Les châteaux de sable de N'Djamena
de Manuel Hanot



Hier, vers 14h50, aéroport Roissy Charles de Gaulle. 8 ressortissants Tchadiens et un somalien se présentent à l'enregistrement du vol Paris-N'Djamena de 18h00. Un surprenant groupe les suit. Ils sont accompagnés de 43 enfants français agés de 7 à 11 ans, affublés de lunettes de soleil, d'épuisettes et de chapeaux de paille. L'hôtesse, à qui on ne la fait pas, prévient immédiatement les services de police. Depuis quand emmène t-on des gamins en colonie de vacances au Tchad?

C'est aussi la question qu'on du se poser les policiers de la PAF lorsqu'ils ont interrogé nos curieux animateurs. Ce groupe est en fait une association, l'arche de N'Djamena, organisation obscure présente sur le terrain humanitaire Tchadien. Après quelques confuses explications, le groupe a été placé en garde à vue. Ils auraient affirmés emmener ces enfants pour « un séjour ludico-culturel à N'Djamena et dans des coins pittoresques comme Mogadiscio, capitale de la Somalie, ou Karthoum, capitale du Soudan » (où l'humanisme du pouvoir est unanimement célébré, NDLR). Il s'agissait avant tout d'un voyage éducatif, aurait déclaré le leader de cette créative association. Mais après quelques vérifications, les policiers sont stupéfaits. En effet, aucun des enfants n'avaient d'autorisation de sortie de territoire, et encore moins de visa tchadien. Pourquoi une telle faille dans l'organisation, quel était le réel but de ce voyage? Les présumés coupables maintiennent leur version. Cependant, certaines zones d'ombres s'éclaircissent. Les membres de l'association, décidément très inspirés, auraient racontés aux enfants qu'ils participaient à un grand voyage pour aller voir le fascinant spectacle savanesque : lions, girafes, rhinocéros, flamands roses, guépards... Autant dire que l'excitation était à son comble chez les marmots.

Au Tchad, les familles d'accueil ne comprennent pas. C'est une immense déception. L'association leur avait proposé d'héberger les enfants pendant la durée du sejour. Yvonne M'bessa, habitante de N'Djamena, la mine des mauvais jours, a du mal à cacher sa déception: « On nous a dit que c'étaient des enfants à la dérive, un peu perdu » se confie t-elle. Elle poursuit: « L'idée était de leur offrir la chaleur et la sécurité d'une famille africaine ». Les enfants sont en fait tous originaires des Hauts-de-Seine (92), principalement de la riche Neuilly-sur-Seine. Du fond de sa geôle de gardé à vue, Maurice N'Doblo, leader de l'arche de N'Djamena, s'explique: « Nous voulions juste offrir un meilleur cadre de vie à ces enfants, leur donner de meilleures chances de se construire et de s'épanouir », et il poursuit, « Ces enfants sont délaissés par leurs parents qui occupent d'importantes responsabilités dans la forêt de sièges sociaux qui poussent hauts dans cette feu-verdoyante vallée du 92 ». « Livrés à eux-mêmes, ou confiés à des Nounous, (africaines la plupart du temps, NDLR) ils ne font que jouer à la console, écouter leur Mp3. Comme pour meubler un vide intérieur tel le fumeur en repentir qui compense en se remplissant frénétiquement la panse. Nous, africains, pouvons les aider ». Les policiers, peu sensibles à ce genre d'arguments ont prolongé la garde à vue de 48h. Que pourraient donc faire de gentils tchadiens pour l'éducation de gamins dont les familles possèdent le département le plus riche de France? Et en effet, l'interrogation est légitime.

Car non seulement ils n'avaient légalement pas le droit de quitter le pays, mais en plus les parents des bambins n'étaient pas au courant de la nature exacte des « vacances ». Isilie de Gondecourt, la mère de deux des enfants kidnappés nous explique le contexte de sa rencontre avec la sournoise association : « ils nous ont proposés un stage intensif de tennis pour les enfants, encadrés par d'anciens champions de tennis africains. Ils avaient l'air très sympathiques, j'ai tout de suite été emballé » s'emeut-elle. Très impressionné devant la qualité de ses interlocuteurs, Isilie n'a pas hésité une seconde à verser les 4000 euros demandés en liquide pour cette sportive semaine.

Et ce n'est pas tout, car derrière cet insolent projet se cache une réalité encore plus sombre : certaines familles d'accueil nous ont révélées une troublante facette de ce projet. En effet, l'association aurait parlé à demi-mots d'adoption à ces familles. Et certaines de ces familles auraient payés très cher cette possibilité d'adoption: jusqu'à 2 ans de salaire local. Pour eux, il s'agissait de sauver ces enfants, « gangrénés par un mode de vie centré sur l'argent, poussant l'individu vers lui même, au détriment de la qualité des relations avec les autres. » Derrière ces déclarations humanistes, quelles étaient les réelles intentions? Peut-être que ces Tchadiens n'étaient que d'habiles marchants d'enfants, peut-être n'étaient t-ils que des humanitaires du dimanche, prêts à sauver tout ce qui bouge, peut-être n'étaient t-ils que des bênets qui, empoisonnés par la télé et ses violents clichés se sont laissés embarqués dans cette improbable aventure. Peut-être, en tous cas, les enfants de Neuilly-sur-Seine n'iront pas faire des châteaux de sable avec les lions dans les dunes de N'Djamena.

Pour les 103 enfants enlevés par de pitoyables imposteurs
qui ont foudroyé l'image déjà fragile de trop nécessaires associations

Hestebann


Retour au sommaire