Le gros mélange (5)
L'île de Paradise
de Kévin Graillot



Chapitre 1
L'occupation

Sur terre, les armées de l'empereur contrôlent toute la surface de la planète, celle-ci est recouverte de lave en fusion.
La population est réduite à un million d'habitants sur terre, ils sont tous aux ordres de l'empereur et de ses complices.
L'empereur gouverne d'une main de fer la planète, il a un palais, le plus beau et luxueux de la planète (il n'a pas de mal vu l'état de la terre), des vassaux s'occupent de ses petits caprices de chef.
Un jour, Anubis arriva devant lui, l'empereur était en train de manger une sucette à la fraise, il lui demanda :
— Qui a-t-il ?
— Mon maître, fit Anubis, un vaisseau Asgarde est en orbite autour de la terre et demande que l'on parte en remettent la planète comme elle fut avant.
— Et bien, répliqua l'empereur, vous allez me détruire ce vaisseau.
— Oui, répondit Anubis, puis il partit chercher un vaisseau pour détruire l'Asgarde.
Sur le vaisseau de celui-ci :
— Commandant Thor ? fit un Asgarde.
— Oui ? répondit celui-ci.
— Un vaisseau se dirige vers nous pour nous détruire, expliqua l'Asgarde.
— Et bien hic, fit Thor, vous hic le combattait.
— D'accord !
Le vaisseau Asgarde tira sur celui d'Anubis qui avait des boucliers, donc pas de dégâts.
Ensuite, celui d'Anubis tira sur celui de Thor.
Mais celui de Thor avait lui aussi des boucliers.
Alors Anubis lui tira plusieurs fois en simulation et les boucliers du vaisseau de Thor se cassèrent puis le vaisseau explosa.
— Non, hic, fit Thor.
Et dans un ébroua le vaisseau se rempli de feu et se désintégra.
Anubis sauta de joie et se pris le plafond de son vaisseau, il était tellement contant qu'il fit pipi dans sa culotte. Le caleçon « Vive Anubis le grand » devint humide.
Sur terre, l'empereur jouait à l'UNO avec le docteur d'enfer, mais soudain, il ne se passa rien.
Anubis alla faire caca dans son vaisseau, mais il y avait un trou dans ses toilettes.
Il poussa et le caca tomba du vaisseau…
— Mon dieu, fit l'empereur, je n'ai jamais de chance, le ciel va finir par nous tomber sur la tête.
Puis le caca d'Anubis tomba sur la tête de l'empereur.
— Oh ! Merde, fit Anubis.
— Anubis tu me fais chier, hurla l'empereur.
— C'est vrai que vous avez une chance de merde, rétorqua le docteur d'enfer.
Anubis atterrie puis alla présenter ses excuses à l'empereur.
Soudain, l'alarme sonna.
— Que se passe-t-il ? demanda l'empereur.
— C'est le vaisseau de Jean-Luc Picard, fit Anubis.
Dans l'Enterprise du capitaine Jean-Luc Picard…
— Voilà, nous y sommes Jack Sparo, allez y faire un scanner de la planète, dit Jean-Luc.
— Oui, répondit Sparo.
Le vaisseau scanna la planète pour savoir de quoi elle avait l'air depuis leur départ.
Sur terre…
— Tirez sur eux, ordonna l'empereur.
Un rayon d'énergie décolla de la terre en direction du vaisseau.
— Sparo, fit Jean-Luc, mettez les boucliers au maximum.
— Ils le sont capitaine, répondit Sparo.
Le rayon toucha le vaisseau.
— Nous avons perdu nos boucliers, hurla Sparo.
— Quoi ? cria Jean-Luc, en un seul tire ?
— Oui, répondit Sparo.
Un autre rayon fut lancé.
— Il nous faut partir, cria Jean-Luc.
— On n'a plus de moteurs, ils sont morts, hurla Sparo.
— D'accord ! cria Jean-Luc, allons aux navettes de secours.
— Ok ! hurla Sparo.
Le rayon frappa le vaisseau qui explosa.
— Je l'ai eu, fit Anubis avant de faire pipi dans sa culotte.
Les navettes de survit retournèrent sur Paradise avec Jack et Jean-Luc dedans.


