S.oir D.e F.ête
de Éric Morin

- François, tu m'attends à la sortie du parking !
- D'accord, papa !

François court entre les voitures, pressé de retrouver les vitrines qui débordent de lumières et inondent les clients de chants de Noël.

Un coin de pénombre à l'entrée du parking, des néons encore cassés...
- Bonjour petit !

Une voix grave mais douce, une barbe, un long manteau sombre... c'est lui ! papa m'avait dit qu'il serait là...
- Oh, bonjour Père Noël.
- Comment t'apelles-tu petit ?
- François, Père Noël.
- Que fais-tu là François ?
- J'attends mon papa qui est parti ranger la voiture
- Tu as quel âge François ?
- 9 ans, Père Noël
- Mmm, c'est bien... et que m'as-tu demandé cette année ?
- Tu devrais le savoir Père Noël, je t'ai écris une lettre !
- Oui, mais je ne me rappelle pas les lettres de tous les petits François que je connais...
- Je t'ai demandé une lunette astronomique
- Tiens donc, tu t'intéresses aux étoiles ?
- Aux étoiles et aux planètes Père Noël
- Alors, peut-être que tu verras ma maison avec ta lunette... c'est l'étoile qui brille le plus le soir de Noël parce que la mère Noël est obligé d'allumer toutes les lumières pour préparer les cadeaux si nombreux...
- Elle t'aide beaucoup Madame Noël ?
- Oh ! oui, tu sais, elle reçoit le courrier des enfants, elle lit le courrier, elle trie celui des enfants sages et des petits garnements moins sages, elle emballe les cadeaux, elle prépare ma tournée, elle remplit ma hotte...
- Et toi, tu fais quoi quand tu ne donnes pas les cadeaux ?
- Moi, je prépare les rennes, je les entraîne à courir avec le traîneau pour qu'ils soient en forme pour le soir de Noël, parce qu'avec toute la distribution que l'on fait ce jour-là… Si un jour, avec ta lunette, tu vois une longue traînée d'argent dans le ciel, tu sauras que je suis en train de les faire courir... après, il faut les nettoyer des gouttes de pluie, les brosser des morceaux de nuage pour que leur pelage soit blanc éclatant comme la neige...

Un appel résonne dans le parking.
- François ? Ou es-tu ?
- Je suis là papa !

Papa s'approche, visiblement surpris de voir son fils en pleine discussion avec ce vieil homme.
- Bonjour... tu viens François ! nous devons aller chercher les huîtres pour ce soir.
- J'arrive ! Au revoir Père Noël.
- Au revoir François.
Ils se saluèrent en un geste amical.

Le père et le fils s'éloignent en bavardant, tout à coup papa s'arrête, fouille dans son portefeuille
- Attends-moi là François !

Il revient en arrière, s'arrête près du vieil homme.
- Vous avez fait forte impression auprès de mon fils, il a vraiment cru rencontrer le père Noël...
- Tant mieux si j’ai pu le faire rêver quelques instants, c’est important le soir de Noël.
- Merci beaucoup…Je vais vous prendre un exemplaire de votre journal.
Papa lui tend un billet, et Claude un exemplaire du "Réverbère".
Fin

(note de l'éditeur : le Réverbère est un magazine vendu par les Sans Domicile Fixe)

Sommaire