À cause de ELLES !
par Jacky Raymond

La femme est assise dans son salon. Elle est malheureuse. Elle vient juste de terminer la vaisselle, bientôt, il ne lui restera plus qu'à donner le bain aux enfants et à les coucher dans leur lit. Mais ses jambes la font souffrir, elle a quarante ans et elle n'en peut plus. Elle est fatiguée. Si seulement les enfants pouvaient arrêter de crier.

"Fermez-la vous autres!" Crie-t-elle dans l'espoir de se faire entendre. Elle n'en peu plus. Il y a trop de bruits. Si son mari était encore là aussi, les enfants ne seraient pas tannants à ce point.

Tout à coup, ses yeux se posent sur "ELLES". Ces vilaines. Par leur faute, son mari n'est plus. Avec leurs formes et leurs airs angéliques, "ELLES" lui ont fait perdre la tête. Après une soirée en leur compagnie, il est sorti avec la voiture et il a heurté un arbre. Il est mort sur le coup. La femme aimait tellement son mari, il était extraordinaire avec elle et leurs enfants, quel homme merveilleux il était.

Mais maintenant, la femme l'a perdu et c'est de leur faute à "ELLES". "ELLES" le lui ont volé. La femme n'en peut plus de les avoir dans la maison. "ELLES" sont nombreuses, très nombreuses ces salopes puantes. Il faut qu'ELLES partent. La femme ne peut plus les voir.

"C'est assez!" Dit-elle avec rage.

La femme décide de les faire sortir, toutes, maintenant, à la seconde. La femme se lève, ouvre la porte, les regarde et leur dit :

"Dehors, je ne veux plus vous voir ici, jamais!"

La femme s'avance vers "ELLES", en agrippe une de chaque main, sort sur le balcon et les laisse tomber du deuxième étage. Deux à la fois, jusqu'à la dernière. Enfin. "ELLES" sont toutes sorties, la femme ne reverra plus leur face de chiennes. Enfin en paix avec moi même se dit la femme.

Un homme qui a tout vu, courut alerter les autorités.

"Il y a une vieille folle sur son balcon, elle lance des bouteilles de bières sur le trottoir."

Par Jacky Raymond

Sommaire