Chapitre 2
Le paradis


Sur l'île de Paradise, les habitants vivent leur vie très tranquillement et très joyeusement, chacun à sa maison, sa piscine, son confort quoi !
Yoda régnait sur l'île avec Dumbeldor.
Quand les navettes arrivèrent sur l'île endommagées, Yoda gifla Sparo et Jean-Luc.
— Mais pourquoi monsieur ? demanda Sparo.
— Vous êtes des cons, hurla Yoda, vous vous êtes surement fait suivre jusque là.
— Désoler, fit Jean-Luc, on n'y avait pas pensé.
— Trop tard, fit Yoda.
Un vaisseau de l'empereur arriva sur l'île.
Mais de l'océan, un énorme laser en sortit et détruisit le vaisseau.
— Et bien, fit Dumbeldor, cette île est pleine de surprises.
— Oui, fit Yoda, mais j'ai enregistré une source d'énergie émanant du vaisseau avant qu'il n'explose.
— Plus clairement ? fit Dumbeldor.
— Quelqu'un ou quelque chose c'est téléporté sur l'île, expliqua Yoda.
Dans le nouveau Poulard…
— Péteur, hurla Rogue.
— Oui monsieur ? fit Harry.
— Arrêtez de bavarder avec Wesley, cria Rogue.
— D'accord, fit Harry.
John Coffer leva le bras.
— Oui John, fit Rogue, tu as la parole.
— Je… fit John.
— Parle plus vite, fit Rogue.
— Donner lui une potion pour cela, fit Hermione.
— ...voudrai… fit John.
— Je n'en ai pas miss Grangé, hurla Rogue, vous n'allez pas m'apprendre mon métier.
— Non monsieur, fit Hermione, désolé !
— ...inviter…, fit John.
— Bien je continu, continua Rogue.
— Oui monsieur, murmura Hermione, gros con.
— ...Yoda…, fit John.
— Je vous ai entendu, hurla Rogue à Hermione.
— Moi monsieur, fit Hermione, mais je n'ai rien dit.
— ...et…, fit John.
— Vous serez en retenue miss Grangé, dit Rogue, pendant 8 heures.
— Mais monsieur… supplia Hermione, je vous en pris, 8 heures c'est une journée.
— ...Lupin…, fit John.
— Je sais encore combien comporte d'heures une journée de classe, cria Rogue, je n'ai pas besoin de vous pour me le dire.
— Je sais professeur, dit Hermione, mais une journée c'est long.
— ...chez…, fit John.
— Je le sais bien, hurla Rogue, pourquoi croyez-vous que je vous en ai donné autant.
— Vous êtes méchant, se défendit Hermione.
— ...moi…, fit John.
— C'est moi qui suis méchant, hurla Rogue, vous m'avez insulté la première.
— Mais monsieur… dit Hermione, c'était une petite blague.
— ...demain…, fit John.
— On ne blague pas avec les professeurs, cria Rogue, surtout moi !
— Je le savais, dit Hermione.
— ...à…, fit John.
— Alors pourquoi l'avoir dit ?, questionna méchamment Rogue.
— Parce que je le pensais, se défendit Hermione.
— ...20H00 !, termina John.
— On n'a pas le droit de dire ce que l'on pense à ses professeurs, hurla Rogue.
— Pardon ! fit Hermione.
Dans le bureau de Dumbeldor…
— Yoda, appela Dumbeldor.
— Oui ? fit celui-ci.
— Nous sommes invité dans la maison de John Coffer demain à 20H00, dit Dumbeldor.
— D'accord, fit Yoda.
La sonnerie sonna et se fut la fin des cours, chaque élève avait une maison pour lui tout seul.
Yoda rentra chez lui, s'installa devant sa piscine et prit le manuscrit très rare de la bible qu'il avait volé lors de son voyage dans le temps.
Pendant ce temps, Hagrid et Mrs. Maxime, jouaient au loup.
— Je vais t'attraper, fit Mrs. Maxime en rigolant à Hagrid.
— Je cour plus vite, fit Hagrid, il entra chez Yoda sans le faire exprès, Mrs. Maxime le suivit.
Puis pour ne pas se faire toucher par Mrs. Maxime, il sauta dans la piscine de Yoda qui se vida et forma un énorme raz de marée.
Yoda regarda par-dessus son manuscrit et aperçu la vague. Il cria et la vague vint l'emporter avec la bible qui fut complètement déchiqueter par les eaux et l'écriture toute effacer.
Chez Dumbeldor et Macdonald…
— Chérie, appela Dumbeldor.
— Oui, répondit Macdonald.
— Regarde par la fenêtre le temps qu'il fait pour savoir si je dois arroser le jardin, expliqua tendrement Dumbeldor.
Macdonald tira le rideau et ne vit que de l'eau, la vague avait noyé tout le village.
— Je ne crois pas chérie, répondit Macdonald.
Dumbeldor tira le rideau et vit les poisons nager. Puis il vit Yoda qui faisait des bulles pour respirer.
La vague finit de passé…
— Imbécile, hurla Yoda à Hagrid.
— Désoler monsieur, fit Hagrid.
Yoda le mit à la porte et retourna remplir sa piscine.
Le soir arriva…
Harry se mit tout nu avec Hermione et ils allèrent dans leur lit.
Le lit bougeait.
Pendant se temps, Lupin se promenait dehors, il n'y avait pas de lune donc il ne s'inquiétait pas de son état de loup garous.
Il marchait dans la forêt noire quand il entendit une branche casser, comme si quelqu'un avait marché dessus.
— Qui est là ? demanda t-il.
Personne ne répondit.
Il se retourna pour partir quand il vit une ombre courir se cacher derrière un arbre.
— Je ne trouve pas cela drôle, dit Lupin ;
Il voyait l'ombre remuer dans les buissons.
Il s'avança lentement vers les buissons.
— Sortez de là, disait-il en avançant prudemment.
La chose faisait de drôles de bruits.
Lupin avait peur, si peur, qu'il transpirait de sueur.
— Allez, sanglota t-il, sort de là, on a assez joué.
Il arriva près du buisson et écarta les branches pour voir la chose.
Un cri retentit dans les bois et les corbeaux de merde qu'on voit dans les films qui font peur, s'envolent.


