Bienvenue
de Loulouboy



Bienvenue…
Bienvenue…
Ce mot résonne dans ma tête, comme si c’était le premier mot que j’entendu. Ce mot si bizarre BIEN-VENUE. Ce mot, comme si il avait été rajouté dans cette langue pour avoir un seul et unique sens. Bien venue c’est-a-dire bonne venue ou venue ou bel venue ou…je ne sais quoi mais ce mot reste en moi et m’interroge, je sais qu’il aura un rapport dans mon histoire. Ou peut-être est-ce un mot d’une vie antérieur que j’eus vécu. Mais là dessus je ne m’inquiète pas, car je sais que je trouverais, j’ai toujours trouvé et résolu mes problèmes d’une manière ou d’une autre.
Bienvenue : Adj. Qui vient au moment favorable et est de ce fait bien accueilli.
Pour moi, on ne peut pas dire que je suis venue à naître à un moment favorable.
Je suis né un soir orageux, le 13 décine -658 av fin du monde, un jour de pluies, de vents et d’orages violents comme tous les jours d’ailleurs dans ce monde si sombre. Si je vous disais que je mène deux vies différentes? Une vie dans ce monde effroyable dirigé par Le Mal dont personne ne connaît le nom, ni le visage de cet être dangereux et destructeur.
Mon deuxième monde, si je peux me permettre est le monde qui m’appartient…
Le Monde Des Rêves. Un monde où tout est possible, un monde a l’abri de cette réalité. Dans le monde des Rêves, je peux voler comme un oiseau, nager comme un poisson, creuser comme une taupe. VIVRE.
Pourquoi est-ce-que je vous dit Monde Des Rêves alors que cette endroit devrait s’appelait « LIBERTÉ »
Bon alors je vous dit où j’en suis, d’abord les présentations : mon numéro est le 1936465329#, je suis source d’une technologie d’un autre univers et c’est pour cela que je suis tant convoité par les scientifiques. Je me cache car la planète où je demeure est dirigée par Le Noir : Un être inconnu de nous tous.
— Aïe !!! je sens une bête descendre de mon dos !!!
Un letrolecsplus m’attaque. Je me défend a l’aide de mon épée de feu. Je me défend a coup d’épée, la bête a de longues griffes très fines, elle est encore humide. Splash !!!
Je me réveille.
— Chérie tu t’es encore enfermée dans le cagibi dans le noir, quand est-ce-que tu grandiras un peu, je te rappelle que tu a douze ans.
— Oui maman, la serpillère m’est tombée dessus toute mouillée et mon bâton rouge est cassé. J’ai rêvé que j’étais un être convoité par tous dans un monde un peu bizarre.
— Si tu veux on pourra retourner voir le psychologue. Et puis on pourra aller voir Papa en prison
Voila ma vie, je rêve de liberté pour moi mais inconsciemment c’est pour mon père.
Ne serait que pour le revoir une fois.


Sommaire