Millénaire amer
d'Éric Morin

La vague joyeuse traversa toute la planète telle une ola universelle se déplaçant dans les gradins de supporters ivres de joie.
On y était ! la grande horloge atomique marquait le pas sur 00h00 et le calendrier se positionna sur ces chiffres magiques 2.0.0.0…

Toute la planète attendait de ces quatre chiffres un changement hystérique et historique ; les pays pauvres espéraient la richesse, les pays riches jalousaient leur puissance, les vieux priaient pour la longévité, les jeunes couraient pour l’acquérir…

Les feux d'artifice illuminèrent la terre comme aucune autre fête n'eut pu le faire, il fit jour en pleine nuit ; seule la guerre pouvait montrer autant d'éclats de lumières vues des satellites, gardiens voyeurs et silencieux.
Pourtant, cet instant était celui de la paix universelle ; ce moment où tous les Hommes ressentent une étrange humilité devant ce grand ordonnateur qu'est le Temps…

Dans leur appartement, Jacques et Pierre sont plongés dans le noir près de la fenêtre ; ils regardent le ciel s'illuminer de ces lueurs rieuses qui colorent en éclairs fugaces leurs visages mélancoliques.
Ils ne participent pas à la liesse universelle ; les déflagrations des pétards résonnent dans les rues, les rires se mesurent aux accords des orchestres de boulevard, la roue de la grande fête brille de mille feux, tournoyant à en vouloir toucher les étoiles…
Jacques prend la main de Pierre et la porte à sa joue, il essuie quelques larmes et pose ses lèvres sur les doigts de son compagnon, ils sont froids…
Pierre, les yeux creusés, lui sourit ; Jacques se penche sur le fauteuil roulant de son compagnon et l'embrasse tendrement…

Ils se serrent l'un contre l'autre et laissent le monde s'amuser…

Ils ne participent pas à la grande fête du nouveau millénaire ; le temps est leur pire ennemi et tout ce qui rappelle son inexorable avancée les blessent.
Les fusées d'artifices éclairent le dos de Jacques penché vers son compagnon, il lui remonte la couverture ; Pierre a froid, Pierre est fatigué, Pierre a un nouveau compagnon en lui… on l'appelle HIV, et pour lui, le temps est un ami redoutable.
Fin

Sommaire