Chapitre 3
Une visite chez John


Le lendemain, Yoda nageait dans sa piscine quand il vit un poisson dans sa piscine.
Il décida d'ouvrir un club de pêche dans sa piscine (ce qu'il ne savait pas c'est que c'était le poisson en plastique de Neville) quand quelqu'un sonna à sa porte.
Il partie ouvrir la porte et vit Harry, Ron et Hermione.
— Que voulez-vous ? demanda t-il.
— Le professeur Lupin n'est pas chez lui, on pensait qu'il était ici, répondit Hermione.
— Il s'est surement défilé pour ne pas aller chez John, tu viendras donc avec moi Harry, que je ne sois pas seul, fit Yoda.
— Mais… dit Harry.
— C'est décidé, rétorqua Yoda.
— D'accord ! fit Harry.
Dans l'après midi, Harry vit Adrien Monk qui se promenait avec Sharonna son assistante et Scottelmayer qui gardait toujours un œil sur eux.
Le soir arriva et Yoda accompagnait d'Harry allèrent voir John dans sa maison.
— J'espère qu'il s'est mit près de la porte pour nous ouvrir, dit Yoda.
— Moi aussi, fit Harry.
Ils arrivèrent devant la maison de John, Yoda appuya sur la sonnette.
— Ding…
— Elle met du temps à sonner sa sonnette, ricana Yoda.
— Ouais, répondit Harry.
— ...Dong.
Vingt minutes plus tard…
— Il en met du temps, dit Harry.
— J'arr.… fit John.
— Oui en effet, dit Yoda.
— Mais bon on a à l'habitude, fit Harry.
— Ouais, dit Yoda.
— ...ive ! fit John
— Et bien, dit Harry, on peut encore attendre une heure.
Une heure plus tard, John vient ouvrir.
— Bonjour, dirent Harry et Yoda.
— Bon…, fit John.
— La soirée va être longue, dit Harry.
— Viens, dit Yoda, on s'en va.
— …jour, fit John.
— Au revoir, firent Harry et Yoda.
— Au…, fit John.
— Ce n'est pas polie, dit Harry.
— Oui, mais on ne va pas rester ici, dit Yoda, pour rien.
— ...re…, fit John.
— Oui, c'est vrai, fit Harry.
— On y va, dit Yoda.
— ...voir, fit John.
Harry et Yoda partirent ce coucher, il était 22H00 du soir.


