Le gros mélange (3)
de Kévin Graillot



Chapitre 1
Un drôle d'escorteur




Harry tenait la photo de Lupin et Yoda dans ses mains. Il contemplait la photo en pleurant, ses vacances s'étaient très mal passé, l'oncle Vermone et la ta tante Pétunia lui avait fait des misères. Un matin il descendit préparer le petit déjeuner de Vermone et Pétunia quand il apprit la nouvelle:

— Des gens de mon travaille vont venir chez nous, tu fera comme d'habitude, l'oncle hurla en direction de Harry, TU FAIS COMME SI TU N'EXISTAIS PAS. COMPRIT?

— Oui oncle Vermone, fit Harry.

La soirée arriva…

Harry était dans sa chambre quand il entendit sonner à la porte. L'oncle Vermone ouvrit et ses invités entrèrent. Ils étaient trois, un homme, une femme et un ado, il partit jouer avec Dudley.

Le repas commença…

Harry espionnait du couloir le repas, il voulait se venger des misères des Dursleys qu'ils lui avaient fait. Il sortit sa baguette.

— Monsieur Vermone, votre soupe est délicieuse, fit le mari.

— Merci M.Call.

— Votre thé est délicieux, dit la femme.

— Merci Mrs Call, répondit Vermone.

— Gazeuse, murmura Harry.

— Monsieur Call, fit Vermone, voulez-vous un petit peu de…

PROUT

M.Call fit les gros yeux à Vermone.

— Euh! Fit Vermone, du champagne?

— Paroles contées, murmura Harry.

— Mais savez vous que j'ai des diplômes de comptables, fit Vermone.

— Vous avez fait de grandes études? Demanda M.Call.

— J'ai chié dans sa bouche, murmura Harry.

— Oui, fit l'oncle Vermone, j'ai eu un grand directeur, Monsieur Villof, pour le récompenser de ses bons soins, j'ai chier dans sa bouche.

— Pardon? Fit Mrs Call.

— Excusez-moi, fit Vermone, ce doit être le cognac.

— Oui, certainement, fit Mrs Call, en tous cas votre soupe est très bonne.

— Oui, fit l'oncle Vermone.

Harry murmura une phrase.

— C'est moi qu'il l'ai faite, fit Vermone.

— Elle a un bon petit goût, fit remarquer M.Call

— Oui, fit Vermone, j'ai chié dedans.

— Quoi? Fit Mrs Call.

Harry murmura quelque chose.

— Excusez-moi, fit Vermone, mais j'ai envie de te baiser.

— Comment? Fit Mrs Call.

Harry murmura quelque chose.

— Désolez, fit Pétunia, Vermone que fait-tu?

— Je me gratte les couilles, fit Vermone.

— On se retire, fit M.Call.

Harry murmura une phrase.

— Ouais salut les vieux, fit Vermone.

— Vermone, fit Pétunia.

Harry monta dans sa chambre en souriant. Les Call partirent et ne revinrent plus.

— Si Yoda avait était là, se dit Harry, il serait fier de moi.

Le lendemain, Vermone et Pétunia demandèrent à Harry de descendre pour lui parler. Ils allaient sûrement l'accuser pour hier soir.

L'oncle avait son beau costume, il s'apprêtait à aller à une conférence. Pétunia aussi était bien habillée.

— C'était toi hier soir, fit Vermone d'une grosse voix.

— Mais…fit Harry.

L'oncle prit sa ceinture, baissa le pantalon et le slip de Harry et prit de l'élan avec sa main qui tenait la ceinture, il prépara toutes ses forces.

Soudain un énorme broua, une voiture noire vint défoncer le mur de la salle à manger. Il y avait de la poussière partout et de la fumée.

— Viens, fit la voiture à Harry.

— KITT?, fit Harry.

— Oui, fit la voiture, monte.

Il prit ses affaires et partit en voiture, laissant Vermone et Pétunia tous blanc de poussières.

Pendant le trajet, KITT causa avec Harry, c'était la voiture qui conduisait, elle menait Harry à Poulard. Ils faisaient du deux cent kilomètre par heure.

Ils arrivèrent. Harry retrouva ses amis et Poulard.

Le nouveau professeur de défense contre les forces du mal était M.Dobince. Il fouettait les élèves quand ça lui plaisait.


Chapitre 2
Profs de merde



M.Dobince était plutôt grand, avec les cheveux frisés, il portait des lunettes et était toujours habiller pareille, se lavait t-il? Cette rumeur se discuta parmi les élèves et des blagues furent inventés. Il avait des grosses chaînes accrochées au plafond, avec des poignées pour accrocher les élèves. Il fouettait un élève par cour, sans aucune raison.

Au cours…

— Quel est cette chose horrible? Hurla M.Dobince.

— C'est la boite de Yoda, firent les élèves.

M.Dobince prit sa baguette et dit:

— Malchontem.

La boite se détruisit morceaux par morceaux. Harry avait les larmes aux yeux, de voir le dernier souvenir de Yoda partir en fumée.

Le soir arriva…

Harry était éveillé dans son lit, soudain il entendit un bruit de cane. Il se leva et alluma sa baguette. Il avança vers le bruit, à travers le château. Au fur et à mesure qu'il avançait vers le bureau du vieux Dumbeldor, le bruit était plus fort. Il entra dans le bureau. Dumbeldor ronflait. IL chercha où le bruit survenait, mais il s'arrêta. Dumbeldor se réveilla.

— Que fait-tu là?

— Je…je…, pouffa Harry.

— Va coucher, hurla Dumbeldor.

Harry partit se coucher.

