Qui est au bout du fil ?
de Leo Molko



Je suis un fil. Sans début ni fin. Je n’ai rien. Je ne veux rien. Mais je peux tout. Je suis immortel, la seule raison de mon immortalité est mon innaissance. Pourtant j’existe. Mais je ne vis pas. Cogito, ergo sum... je suis puisque j’existe, mais je crois que je ne pense pas. Finalement, si. Je pense. Et c’est seulement parce que vous pensez que je ne pense pas que j’ai cru que je ne pensais pas, et par la force des choses que je n’étais pas. Je suis un peu menteur. Je vous ai dis que je pouvais tout. C’est faux. Je peux créer. Mais je ne peux détruire que ce que j’ai crée. Pas ce qu’a crée ce que j’ai crée. Je suis Dieu. Dieu est un fil. Je crois en Dieu. Mais je n’ai pas confiance en moi.
Si j’étais né, j’écrirais ma biographie. Elle ne contiendrait que deux mots, une apostrophe et un point. J’existe. Je ne fais rien d’autre qu’exister. Je ne crée plus rien. C’est une grave erreur, créer. Car ce que je crée crée pour détruire, mais que je ne peux détruire les crétaions de ce que j’ai crée. J’ai crée la Terre, elle s’ennuyait, elle a donc crée l’Homme. L’Homme la détruit. Il tue ce qui le fait naître. Il se tue. L’Homme est un imbécile... Les preuves sont nombreuses, un livre sur les mouches vous renseignera certainement davantage...
Je suis un fil. Sans faim ni début. Je suis Dieu. Je veux tout. Du début à la fin. Pourtant c’est impossible... C’est encore bien une imbécilité de l’Homme d’avoir dit que Dieu est Tout-Puissant. Dieu est un sac de noeuds.


Retour au sommaire