Chapitre 4
Bataille sur Paradise


Plusieurs jours sont passés et John Coffer vient juste de refermer sa porte.
Au nouveau Poulard…
— Mais monsieur je n'ai pas comprit à quoi sert se sort ? demanda Neville à Yoda.
— Et bien, expliqua Yoda, vous venez d'apprendre à faire une maison, à la décorer et tout.
— Oh ! firent les élèves.
— Et oui, fit Yoda.
Soudain, le directeur appela Yoda.
— J'arrive monsieur, fit Yoda.
Il arriva dans le bureau du vieux.
— Que se passe t-il ? demanda Yoda à Dumbeldor.
— Des vaisseaux attaquent l'île, répondit le professeur Dumbeldor.
— De quel genre, demanda Yoda.
— C'est Anubis, fit Dumbeldor en se levant.
Yoda prit un vaisseau, ainsi que Dumbeldor, Harry, O'Neill, Sparo, Jean-Luc, Rogue et Sirius.
— Pourquoi l'arme ne se déclenche pas comme avant ? demanda Ron.
— Quelqu'un sur la planète à du la désactiver, répondit Macdonald.
Les vaisseaux de Paradise se mirent devant ceux d'Anubis.
Dans son vaisseau, Anubis ordonna d'ouvrir le feu.
En même temps, ceux de Paradise ouvrirent aussi le feu.
Des missiles, tirent et lasers se rencontrèrent.
Beaucoup d'explosion, d'impactes sur boucliers…
— Tirez plus vite, ordonna Anubis à ses vaisseaux.
Les ordres furent exécutés.
— Manœuvrez pour éviter leurs tires, ordonna Yoda.
— Il y en a de trop, fit Sirius, Harry, reste derrière moi.
— Reçut, fit Harry.
Il plaça son vaisseau derrière celui de Sirius.
— Bien, fit Sirius.
Sur Paradise…
— Alors, fit Hermione, à Raper.
— J'ai brouillé leur moyens de communications dès qu'ils nous ont vu, répondit Raper.
— Bien, fit Hermione, il faut donc tuer l'agent infiltré sur la planète et les vaisseaux autour et personne ne saura que nous sommes là.
— Oui, répondit Raper.
Dans l'espace…
Yoda décida d'infiltrer le vaisseau d'Anubis. Il se téléporta dedans.
Il marcha lentement dans les couloirs et vit Anubis.
— Yoda, fit Anubis, en se retournant pour voir Yoda.
— Oui, répondit Yoda, je suis là.
— L'on va se battre alors ? demanda Anubis.
— Ou l'on peut boire un thé si tu veux, fit Yoda en ricanant.
Les vaisseaux se tiraient dessus.
— Il faut faire exploser leurs réacteurs, fit remarquer Jean-Luc.
— Je m'en charge, dit Sparo.
Il se positionna vers le vaisseau d'Anubis pour tirer sur les réacteurs, mais un laser vint frapper son vaisseau.
— J'ai de gravent dommages, fit Sparo, j'abandonne le vaisseau.
Puis il prit une navette de secours pour retourner sur Paradise.
Dans le vaisseau d'Anubis…
— Tu es beau, fit Anubis à Yoda en buvant son thé.
— Je sais, fit Yoda, mais tu n'es pas mal non plus.
— Merci, fit Anubis en noircissant.
— Bon, fit Yoda en se levant et posant sa tasse, ce n'est pas tout, mais je dois te tuer.
— Ah ! Oui, fit Anubis, c'est vrai.
Yoda prépara son sabre laser.
Anubis lança des éclaires que le sabre de Yoda absorba.
Yoda prit avec la force la porte et la balança sur la tête d'Anubis qui tomba par terre.
Puis, Yoda repartit dans son vaisseau.
Anubis se releva.
— Je suis où maman, dit-il, maman, agueu agueu !
Il alla vers la console de commendes et toucha tous les boutons en disant agueu agueu.
Harry passa avec son vaisseau devant celui d'Anubis.
Anubis appuya sur le bouton d'autodestruction.
Le vaisseau d'Anubis explosa.
Une vague de feu avala tous ce qui se trouvait à proximité.
Harry essaya de fuir mais la vague le rattrapa et son vaisseau explosa.
— Non, hurla Sirius.
La flotte d'Anubis fut avalée par la vague de feu et ils explosèrent tous eux aussi.
Sirius regardait les restes du vaisseau d'Harry en pleurant.
Dumbeldor versa lui aussi une larme.
— Que se passe t-il ? demanda Hermione, je n'entends plus votre radio ;
— C'est Harry, fit Sirius, il est mort.
Hermione éclata en sanglots.
Les vaisseaux rentrèrent sur l'île.
Sauf un ! (et celui de Sparo)
Les heures suivantes furent sujets à des inondations, tellement il y avait de la tristesse pour la mort de Harry, car il était en cendres, donc on ne pouvait pas le faire revivre, il était définitivement mort.
En tout cas, personne n'avait communiqué à l'empereur la position de la planète, car l'espion sur la planète ne pouvait pas communiquer.
C'est le soir de la bataille, Yoda était chez lui à regarder la télévision quand quelqu'un frappa à sa porte.
Il partit donc ouvrir et vit un homme à moitié mort avec pleins de sang et les yeux vident.
C'était Lupin !