Le lendemain, il allait dans le cours de M.Dobince.

— Bien, fit le prof, nous allons commencer.

Harry éternua.

— Péteur, tu vas être fouetté.

— Pourquoi? Demanda Harry.

— Tu fais du bruit dans mon cours.

M.Dobince lança le sort:

— Dobinceinvention.

Harry vola, son pull et son t-shirt se déchirèrent. Il se retrouva torse nu. Des chaînes lui attachèrent les mains, et il se retrouva pendu, sans défense devant la classe de M.Dobince. M.Dobince sourit, il sortit son fouet et fouetta Harry. Il ressentit une atroce douleur. Il pleura. M.Dobince le fouette de plus en plus fort et vite en disant:

— Chiale chiale chiale…

Harry hurlait de douleur en pleurant. Les élèves étaient emplis de terreur. Harry s'évanoui. Quand il reprit conscience, il était à l'infirmerie, il y avait Mrs. Pommepasfraiches et M.Dobince.

— Il s'est évanoui pendant mon cours, expliqua Dobince à Mrs. Pommepasfraiches, je ne sais pas pourquoi.

— Menteur, cria Harry, il ma fouetté. L'infirmière fit un saut et regarda Dobince.

— Il ment, se défendit le prof.

— Nous verrons, fit Dumbeldor qui se trouvait derrière avec Macdonald qui mangeait des frites.

— Monsieur, fit Dobince à Dumbeldor, ce Péteur est un trou du cul, il ne sait pas de quoi il parle.

— Nous verrons, fit le vieux, j'ai des caméras dans la salle. M.Dobince fit les gros yeux.

— Nous serons fixés, continua Dumbeldor. Il mit la cassette. On vit Harry se faire fouetter. Dumbeldor se retourna pour regarder Dobince, mais il n'était plus là.

— Recherchez le dans tout l'établissement, fermez les issus et bouclez toutes les salles communes, ordonna Dumbeldor.

Les ordres furent exécutés.

Dans le cours de Rogue…

— Bien, dit Rogue, nous allons prendre un peut de…

M.Dobince lui planta un couteau dans le ventre. Rogue lâcha sa potion, elle se brisa et de la fumée épaisse et rouge en sortit. Tous les élèves s'endormirent. Dobince résista, il se téléporta chez Voldemor.

— Merde, fit le vieux en arrivant. Rogue était vivant. On l'emmena à l'infirmerie.

Les élèves n'eurent plus potion pendant deux semaines.

Harry menait des expériences sur les ordinateurs de Voldemor depuis le début de l'année, il y travaillait dès heures. Il était avec Sirius. Quand un jour Sirius arriva et dit:

— J'ai trouvé.


Chapitre 3
Le retour de Yoda



Harry regardait Sirius qui était excité. Il alluma l'ordinateur, on entendit comme un bruit de cane.

— J'ai déjà entendu se bruit, fit Harry.

Yoda apparut à l'écran de l'ordinateur.

— Yoda? Fit Harry.

— En effet, dit Yoda.

— Géniale, fit Sirius, je vais ordonner de déterrer le corps de Yoda.

— Pardon? Fit Yoda.

— Euh! Oui, fit Harry à Yoda, on t'as enterrer car on te croyait mort.

— Je veux mon corps, exigea Yoda.

Sirius donna l'ordre.

Au bout de quelques minutes, Dumbeldor arriva avec le corps de Yoda inerte.

— Mon corps, fit Yoda en se regardant.

— Prés pour le transfère? Demanda Dumbeldor à Sirius.

— Oui.

— Alors allez-y.

Sirius plaça un casque sur la tête du corps de Yoda, se casque était relier à l'ordinateur

— Et maintenant essayons, fit Sirius, play.

Des éclaires jaillires de l'ordinateur, passèrent dans le câble, jusqu'au casque puis le corps de Yoda bougea et les éclairs s'arrêtèrent.

Yoda ouvrit les yeux, il n'était plus à l'écran de l'ordinateur, mais dans son corps.

— On a réussi, fit Sirius.

— Bravo, fit Dumbeldor.

— Merci, dit Yoda.

— De rien.

Yoda réintégra ses fonctions, Rogue s'occupa des postions et Sirius des tâches ménagères.

Au cours de Yoda…

— Bien, fit Yoda, je suis comptant de vous revoirs les élèves, les ordinateurs se n'est pas mon truck.

Tous les élèves rigolèrent, sauf Malefoy, Yoda dit:

— Malefoy, dans la boite.

— Y a pu de boite, dit Malefoy, gros con.

Yoda devint tous rouge.

— Qui a cassé ma boite, hurla Yoda.

— M.Dobince, firent les élèves.

— Je le tuerait, fit Yoda.

Il prit Malefoy et l'éclata contre le mur.

Dans l'antre de Voldemor…

— Nous sommes enfin prés, dit Voldemor à tous les méchants des films.

— Prés pour quoi? Demanda Anubis.

— Le plan 69, dit Voldemor.

— Pardon? Dit Anubis.

— Non, dit un méchant intellectuel, le plan numéro: 568741284265.

— Pourquoi? Demanda Voldemor.

— Car c'est le numéro de fois que vous allez attaquer Poulard.

— Non, fit Voldemor, c'est le plan: FIN.

— C'est naze, fit Anubis.

— J'ai pas trouvé mieux, dit Voldemor.

— Bon, c'est toi le chef, dit Anubis.

— Alors à l'action.

Au cours de Yoda…

— Anubis et Voldemor préparent leurs attaques finales, il vous faut être formés.

Et pendant une heure, Yoda leur appris quelques tours. A la fin du cour ils avaient tous une épée laser. La sonnerie retentie.

