Belgerie
de Jean-Claude Touray



Je suis furieux. J'avais repéré un petit concours sympa, organisé par une ville du Hainaut. Sujet : Moules Frites, en huit pages à interligne double.. J'avais justement retrouvé, au fond de ma clé USB, un texte écrit à la Clochemerle sur les Steaks Frites de la cantine scolaire du chef-lieu de mon canton. Il suffisait de traduire en belge…Je me suis rué à la besogne pour adapter ma prose aux réalités d'outre Quiévrain : le maire est devenu bourgmestre, ses adjoints échevins et le conseil municipal a été qualifié de communal. Les allusions au cidre normand ont disparu, les enfants ne buvant, dans ma nouvelle, que de la bière. Je ne voulais pas, par maladresse, être immédiatement repéré comme l'un de ces « rafleurs » d'origine hexagonale, venus souffler la victoire aux indigènes et barboter des récompenses financées par le contribuable belge.

Après une heure de corrections, j'avais un « quinze cent » (mots) tout à fait dans le thème et qu'il suffisait d'imprimer en six exemplaires. Je me suis inquiété des pièces collatérales à fournir : fiche de renseignements sous enveloppe cachetée et menue monnaie. A cet égard, le règlement précisait : «le droit d'inscription est de trois euros (cette somme est à glisser dans l'enveloppe jointe au texte de la nouvelle) ».

Me voici tout à coup perplexe : glisser un billet dans un pli postal est interdit par la loi, mais inaperçu, ce délit n'est pas réprimé. J'ignore s'il existe en Belgique des billets de trois euros, mais dans ma commune de l'Eure et Cher, c'est du jamais vu. J'ai donc pensé envoyer un billet de cinq, en demandant aux organisateurs de faire parvenir l'excédent de deux euros à une œuvre charitable ; naturellement, principe de solidarité oblige, à une œuvre française. Ils auraient déduit le prix du timbre et envoyé le solde sous enveloppe, en pièces tintinnabulantes. Plus simple d'expédier, avec les six exemplaires de la nouvelle, trois pièces d'un euro scotchées sur une carte de visite. Plus simple, mais illégal et certainement repérable par les détecteurs de lettres piégées, s'il en existe au centre de tri postal: la honte si mon envoi déclenchait une sonnerie …

J'ai fait le tour des moyens légaux. Pour mémoire : des timbres français (qu'en feraient-ils ?) ; un chèque (les Belges n'en utilisent plus) ; un règlement par Internet et carte bancaire (les organisateurs ne sont pas équipés). Que restait-t-il ? Virement bancaire ou mandat international. Malheureusement ce n'est pas gratuit.

Je vais réfléchir, mais ma décision est pratiquement prise : j'abandonne. J'ai repéré un concours gratuit en Suisse Romande sur le thème « Fondue Frites » : il suffira de remplacer les moules par de l'Emmental et le bourgmestre par un syndic.

Jean-Claude


Retour au sommaire