Chapitre 5
Les funérailles

Le lendemain, ce fut l'enterrement d'Harry, tout le monde de l'île était là, pour dire un dernier au revoir au sorcier qui fut autrefois si célèbre. Macdonald pleurait, ainsi qu'Hagrid qui faisait un bordel pas possible en se mouchant.
Yoda rendu hommage à Harry en pratiquant un rituel magique.
Puis il dit :
— Je rends hommage au célèbre sorcier Harry Péteur qui fut si gentil et si pleins de vie, nous l'aimions tous, sauf Rogue, mais qui je suis sur et touché par la mort si rapide de ce jeune homme, adieu Harry tu nous manqueras, je ne sais pas si l'on pourra continuer les gros mélanges sans toi. A toi, notre élève, ami, notre frère, repose en paix.
Puis il pointa sa baguette magique vers le ciel et prononça une formule, des jets de lumières sortir de sa baguette pour faire un jolie feu d'artifice.
Ensuite le cercueil vide descendit lentement sous terre avant d'être recouvert de terre.
— Tu es né poussière et tu redeviendras poussière, termina Yoda.
Le soir venu, Yoda rentra chez lui pour voir Lupin qui était allongé sur son canapé avec des bandages.
— Comment vas-tu ? lui demanda Yoda.
— Je vais mourir, fit Lupin, j'ai vu l'espion, fui, temps qu'il en est encore temps !
— Mais, dit Yoda, je ne comprends pas !
— Tu n'arrivera jamais à tuer cet espion, il a été envoyé dans ce but, termina Lupin, avant de mourir.
Yoda lui fit le sort pour faire revivre les morts, mais celui-ci ne fonctionnait pas.
— Merde, fit Yoda, cet espion bloque ce sort.
Dans le nouveau terrier des Wesley…
Ron était en train de consoler Hermione :
— Ça va aller, dit-il, tu devrais être forte pour surmonter cette épreuve.
— Ron…fit Hermione.
— Quoi ? répondit celui-ci.
— Je dois te dire quelque chose, dit-elle, je suis enceinte d'Harry.
Yoda enterra Lupin dans le cimetière, puis alla voir Dumbeldor.
— Que ce passe t-il ? demanda Dumbeldor.
— Et bien il faut retrouver cet espion et le tuer, dit Yoda.
— Pourquoi ?, demanda le vieux.
— Car il bloque certain sorts de magie, expliqua Yoda, dont celui qui ramène à la vie.
— Ok ! fit Dumbeldor, je vais réunir l'ordre du DIVX et nous allons trouver cet espion.
— À l'action ! termina Yoda.