— Et n'oubliez pas, fit Yoda, si j'en vois un en train de jouer avec son épée, je lui coupe les jambes et les bras, compris?

— Oui, firent les élèves.

— Filez.

Les élèves partirent.

On entendit un peu plus tard dans le haut-parleur de l'établissement:

— YODA DANS MON BUREAU.

C'était la voie de Dumbeldor.

Yoda se dirigea vers le bureau de Dumbeldor, il gravit les marches et y arriva.

— Oui msieu le directeur, fit Yoda en arrivant.

— Assoyez-vous, dit Dumbeldor, je veux une explication.

— Sur quoi?

— Drago Malefoy a été emmené à l'infirmerie, il a le nez, la mâchoires, les dents et le mentons cassés.

— Ah! Bon, fit Yoda, le pauvre, c'est regrettable.

— Vous foutez pas de moi, dit le vieux, je sais que vous l'avez jeter contre le mur comme une grosse merde…

— Mais c'est une grosse merde, dit Yoda.

-Je m'en fou, ses parents vont porter plainte pour coups et blessures. Vous n'auriez pas pu le punir autrement?

— On ma cassé ma boite, dit Yoda, je ne peux plus…

— Pardon? Fit Dumbeldor.

— Rien, dit Yoda.

— Si vous parliez de boites.

— Non.

— Si.

— Non.

— Si.

— Mais non.

— Si car je vous ai entendu.

— Vous êtes sourd.

— Ah! Bon.

— Oui.

— Bon je dois vous informer d'autre chose.

— De quoi? Demanda Yoda.

— Une mission, arrêter Voldemor et sa bande, ils sont devenus très puissants et leurs butes sont meurtriers, la menace et plus grande que jamais, il faut tout de suite les arrêtés.

— J'y vais, fit Yoda, mais au faite, comment avez vous su que je l'ai éclaté contre le mur?

— J'ai des caméras dans votre salle à cause de Dobince.

— Je comprends, à plus le vieux.

Il partit.

Dumbeldor croisa les bras

Vexer.


Chapitre 4
Dernière heure de cours.



Au cours de Rogue…

— Ouvrez vos livres page 300/80/14ze, cria Rogue.

Les élèves exécutèrent l'ordre et ouvrirent leurs livres.

— Les potions sont la nature de l'hexagone de la plus de la moins du régime…

— Eh! Connard, cria une voie derrière Rogue.

Rogue se retourna et aperçut Anubis. Rogue sortit sa baguette mais Anubis avait déjà tiré. La lance à énergie envoya l'énergie qui transperça Rogue au ventre. Rogue tomba à terre et lâcha sa baguette. Il y avait une dizaine de Jaffas avec Anubis.

— Feu sur les élèves, ordonna Anubis.

— NON, s'efforça de dire Rogue.

Les lances à énergie tirèrent, les élèves étaient transpercés. Ils coururent tous pour sortir. Victor Kim fut touché en pleine tête. Luck et Vador avaient sortis leur sabres lasers. Solo fut transpercé dans le dos, Chewbacca hurla à la mort avant de se faire tirer dessus. Charona, Dichère et Scottelmayer furent, tuer. Harry prit Ron et Hermione par le bras et les sorties. Un tire vint frapper Ron au ventre.

— NON, hurla Harry.

Dans le couloir, il y avait des Jaffas qui surveillaient.

Yoda arriva devant la grotte avec Dumbeldor et Macdonald. Le vieux et la vieille surveillèrent l'entrer. Yoda entra et dit:

— Venez Dumbeldor, Macdonald gardez l'entrer.

Il faisait froid dans la grotte, il se trouvait des télévisions, Yoda les regardas, c'était le journal de Patrick Poivre D'Arvor, il montrait des images de la ville de Londres. Il y avait des Jaffas qui tuaient les habitants, l'armée américaine et Française luttaient mais avaient du mal.

— Avançons, chuchota Dumbeldor.

Yoda avança, puis une porte en fer se ferma derrière lui, le séparent de Dumbeldor. Devant lui se trouver Voldemor qui le regardait.

Harry évita les patrouilles et se cacha dans la salle de Lupin qui avait était tué par Voldemor et Anubis. Sa mémoire avait été effacer, mais pas celle de Yoda, elle avait trop de valeur pour Voldemor.

Anubis regarda Rogue et dit:

— C'est les méchants qui gagnent.

Il tira dans la tête de Rogue.

Sirius arriva…

Anubis tira, mais Sirius jeta un sort qui désintégra le tire.

— Sirius, fit Anubis, à genoux devant ton dieu.

— Jamais, fit Sirius.

— Dommage.

Anubis lança des éclaires sur Sirius qui tomba à terre mort.

— L'empereur ma enseignait à moi et à mon maître le pouvoir du côté obscur, fit Anubis.

Harry courra avec Hermione en transportant Ron inconscient.

John était dans le couloire et regardait les choses se passés très très très vite.

Harry passa en une éclaire devant lui.

— H…a…r…r…y, fit John.

Mais Harry était déjà partit. Depuis longtemps.

— Yoda, fit Voldemor, vous n'êtes pas de taille à m'affronté, j'ai cru comprendre que vous n'avez pas réussi de battre l'empereur dans Star Wars épisode III. Or, il m'a enseigné ce qu'il savait avant que vous le tuer.

— Je ne l'ai pas tué, fit Yoda.

— Peut importe, vous êtes mort.

— Nous verrons, fit Yoda en sortant son épée laser.

Voldemor jeta un sort et l'épée de Yoda vola en l'air.

