Paris-Dakar
de Gilles Saint-Laurent



L'enfant n'avait été que blessé mais ça ne s'était pas déroulé aussi facilement que les autres fois... Le père n'avait rien voulu entendre et encore moins accepter l'argent qui était utilisé à ces fins...
Philippe Moreau, lui, n'en avait cure. Il était dans les pilotes les mieux placés et il avait fallu que ce sale gamin traverse la piste au moment où il filait à toute allure en direction de l'arrivée. Par chance, il avait pu redresser son engin à temps et éviter une chute qui l'aurait fait échouer si près de la victoire...
Il avait vaguement jeté un coup d'oeil en direction de l'enfant, mais sans plus...
Tandis qu'il redémarrait en trombe, la mère voulut se lancer à sa poursuite, mais le père l'en empêcha, le regardant s'éloigner...
Alors que le sportif mangeait tranquillement en compagnie de ses coéquipiers, un brouhaha éclata à l'entrée de leur tente. Un homme fit irruption dans la pièce et se dirigea vers le pilote.
Le visiteur se mit alors à l'injurier et finit par lui cracher dessus. D'un bond, Moreau saisit l'homme à la gorge mais ce dernier parvint à se dégager. La haine transpirait sur son visage. Il tendit son index en direction du pilote, murmura une suite de paroles incompréhensibles et quitta les lieux, en jetant un dernier coup d'oeil vers son interlocuteur.
Moreau était prêt à jurer que l'homme avait esquissé un sourire...
Le lendemain matin, alors qu'il allait reprendre la course, il fut soudainement pris de coliques et n'eut d'autre choix que de sortir se soulager. Mais un phénomène curieux se produisit : ses excréments ressemblaient à s'y méprendre à un mélange de mortier...
Il n'y prêta guère attention - mettant cela sur le compte de la nourriture locale - et démarra en trombe en direction de la ligne de départ...
Cela faisait maintenant plus d'une heure qu'il roulait lorsqu'il fut pris de nausées. Il jeta - plus qu'il ne gara sa moto et courut à quelques mètres de là. Les vomissements semblaient ne jamais vouloir s'arrêter et Moreau constata, avec stupéfaction, qu'il crachait... du sable, en quantité de plus en plus importante.
Il se redressa promptement mais retomba aussi vite : ses pieds avaient disparu, s'enfonçant (se transformant ?) dans l'étendue sableuse. Ses mains disparurent à leur tour, puis ses cuisses et ses bras et ainsi de suite jusqu'à ce que...
De Philippe Moreau, il ne restait désormais plus que quelques larmes de sable, emportées par le vent...


Retour au sommaire