Chapitre 6
L'espion

Il y eu donc une réunion sur l'île, la première, avec tout l'ordre du DIVX convoquait.
— Bien, fit Dumbeldor, nous allons donc commencer, je vais vous dires pourquoi nous sommes là.
PROUT !!!!!!!!!!!!!
— Qu'est-ce ? demanda le vieux.
— C'est pas moi, fit Sirius.
— Et bien retient toi, lui répondit Dumbeldor.
— Oui, fit Sirius.
— Bon, fit Dumbeldor, je disais donc, il nous faut retrouver cet espion et le détruire, car comme l'a dit Yoda, il nous bloque notre magie, plusieurs sorts sont impraticables à cause de lui, nous allons donc passer l'île au peigne fin et voir où il pourrai se cacher, et le tuer.
— Oui, fit Yoda, je dois vous dire aussi que Lupin a affronté cet espion, et il en ai mort.
— Vous le ferez revivre quand on aura trouver l'espion et que les sorts seront débloqués, fit Sirius.
— Pour cela il ne faut pas que le corps de Lupin soit décomposé, signala Yoda.
— D'accord ! dit Dumbeldor, donc tout le monde se met au boulot.
Le conseil se leva et partit chercher des armes et leur baguette pour affronter la chose, l'espion.
Le lendemain, tout le monde était d'attaque, les gens cherchaient dans les moindres recoins de l'île.
Arthur Wesley et sa femme, étaient en train de chercher quand il découvrir quelque chose qui n'était pas l'espion, mais autre chose.
— Mon Dieu, hurla Moly, au secours, vite tous le monde.
Tous le monde accoura pour voir Moly.
— Que ce passe t-il ? demanda Yoda.
— Il y a un chat dans l'arbre qui me regarde, dit-elle, il va me tuer.
— Fausse alerte, fit Yoda, tout le monde reprend le boulot.
Les gens avançaient prudemment dans la forêt qui devint de plus en plus sombre.
— C'est moi, fit Macdonald, ou il fait de plus en plus nuit.
— Oui, c'est vrai, fit Yoda, je trouve aussi, ce doit être de la magie noir.
— Oui, confirma Dumbeldor, je l'as sens.
— Non, fit Sirius, c'est moi qui ai pété.
— Ah ! Ok, fit Dumbeldor, je sens rien alors.
Ils continuèrent d'avancer dans les bois sombres, quand soudain, Yoda entendit un cri.
— Que ce passe t-il ? demanda Dumbeldor.
— Je ne sais pas, fit Yoda, allons voir dans quel direction il est.
— D'accord, fit Dumbeldor.
Ils coururent dans la direction du cri et finirent par arriver près d'un arbre.
Il y avait Mrs.Wesley et un chat dans l'arbre.
— Fausse alerte, fit Yoda.
Ils continuèrent donc leur recherches tranquille, car ils avaient attaché et bâillonné Mrs.Wesley dans l'arbre avec le chat qui jouait avec la ficelle sur laquelle elle était attachée.
Les recherches devenaient de plus en plus difficile, car il faisait de plus en plus noir, leur baguettes n'arrivaient pas à éclairer.
Ils avançaient lentement, quand soudain, Yoda vit une ombre derrière un buisson.
— Ne bougeait plus, chuchota Yoda.
PROUT !!!!!!!!!!
— Sirius, fit Yoda, je t'en prit.
— Désoler, fit Sirius, c'est le stresse.
— Non, fit Macdonald, c'est les flageoler d'hier soir.
— Oui, aussi, fit Sirius.
La chose bougeait et grognait.
— On fait quoi ? demanda Dumbeldor.
— Je sais pas, fit Yoda, on a cas la tuer.
— Feu, ordonna Dumbeldor.
L'ordre tira toutes les bals qu'ils avait dans leur revolvers.
La bête, la chose, ou plutôt l'espion, s'énerva et sauta sur le groupe.
Soudain, une énorme explosion de lumière retentit !
La lumière revint, et le groupe pu voir, ou plutôt reconnaître l'espion.
C'était Lucius Malefoy.