Harry arriva dehors avec Ron et Hermione. Le château s'effondra avec une centaine d'élèves à l'intérieur.

— NON, hurla Harry.

Voldemor sourit. Yoda était annexé par le chagrin.

— Vous voyez, fit Voldemor, Anubis a réussi, avec un peut de chance Péteur est mort.

Yoda savait que Harry était en vie.

— Vous serez tuer, fit Yoda en colère.

— Utilise ta haine, fit Voldemor, seul ta haine peut me détruire.

— La haine mène du côté obscur, dit Yoda, jamais.

— Ah! Ah! Ah! Fit Voldemor, je crois que vous n'avez pas le choix.

Harry posa Ron à terre.

— Harry, dit Ron, dit à ma mère que c'est moi qui est fait pipi au lit, c'est pas George.

— Voyons Ron, dit Harry, tu vas t'en sortir.

Ron avait perdu beaucoup de sang.

— Je ne crois pas, dit-il.

— Moi je crois que si, fit Harry.

— Je voulais sortir avec Buffalo.

— Buffalo? Fit Harry, la nouvelle qui tue les vampires devant tout le monde et fait croire que c'est secret.

— Oui, adieu…

— Non, dit Harry.

Mais Ron était déjà mort.

— Je le vengerai, jura Harry à Hermione, je turai Anubis et Voldemor.

Hermione se colla contre Harry et ils regardèrent le château en décombres.


Chapitre 5
Duels



Avec la force, Yoda rattrapa son sabre laser et le sortit, il était de couleur verte.

Voldemor sortit le sien, il était de couleur rouge.

— Alors? Fit Voldemor, tu ne m'attaque pas?

— Attend, dit Yoda, j'ai fait caca dans ma culotte.

— Parce que tu as une culotte? Demanda Voldemor.

— D'accord, soupira Yoda, mon string.

— Il faut pas mentir, fit Voldemor, on peut pas chier dans un string.

— Le string a coupé la merde en deux et elle est tombée par terre.

— Quoi? Fit Voldemor, je viens de passer la sérpière, tu te fou de ma gueule, et dalleur, pourquoi tu té pas essuyer les pieds avant d'entrer?

— Pour te tuer et tous salir.

Yoda se jeta sur Voldemor en donnant des coups de sabre un peu partout, que Voldemor esquivait. Yoda faisait des galipettes partout, il sautait sur les murs tout en donnant des coups de sabre. Voldemor lui lança des éclaires, Yoda vola et retomba violemment à terre. Voldemor s'approcha de lui avec son sabre…

— Alors? Fit Macdonald à l'entrée de la grotte en voyant Dumbeldor y sortir.

— Y a une porte en fer qui m'a bloquée le passage.

— Et tu peux pas la défoncer avec un sort.

— Peut-être, fit le vieux, c'est con j'y avais pas pensé.

Il courra dans la grotte avec Macdonald.

Harry était en train d'embrasser Hermione quand le vaisseau d'Anubis survola leurs têtes. Des planeurs de la mort en sortirent et commencèrent à bombarder les gens. Harry prit Hermione par la main et courra. Ils se réfugièrent chez les Wesleys.

— Mes chéries, fit la mère Wesley, mais où est Ron?

— Il est mort, fit Harry.

— Oh! Fit la femme choquée.

— Il m'a dit de vous dire que c'était lui qui avait fait pipi au lit, pas George.

— Oh! Fit la mère, le chien, il a de la chance d'être mort où c'est moi qui l'aurais tué.

Harry et Hermione se regardèrent.

— Es qu'on peut dormir ici? Demanda Harry. Derrière la mère il aperçu George mort écartelé.

— NON! Hurla la mère, dégagez vauriens.

Harry et Hermione sortirent en courrant, ils levèrent les yeux au ciel et virent un vaisseau d'Anubis, puis la maison des Wesleys explosa.

Yoda se releva et sortit son sabre laser et donna des coups. Voldemor esquivait toujours, il lui lança des éclaires, Yoda les rattrapas et les lui renvoya. Voldemor vola et tomba à terre. Yoda brandit son sabre, Voldemor sortit son sabre et contra le coup de Yoda. Voldemor donna un coup de pied dans Yoda. Celui-ci vola comme un ballon de foot vert, contre le mur.

— Ptit peluche à deux balles, lança Voldemor.

Yoda était inconscient, Voldemor s'approcha de lui pour lui couper la tête.

La tête de Yoda vola par terre. Voldemor sourit.

Harry se releva avec Hermione (comme par hasard les héros se relèvent), ils coururent jusque chez Yoda et squattèrent sa maison. C'était petit, il fallait se baisser pour ne pas se prendre le plafond sur la tête. Il y avait la collection de Star Wars avec celle de Harry Potter et celle de Stargate SG-1&Atlentis. Prés de la télévision se trouvait un placard, Harry l'ouvrit et découvrit des films X. Harry s'installa sur le divan avec Hermione.

Voldemor prit la tête de Yoda dans ses mains pour l'éclater quand la tête dit:

— Tu me repose st plais.

Voldemor glissa et tomba lâchant la tête qui roula se recoller à son corps. Yoda se releva et ressortit son sabre laser. Voldemor de même.

Le vaisseau d'Anubis arriva au-dessus de chez Yoda.

— Nous sommes prés à tirer mon seigneur, fit le jaffa de bord à Anubis.

— Feu.

Un laser vint frapper la maison qui explosa.

Voldemor attrapa un objet et le lança à Yoda qui le balança en l'air. Voldemor prépara ses éclaires oranges quand la porte explosa et Dumbeldor avec Macdonald arrivèrent. Voldemor s'enfuit comme une grosse merde. Yoda rangea son sabre et le vieux sa baguette. Macdonald aperçue une frite par terre.

