heureuse, je suis au septième ciel, dit Natacha à Vincent. Aussitôt elle se rend compte du comique de ce qu'elle vient de dire, puisqu'ils n'ont pas encore décollé. Mais cela ne tardera pas, le commandant de bord vient d'annoncer de se tenir prêt. On amorce les manoeuvres de décollage. L'avion roule vite, de plus en plus vite et Natacha se sent comme projetée dans le fond de son siège. Elle tient la main de Vincent et la serre très fort. L'avion roule encore et puis, soudain, c'est magique, attiré comme un aimant vers le ciel l'oiseau d'acier monte, toujours plus haut. Le paysage s'éloigne devient de plus en plus petit comme le village de Lilliput, c'est tout simplement génial

On sent qu'il monte encore plus haut. Les petites lumières rouges indiquent que l'on peut détacher sa ceinture. L'altitude de croisière est obtenue. Dis Vincent, dit soudain Natacha, elle est vraiment formidable tante Donatienne, tu ne trouves pas ? Elle va renouer avec son frère qu'elle n'a pas vu depuis des années et regarde ce qu'elle a fait pour nous. Puis sur un ton qu'elle veut tout à fait anodin, elle demande : "au fait, tantôt, qu'est-ce qu'elle t'a chuchoté dans l'oreille ?"

Tu veux vraiment le savoir, répond Vincent, en regardant Natacha avec tendresse. Mademoiselle est curieuse. Qu'est-ce que Tatie a bien pu me dire ? Tu veux vraiment le savoir. Il prend plaisir à la faire languir. Puis il lui passe son bras autour de ses épaules, l'attire vers lui et en lui mordillant l'oreille : elle m'a dit que tu étais une fille formidable, que je serais un imbécile de ne pas t'épouser et qu'on devait profiter de l'occasion pour fabriquer un "bébé made in France" Et, que toute cette machination, elle l'a fait parce qu'il est grand temps qu'elle devienne grande tante.

Natacha a les yeux qui brillent. Et toi qu'est-ce que tu penses de cette suggestion ? Demande-t-elle

Je pense qu'on se doit de lui faire plaisir, répond Vincent ému et je peux t'assurer que cela ne me déplaît pas du tout. Ensuite il ajoute en s'étranglant un peu : Natacha Dupré, voulez-vous devenir ma femme et la mère de mon bébé. Je vous donne jusqu'à l'atterrissage pour donner votre réponse.

Natacha a la voix qui tremble un peu. Vincent Lopion, je vous remercie de votre proposition et du délai que vous m'accordez. Mais je préfère que les choses soient claires tout de suite. À ce que je vois, votre proposition demande, deux réponses. Alors les voici, proposition un : le mariage je dis oui, proposition deux : le bébé, je dis oui aussi.

Tatie Donatienne a vraiment un don de voyance car c'est exactement ainsi qu'elle avait prévu les événements. Une demande de mariage en plein ciel n'était-ce pas romantique à souhait et gage de réussite ? Et choisir Paris comme site de fabrication d'un poupon, c'est tout simplement magique.

La vie l'avait gâtée, lui avait donné beaucoup d'amour et de bon temps, plusieurs amants, mais jamais d'enfants. Elle en avait éprouvé un réel chagrin. Cependant elle n'était pas du genre à s'appesantir sur son sort; elle s'était dit qu'il lui fallait trouver une solution pour remédier à cette situation. C'est ainsi qu'elle avait eu l'idée de fixer son choix sur son neveu afin de le gâter un peu et de se gâter elle aussi, par la même occasion. En effet, elle escomptait bientôt avoir un petit neveu ou encore une petite nièce à bercer et à câliner. Et comme elle a toujours eu le goût de faire des choses de manière assez originale, elle avait eu un plaisir évident à fomenter toute cette romanesque affaire.

Vincent et Natacha baignent dans l'euphorie de leurs projets d'avenir.

Soudain une voix les réveille : Que prendrez vous comme apéritif, Madame demande l'hôtesse en se penchant vers Natacha. Et vous Monsieur ?

C'est le déclic qui fait revenir Vincent et Natacha sur terre; mais non pas sur terre puisqu'ils flottent encore dans les airs. Il reste environ 5 heures de vol avant de toucher le sol de Paris. Non, simplement ils redeviennent conscients de leur environnement et à l'unisson ils s'entendent répondre : comme apéritif ? Mais du champagne naturellement !

Et les yeux dans les yeux, le cœur amoureux et heureux, ils trinquent à la santé de leur baptême de l'air, à la ville lumière, au mariage, au bébé et bien évidemment à cette incroyable Tatie Donatienne; cher mouton noir qui s'est transformé en fée !

Marybé décembre 1996

Sommaire