Chapitre 7
Les dernières heures sur l'île

Les pouvoirs étaient revenu, l'on pouvait lancer les sorts que l'on voulait, le barrage magique avait cédé.
Lucius se trouvait debout devant l'équipe.
— Feu ! ordonna Yoda.
Tout le monde tira sur Malfoy qui n'avait rien du tout.
— Je vais maintenant communiquer à l'empereur la position de l'île, ricana Malfoy.
— Non, fit Yoda.
— Si, fit Lucius.
Il pointa sa baguette sur Yoda et dit :
— Avada Kadavra !
Un jet de lumière vert sorti de sa baguette et vint frapper Yoda qui tomba à terre, mort.
Dumbeldor et l'équipe se téléportèrent dans le village où il y avait les maisons de chacun et Poulard.
— Vite, fit le vieux, il nous faut fuir l'île.
— D'accord, fit Hermione.
Ils utilisèrent les vaisseaux pour partir.
Quand ils arrivèrent en orbite, il y avait toute la flotte de l'empereur qui était là à les attendre.
— Merde, fit Sirius, que faut-on ?
— Il faut nous battre, dit Dumbeldor, on n'a pas le choix.
— D'accord, fit Ron.
Dans le vaisseau de l'empereur…
— Mon seigneur, fit le docteur d'enfer à l'empereur, les vaisseaux ennemies s'apprêtent à nous tirer dessus.
— Et bien tiré, vous aussi, dit l'empereur, ils n'ont aucune chance contre nous.
La bataille commença.
Les armées de l'empereur détruisait tous les vaisseaux de l'île de Paradise et ses pilotes.
— Un vaisseau m'a prit en chasse, fit Dumbeldor.
— J'arrive, fit Sirius et il fonça droit sur le vaisseau qui attaquait Dumbeldor.
Les deux vaisseaux explosèrent en même temps.
— Non ! fit Dumbeldor, nous avons perdu.
Un rayon vint frapper son vaisseau qui explosa.
— Nous avons gagner, fit le docteur d'enfer à l'empereur.
— Bien, dit l'empereur.
— Que fait-on maintenant ? demanda le docteur d'enfer.
— Détruisez la planète, ordonna l'empereur.
Tous les vaisseaux de l'empereur tirèrent sur la planète.
— Planète détruite dans 15 minutes, annonça le docteur d'enfer.
Il restait encore un vaisseau de la planète Paradise qui se cachait derrière la planète.
Il y avait dedans Hermione, Ron, Monk et ses amies, Raper et son équipe.
— Que faisons nous ? demanda Hermione à Raper.
— Nous allons essayer de remonter le temps, fit Raper.
— Combien de temps ? fit Hermione.
— Cela dépend du vaisseau, expliqua Raper.
— Alors comment on fait ? demanda Hermione, après avoir remonter le temps.
— L'on détruit la planète avec l'espion puis on va reprendre la terre de force, fit Jack O'Neill.
— D'accord, fit Ron, mais comment on remonte le temps.
— Si l'on fait tourner le vaisseau très vite autour de la planète on peut remonter le temps, expliqua Raper.
— Ok, fit Hermione, on y va !
Dans le vaisseau de l'empereur…
— Planète détruite dans 2 minutes, annonça le docteur d'enfer.
— Bien, fit l'empereur.
Le vaisseau de Hermione tourna à une vitesse folle autour de la planète, puis au bout de quelques minutes ils arrivèrent lors d'une bataille.
Harry passa avec son vaisseau devant celui d'Anubis.
Hermione téléporta Harry dans le vaisseau et ils allèrent tous sur la planète.
Puis ils expliquèrent la situation aux autres.
— Bien, fit Yoda, mais comment détruire la planète.
— Grâce à Chewbacca, fit Ron, il va péter dans la forêt et voilà.
— Très bonne idée, fit Hermione.
— Merci, fit Ron.
— Ouais, dit Yoda, pour une fois.
Ils montèrent tous dans un grand vaisseau puis allèrent en orbite de la planète.
— Va-y Chewbacca, fit Dumbeldor, par ardio à Chewbacca qui était rester.
Il péta.
Puis Yoda le téléporta.
Le vaisseau s'éloigna et la planète explosa.
A bord du vaisseau…
— Et bien, fit Yoda, il était gros celui là.
— Depuis le temps qui se retient, expliqua Solo.
— Bien, fit Yoda, alors comment on va faire pour reprendre la terre ?
— L'on va se battre, fit Harry.
— Comment ? demanda Ron.
— Je ne le sais pas encore, répondit Harry.
— Dit dont, fit Macdonald à Hermione.
— Oui ? répondit Hermione.
— Tu as prit du poids, regarde ton ventre, dit Macdonald.
— C'est vrai, fit Harry.
— Il faut que je te dise Harry, fit Hermione, je suis enceinte de toi depuis qu'on a fait l'amour sur l'île tu t'en rappelle.
— Oui, ça fait pas longtemps, fit Harry.
— Pour toi peut-être, mais pas pour moi et le bébé, dit Hermione.
— Même, fit Yoda, c'est pas normale qu'il grandissent aussi vite.
— Ouais, dit Ron.
— Bon bref, fit Dumbeldor, on va dans quel direction ?
— L'on va sur la terre, fit Yoda.
— Déjà ? fit Raper.
— La flotte de vaisseaux et prête, sa ne sert à rien d'attendre, dit Yoda.
— Ok ! fit Raper.
Et les vaisseaux se dirgèrent vers la terre…