— Oh! Une frite, fit-elle.

Elle alla la ramasser pour la mangée, mais une fois que la frite était dans sa bouche, un filet lui tomba dessus.

— Au secours, cria t-elle.

Dumbeldor la sortit de là et lui dit de ne plus recommencer.

— Mer frite, lui dit-elle.

Ils repartirent à Poulard.

Harry avec Hermione sortirent des décombres avec quelques égratignures (comme par hasard) et coururent jusqu'à Poulard.

Soudain ils s'arrêtèrent au milieu de la route, car ils virent quelque chose de très impressionnant. Hermione se cacha derrière Harry, elle avait peur, Harry aussi.

M.Dobince se trouvait au milieu de la route en face d'eux avec son fouet à la main.

— Sales gosses, cria-t-il, vous allez payer pour ce que vous m'avez fait. Surtout toi Péteur, je vais te fouetter le cul tellement fort que tu ne péteras plus de la même façon.

M.Dobince avança vers eux à grande vitesse avec son fouet plus une haine dans ses yeux du diable. Harry tomba le cul par terre, heureusement pour lui Hermione était derrière et elle amortit sa chute.

— Pauvre petit imbécile, fit Dobince en souriant.

Il fouetta Harry au visage et Hermione. Celle-ci fut furax, elle se leva, enleva son pull et son soutien gorge. M.Dobince ouvrit de grands yeux. Elle appuya sur ses tétons et des balles en sortirent. M.Dobince se coucha à terre.

— Alors? Fit Hermione, viens me fouetter les nénés.

Dobince sortit un revolver de sa poche.

— J'arrive, dit-il.

Hermione tourna le téton droit et de la fumer en sortie. Dobince fut asphyxié, il toussa, mais avança. Elle tourna deux fois le téton gauche et un missile en sortit. Dobince se coucha à terre et le missile fit exploser le Tower Bridge. Hermione se jeta sur Dobince. Elle lui tira es cheveux et s retrouva dans sa main, étonnait.

M.Dobince lui mit une pèche dans la figure, Hermione vola contre Harry.

— J'ai une perruque petite conne, cria Dobince. En effet il était chauve. Harry le constata.

Hermione se releva à cour de munitions. Dobince avança vers les deux gosses sans défenses. Mais Harry péta. Les maisons de la rue explosèrent tous. Dobince tomba à terre. Il hurlait en se bouchant les oreilles et le nez.

— Alors? Fit Harry, tu viens pu là.

Dobince se releva avec son flingue.

— Hermione, fit Harry, je suis à cour de munitions.

— Moi j'en ai encore une.

— Quoi?

Elle sortit la nana de son minou et la déplia: c'était un bazooka.

— Au revoir, fit Hermione à Dobince.

Elle tira.

— NON, hurla Dobince et il explosa.

Harry et Hermione furent projeter comme dans les films d'actions.

Dumbeldor, Macdonald et Yoda arrivèrent à Poulard.

Harry et Hermione arrivèrent aussi avec quelques égratignures (ouais! tu parles c'est parce que se sont les héros)

— On a tué Dobince à coups de nana, se venta Hermione.

— Voldemor et Anubis nous ont échappé, dit Yoda, mais je n'abandonnerai pas, je me battrai jusqu'au bout. Je le jure sur la tête de John Coffer. En entendant son nom il arriva, mais les autres étaient déjà partis, car il a mit du temps à arrivé.

Monk prenait pleins de douches pour enlever la poussière. Dark Vador pleurait sur le corps de Chewbacca. Il se noya dans son masque à cause des larmes, il dû le retirer, le vider et le remettre. Ils partirent tous chez Sirius pour préparer la résistance, car toute la ville et le monde étaient occupés par les méchants des films. La fin du monde était proche, il suffirait d'y résisté

Attendre…


Chapitre 6
Invasion



Dans la maison de Sirius, les survivants étaient tous assis à une table, pendant que Yoda se faisait chier à réparer la télévision. Ils voulaient savoirs se qui se passé dans le monde.

— Sa y est, fit Yoda.

La télé s'alluma, c'était ARTE, il y avait des animaux…

— Les lions sont une espèce très menacée, disait le présentateur en montrant des lions, leurs chances de disparaître est de 70%, car les lions son une espèce carnivore…

Soudain le lion explosa par un tire de vaisseau. Il y eut du sang sur la caméra avec des petits bouts d'os. La cervelle du lion était collée à la caméra.

Yoda changea de chaîne, c'était cette fois le journal de Patrick poivre D'Arvor. Il disait:

— Les villes sont détruites, un reportage de Francis Cul et Jean Cul Larue.

Les images montrées étaient de différents pays, des raz de marées, des tornades, des vaisseaux de combats.

— Seigneur, fit Yoda.

Un homme courrait prés de la caméra et un tire retentit derrière lui et ses yeux avec sa mâchoire s'écrasèrent contre la caméra.

Dehors, l'ordre du DIVIX entendait les bombardements.

— Il faut se cacher, proposa Macdonald.

— Non, dit Dumbeldor, faut combattre.

— Je suis d'accord, dit Yoda.

— Alors c'est décidé, fit Dumbeldor, pour la nuit il y aura des tours de cartes…euh! De gardes. Je vais choisir: Yoda, Vador, Luck, Monk et Harry. Voilà.

— Et pourquoi pas toi? Demanda Yoda.

— Et ben euh! …Fit le vieux, j'ai prit au hasard.

— Ouais! C'est ça.

