Cet endroit chaleureux
de Florent Legraverend


Nous sommes enfin arrivés. Après deux heures de routes sinueuses, nous voilà à l’entrée. Cette entrée, c’est celle de Center Parcs. Une société parisienne nous a offert une semaine de vacances dans ce parc aquatique. Même papa ne sait pas pourquoi nous avons gagné ceci. Ce matin, nous nous installons dans notre cottage de luxe. Ecran plat, baignoire à bulles ou encore sauna, moi et ma petite famille découvrons les lieux.

Au fait, moi, je m’appelle Elsa, j’ai dix ans, je suis en CM2. J’ai un frère qui s’appelle Paul, lui est en CE1. Ca va je m’entends bien avec. On habite à Caen depuis ma naissance. Avant mes parents habitaient à Paris mais papa a eu des problèmes avec son travail, ils ont déménagé.

L’après-midi en général, nous allons nous baigner en famille. L’eau est chaude, la faune est splendide, les gens sont gentils, l’endroit est paradisiaque.

Un jour, maman et Paul décidèrent de rester au cottage pour se reposer. Nous faisons ce jour-là, notre parcours habituel entre toboggans et autres cascades. Lorsqu’un homme ressemblant à papa s’approche de nous. Papa le regarde à deux fois, lui fait un sourire et lui tend la main. L’homme brun lui sert la main. Et me lance un regard quelque peu familier... De brefs échanges seulement entre les deux hommes. J’entendis qu’il demanda des nouvelles de Céline et Sandrine ? Comment connaissaient-ils Céline et Sandrine. Et puis, l’homme repris son chemin vers le grand bassin. Je m’empresse de demander à mon père : « Qui est-ce ? ». Il me répond sèchement : « Patrick ... un ancien collègue et ami de Paris ». Et ajoute «  Ne dit pas à maman que nous avons vu Patrick ».

Parfois le comportement des adultes me surprend. Cependant, je ne suis pas là pour examiner leur comportement, je suis là pour m’amuser ! Il était l’heure de rentrer. Notre chocolat chaud et nos tartines au beurre nous attendent. Paul et maman aussi.

Vendredi soir arrive. C’est l’heure de faire les valises car le départ est prévu pour demain. Une fois les valises quasi prêtes, maman nous appelle pour le dîner. Encore une soupe brulante. Elle bout presque. Avec Paul, on attend qu’elle refroidisse. Papa, lui semble heureux, à priori il aime la chaleur.

A 20h comme tous les soirs, on éteint les lumières. Je me mets en compagnie de mon frère dans le canapé. Au programme ce soir, un film américain « Dans la chaleur de la nuit ». Nos parents font leur demi-heure de sauna. Papa disait souvent à maman « pas plus d’une heure ou le cœur n’aime pas ». Le film est commencé depuis seulement 20 minutes et je m’assoupis déjà. Quelqu’un frappe à la porte. Paul bien plus éveillé que moi va ouvrir. La personne parle à Paul et monte à l’étage. Sûrement une personne du service à propos de notre départ. Paul ferme rapidement la porte pour éviter de rater un moment important du film. Il a l’air d’aimer ce film. On entend de nouveau la porte claquer, la personne est ressortie. Le film dura un peu plus de deux heures, le temps pour moi de m’endormir quelques instants. Et Paul me dit : « c’est bizarre le monsieur de tout à l’heure, il ressemblait à papa ». Je monte donc pour savoir quelles sont les consignes du départ de demain.

Personne.

Sur la porte vitrée du sauna est inscrit « Frangin, Céline je l‘aime depuis 15 ans ».

Céline c’est maman. Il a bloqué la porte.




Retour au sommaire