Chapitre 8
Retour sur terre

Pendant le voyage…
— Qu'est-ce qu'on fait ? demanda Yoda.
— L'on peut jouer à des jeux Jaffa, proposa Teal'k.
— NON ! hurlèrent Rogue et Lupin.
— Ok ! fit Teal'k, c'était juste une proposition.
— C'est de ta faute professeur Loupin, ronchonna Rogue.
— Tais toi professeur Drogue, fit Lupin.
Ils se battirent.
— Et ! Arrêtez, fit Yoda.
Soudain, Hermione hurla de douleur.
— Que ce passe t-il ? demanda Harry.
— Je sens le bébé, fit Hermione, il arrive.
— A cette vitesse, fit Dumbeldor, le bébé va posséder des pouvoirs et être très fort.
— Oui, c'est un envoyer, fit Macdonald, il va accomplir de grandes choses.
Dans la cabine de pilotage…
— Attention, ici Sparo, nous arrivons vers la terre.
Le vaisseau arriva en orbite autour de la planète terre pour un combat entre les forces du mal et du bien.
Dans le vaisseau, le bébé d'Hermione arriva au monde.
John Coffer, lui, s'aperçu que le vaisseau était partit de Paradise.
Sur terre…
— Je détecte un vaisseau en orbite, se sont les survivant qui ont fuient, dit le docteur d'enfer à l'empereur.
— Alors engagez le combat, ordonna l'empereur.
Dans le vaisseau de Sparo…
— L'on va perdre, fit Dumbeldor.
— Mais au moins, répondit Yoda, on se sera battu.
Et la bataille commença.


Fin du tome 5
A Vincent qui voulait plus de John Coffer !


Retour au sommaire