— Je suis le directeur et le chef, c'est moi qui décide alors je fais comme je veux.

Les tours de gardes furent faits comme Dumbeldor l'avait dit.

Pendant la nuit, Yoda c'était masturbé trois fois.

Le lendemain, Yoda était levé le premier comme d'habitude. L'ordre déjeuna et prépara ses plans d'attaques.

— Bon, fit Yoda, je vais vous dire ce qu'il va falloir faire: Dumbeldor, Macdonald et Monk, vont allés recruter des combattants. Moi, Vador, Luck, Harry et Hermione allons trouver Voldemor. O'neill, Sam Raper, Teal'c, Daniel et Hamande, vous allez aller sur le prométhé et détruire Anubis. Les autres vont rester ici. D'accord?

— D'accord, répondit l'ordre.

— Alors au boulot, fit Yoda.

Ils exécutèrent…


Chapitre 7
Anubis



A bord du prométhé, l'équipe SG-1 et Hamande étaient aux commendes.

— C'est partit, fit Hamande.

Le vaisseau décolla.

Dans le vaisseau d'Anubis…

— Jaffa, fit Anubis, direction la maison de Sirius, il y a sûrement des rebelles dedans.

— Oui mon seigneur, dit le jaffa.

Le vaisseau d'Anubis avançait vers la maison de Sirius à toute allure.

Dans le prométhé Hamande détecta des autres formes de vies dans le vaisseau.

L'équipe SG-1 partit avec leurs fusilles. Dans les couloires sombres, ils avançaient prudemment. Ils entendirent soudain du bruit, ils avancèrent vers le bruit et découvrirent: Monk et Macdonald.

— Qu'es que vous foutez là? Hurla O'Neill.

— Aïe, fit Monk, mes oreilles.

— On est venu visiter, répondit Macdonald.

— Visiter? Fit O'Neill, vous vous croyez où? Dans le musée du Louvre? Foutez-moi le cap sur la passerelle.

— D'accord, firent t-ils.

Ils arrivèrent sur la passerelle, O'Neill expliqua la situation au général.

— Bon, fit le général au bout de quinze minutes, nous devons nous mettre en face du vaisseau d'Anubis, il se dirige vers la maison de Sirius.

L'équipage se prépara au combat pendant que Monk et Macdonald jouaient à la barbichette.

— Nous l'avons devant nous, fit Hamande.

— Feu.

Le vaisseau prométhé tira sur le vaisseau d'Anubis, mais il avait des boucliers. Le vaisseau d'Anubis tira sur le prométhé, mais il avait lui aussi des boucliers.

Anubis envoya une dizaine de chasseurs qui tirèrent sur le prométhé.

— Nous avons perdu 10% des boucliers, fit Raper.

— Je te tien tu me tiens par la barbichette… faisait Monk.

— Et à trois t'auras une tapette, disait Macdonald.

Anubis généra un hologramme dans le vaisseau prométhé.

— Je suis Anubis.

— Bon c'est bon on te connaît, fit O'Neill.

— Vous allez mourir terriens, et la planète sera à nous.

— Jamais, fit Hamande.

— Vous croyez gagner, mais je sais que se sera nous.

— Pourquoi il a la voie enrouer? Demanda Monk.

— Qué qu'il dit? Demanda à son tour Anubis.

— Je dit que vous êtes malade, votre voie est enrouée, il faut que vous allez voire le docteur.

L'hologramme disparut. Anubis apparut en vrai.

— Feu, ordonna O'Neill.

Ils tirèrent tous en même temps, mais Anubis avait un bouclier autour de lui.

— Ah! Ah! Ah! , Fit-il, vous êtes si primitifs.

Il lança des éclaires et Macdonald fut tuée. Monk se sauva du vaisseau avec un petit vaisseau et s'écrasa en bas. Il se releva et courra se douché.

Anubis lança des éclaires sur Hamande qui fut projeté hors du vaisseau. L'air sortait du vaisseau, Sam et Daniel furent aspirer. Teal'c se retenait à la cape d'Anubis, celle-ci se déchira et Teal'c partit dans le ciel bleu avec cette cape.

O'Neill se tenait à une barre, Anubis était en caleçon à petits cœurs avec marqué dessus: Vive Anubis le grand.

Anubis lança des éclaires à O'Neill qui lui lança un couteau. Le couteau traversa les éclaires en les remontants jusqu'à la main d'Anubis. Le couteau traversa le bouclier et se planta dans sa main. Anubis hurla, des éclaires jaillires dans son bouclier, il se faisait électrocuter. Des flammes jaillirent de ses yeux et de sa bouche. Il hurlait tellement fort qu'il finit par ne plus avoir de voie. Il explosa. Toute la passerelle du prométhé explosa aussi. Le vaisseau piqua du nez et vint s'écraser contre le vaisseau d'Anubis qui explosa avec le prométhé. L'explosion vint tout ravager.

Dans une base militaire module…

— Il faut prendre une décision, disait le général, il ne faut pas laisser la planète à ces monstres et vu qu'ils ont détruit nos moyens de défenses…

— Arrêtez, fit le soldat.

— Non, continua le général, et que la race humaine à une chance sur un million de survivre, il nous faut utiliser le nucléaire.

— Mais on a encore le choix.

— Non, il nous faut agire vite.

— Très bien, alors faites.

— J'avertirais les sorciers et Flunch de ma décision.

Puis il partit.

Peu de temps après, la base fut détruite.


Chapitre 8
Plus d'espoirs



Les attaques continuaient, malgré la mort d'Anubis, il y avait encore pleins de morts, les gens se suicidaient, sautaient des immeubles… Il y avait des gens qu'y se faisaient torturer et tuer, bombardaient…

Dumbeldor était seul au milieu de cadavres et de décombres. Le vieux tuait plusieurs méchants sur son passage, mais cela faisait peu pour ce qu'il y avait. Tous les combattants étaient morts. Il partit rejoindre Yoda et les autres pour aller tuer Voldemor. La fin est proche, ils ne savent pas comment cela va se terminer, mais ils sont sûrs d'une chose: Ils seront perdants.

— Bon, fit Yoda, vu qu'il n'y a plus d'espoirs, il faut détruire la terre. Le ministère ma informé que les modules vont utiliser le nucléaire. Nous nous avons dévié un astéroïde qui va se craché sur la terre.

— Pourquoi? Fit Dumbeldor, le nucléaire ne suffisait pas?

— Si, répondit Yoda, mais les modules qui devaient s'en occuper sont morts.

— D'accord, fit Harry, mais nous?

— On va prendre un vaisseau et partirent, nous reviendrons à des temps plus propices.

— Non, fit Harry.

— Quoi? , Demanda Yoda étonné.

— Non.

— Pourquoi? Demanda Yoda.

— Je veux tuer Voldemor.

— Mais c'est de la folie, même si tu le tuais en te sacrifient, il y aura toujours autant de méchants.

— C'est mon choix, dit Harry.

— Alors on le tira ensemble, fit Yoda, mais il y aura des morts par mit-nous, moi je m'en fou je peux pas mourir.

— Alors il va falloir y aller, dit Dumbeldor.

L'astéroïde fonçait vers la terre à une vitesse folle.

— Il faut savoir où le trouver, fit Hermione.

— Je crois qu'il est à Poulard, dit Yoda.

— Alors allons à Poulard, dit Harry.

— On est partit, fit Yoda.

Tous les rescapés partirent à Poulard. Une heure après leur départ Voldemor entra dans la maison de Sirius avec des gardes.

— Où sont t-ils? Hurla t-il.

— Je ne sais pas mon maître, lui fit le mangemort.

— Ta gueule, fit Voldemor.

Il jeta un sort et la maison explosa, bien sûr il était sortit avant avec ses soldats.

— Ils doivent êtres à Poulard, fit Voldemor.

Il partit avec ses soldats à Poulard.

A Poulard…

— Il n'est pas là, dit Yoda, bon ba on retourne chez Sirius, il viendra nous chercher là-bas.

Ils repartirent chez Sirius. Une demi-heure plus tard après leur départ, Voldemor arriva à Poulard.

— Mon seigneur, fit le soldat, ils ne sont pas là.

— Ta gueule, fit Voldemor, on va voir chez Sirius, peut-être que vous n'avez pas bien fouillé la maison. Ils partirent.

Chez Sirius…

— Mais qui à tous casser, fit Monk qui venait d'arrivé.

Yoda et l'ordre arrivèrent.

— MONK! Hurla Yoda, qué que ta fait?

— C'est pas moi, fit Monk, je n'aurai jamais provoqué tant de poussière.

Voldemor arriva avec ses soldats. Monk se cacha derrière une pierre.

— Vous voilà enfin, fit Voldemor.

— Que…fit John qui venait d'arrivé !

— …se…, fit John.

— Vous allez mourir, fit Voldemor.

— Non, dit Harry, c'est toi qui va payer.

— …passe…, fit John.

— J'ai mis du temps à vous trouvez, fit Voldemor.

— Nous aussi, répondit Yoda.

— …t-il?, Fit John.

— Ta gueule, fit Voldemor à John, il lui tira dessus.

— A…ï…e, fit John.

Il tomba au ralentit par terre, mort.

— Non, fit Yoda, monstre.

— Ah! Ah! Ah! , Fit Voldemor, tu vas pleurer tout vert.

— Tu mériterais que je te chie sur la tête, dit Yoda.

Luck et Vador sortirent leurs sabres lasers.

— Pouah! , Fit Voldemor, les deux clodos avec leurs lasers. Vador devint rouge. Voldemor fut étonnait ainsi que l'ordre.

— Moi, un clodo, fit Vador.

— écoutez, fit Voldemor, je voulais pas dire ça, c'est Yoda qui ma dit de le dire.

— Eh! Fit Yoda, mens pas, c'est toi qui là dis.

Vador redevint noir.

— Ouf! Fit Voldemor.

— Il faut le tuer, dit Harry en montrant Voldemor du doigt.

Yoda lui donna une claque sur la main.

— On montre pas du doigt, dit-il, c'est pas beau, mais au faite oui, avec tous se remue ménage, j'avais oublié qu'il fallait tuer Voldemor.

— On peut pas penser à tous, dit Voldemor.

— C'est vrai, dit Yoda, à l'attaque.


Chapitre 9
Voldemor



Les gardes de Voldemor se jetèrent sur Luck et Vador. Hermione sortit ses tétons flingueurs et mitrailla des soldats, Dumbeldor, Yoda et Harry se jetèrent sur Voldemor. La bataille dura un moment, puis Luck et Vador tombèrent, morts. Yoda faisait des galipettes avec son sabre. Harry jetait des sorts avec Dumbeldor sur Voldemor (eh ! Sa rime en plus). Au bout d’un certain temps, il n’y eut plus aucun soldats, il ne restait plus que Voldemor. Hermione jouait à la barbichette avec Monk. Voldemor se transforma en un énorme serpent.

L’astéroïde se dirigeait toujours vers la terre à une vitesse folle.

Soudain Voldemor se retransforma en humain, Dumbeldor le regarda. Voldemor jeta un sort. Dumbeldor n’eut pas le temps de répondre, le sort vint le frapper au ventre. Il tomba à terre : Mort. Harry pleura sur le corps sans vie de Dumbeldor.

— Chiale, tu piseras moins, fit Voldemor en rigolant.

Harry en colère, prit ses lunettes, les mit au-dessus de sa tête et des hélices en sortirent. Ils s’envola comme un hélicoptère. Il se mit au-dessus de Voldemor, il baissa son pantalon et son slip, puis chia sur la tête de Voldemor. Celui-ci jeta un sort à Harry, son hélicoptère se cracha. Yoda s’avança vers Voldemor, celui-ci lui lança un sort sur le bras, Yoda le retira et le sort passa à côté, il le remit. Pareille pour la jambe et la tête. Yoda prit une pierre de la maison de Sirius avec la force, et la jeta sur Voldemor qui la désintégra avec un sort. Yoda sortit son sabre laser, Voldemor aussi. Ils se battirent longtemps, Yoda était très habile, Voldemor aussi. Il y avait du feu tout autour d’eux. Des maisons explosaient dans tous les coins, Harry regardait le combat avec stupéfaction. Yoda frappa comme un dingue avec son sabre et coupa le bras de Voldemor. Il s’apprêta à le tuer quand Voldemor dit :

— Yoda, je suis ton père.

— A bon, fit Yoda, alors pourquoi t’es pas vert ?

— Pare ce que je n’ai pas peur.

— Tu oses te moquer de moi.

Yoda sortit son sabre laser.

— Epargne-moi, fit Voldemor.

— Ça, jamais, répondit Yoda.

Il s’apprêta à le tuer quand Harry fit :

— Non !

— Quoi ? Firent Yoda et Voldemor en même temps.

— C’est à moi de le tuer, dit Harry.

Harry arriva avec sa baguette, mais Voldemor lui donna un coup de pied dans les couilles.

— Je te tiens tu me tiens par la barbichette… faisaient Monk et Hermione.

— Ah ! Fit John, il venait de mourir.

Voldemor se releva avec sa baguette et son sabre.

L’astéroïde pénétra dans l’atmosphère…

Voldemor, Yoda, Harry, Hermione et Monk regardèrent le ciel.

Yoda prit Harry et les autres avec la force, il passa sa main devant luiet un vaisseau aparut. Il les fits montés dedans avec lui.

— Vous partez bande de lâches, fit Voldemor.

— Adieu, fit Yoda.

Le vaisseau décola et passa à côté de l’astéröide. Voldemor était par terre à genous, il hurlait :

— NON !

La cométe s’écrasa sur luidans une grosse explosion.

Un module plus loin, un général, était en train de régler la bombe nucléaire quand le soufle de l’explosion vint le désintégrer. Voldemor était en petits morceaux, la planéte fut recouverte de feu.

Dans le vaisseau…

— ça va Harry ? demanda Yoda.

— Oui, j’ai pété dans le vaisseau.

Les jours passaient…

Quand il y eu un vaisseau sur leur écran ringuard.

— Vous conaissez ce vaisseau ? demanda Harry à Yoda.

— Oh ! oui, fit Yoda, ce vaisseau est un espoire, ce vaisseau est l’Enterprise.


Chapitre 10
Une nouvelle aire.



Yoda communica avec l’enterprise :

— Allô, ici Yoda, me recevez-vous ?

— Allô, ici Jean Luc Picard, commandant de l’enterprise.

— Salut Jean Luc, tu bois du ricard encore.

— C’est top secret, où est la terre, je ne détécte aucune vit à bord.

— Elle a été détruite par un astéroïde.

— Oh ! Laissez nous faire cela.

Le vaisseau enterprise se mit face à la terre, un rayon en sortit. Pendant cinq minutes, le rayon frappa la terre, puis il se coupa. La terre était redevenue normale.

— Merci, Jean Luc, fit Yoda.

— De rien à plus.

L’enterprise entra en hyper espace et disparu. Yoda mit cap sur la terre.

Qu’allez t-ils découvrirent sur terre ? Ils décidèrent d’aller voir.

Ils se posèrent dans un champ. Yoda et les autres sortirent du vaisseau. Ils marchèrent pendant longtemps quand ils arrivèrent devant un château qu’ils connaissaient bien : Poulard.

Il était en bon état. Ils entrèrent.

Rogue se trouvait dans le couloir :

— Péteur, Grangé et Monk, EN COURS SUR LE CHAMPS, BANDES DE FENIENTS.

— On peut dire que sa ma manqué, dit Harry à Yoda.

— Yoda dans mon bureau, disait la voie de Dumbeldor dans les haut-parleurs.

— A moi aussi, fit Yoda.

En cours…

— Les a au carré sont multiplier par deux…

Harry était telement contant de retrouver Poulard et les cours, qu’il souriait.

— Péteur, hurla Rogue, tu te foues de ma gueule.

— Non msieu, fit Harry en rigolant.

— Tu auras…

Yoda arriva.

— Professeur ? Dit-il.

— Tu…tu…, bégueilla Rogue, tu auras une bonne noteen potion.

— Bien, fit Yoda, il souria à Schrek.

La vie reprit de plus belle et la fin d’année arriva.

Les élèves prirent le Poulard express, Yodaaccompagna Harry chez les Dursleys. Et voilà. Le train partit avec les élèves et les profs. John Coffer avait loupé le train,il était arrivé trop tard.

— Atten……………………dez.

Mais le train était déjà arrivé.


FIN


J’éspaire que se mélange vous à plus.
Kévin Graillot



Retour au sommaire