Ce soir la photo
de Corinne Meyer




Partie dans le rose je suis depuis ce matin, ces merveilles du jardin, plantées sous cette impulsion , cette petite graine, si frêle, si petite , de la soigner avec le plus grand soin , lui donner l’eau de pluie récupérée à cet effet, lui apporter la nourriture qu’avec d’autres plantes j’ai concocté, un engrais juste pour lui donner ce dont elle a besoin, en plus de mes soins, lui apporter ce qui fera sa beauté, ma joie, auprès de toutes celles qui sont passées par mes mains, toutes, dans ce lieu qui nous appartient, ce lieu qu’est mon refuge, ma fierté, ma joie.

Oh mon jardin, toute ta splendeur tu nous donnes, tu respires la santé et la continuité, de toutes tes couleurs, parfums, tu nous enivres au plus sain, tu nous donnes juste ce dont a besoin, tu nous donnes tout ce qui est bon pour nous.
Mes mains dans ta terre, tes racines folles qui dérangent ma culture, je les arrache, je ne les jette pas, là dans ce coin que j’ai choisi pour toi, tout ce que tu me donnes mon jardin, je le garde, je vous mélange, vous aimez cela et tous les ans, tu te laisses aller ainsi à donner à ta terre la nourriture dont elle a besoin.

Ton coin est visité sans cesse, jamais tu n’es seul, jamais tu ne t’ennuies, c’est ce qu’il te faut et nous aimons nous retrouver à chaque couche pour nourrir les suivantes pour nous faire du bien.

Roses Trémières, les plus fières, fidèles, toujours là, les premières à nous montrer ta joie, ta tolérance de voisinage, tu acceptes si bien ; maintenant que tes fleurs, fanées, tombées, se gonflent de graines pour l’année prochaine.

Ces soleils qui se réveillent, qui se tournent vers toi, notre soleil qui nous réchauffe, qui nous panse, qui sur ma peau laisse son éclat, qui dans mon jardin fait tout ce bien.
Et surtout le matin quand tu es là, me crie tout fort, je suis là, viens auprès de moi, regarde tes graines comme elles t’attendent, maintenant qu’elles sont juste éclat, viens auprès de nous, viens, continue ton chemin, mais là poses toi un peu, maintenant, ta peine est au bout de ce chemin, regarde, vis, là tu es bien….

Et je suis bien, ces heures passées, ce bonheur mélangé, sans question, sans position, je suis bien et la nuit tombée ensemble nous allons nous reposer, toi dans la douceur de la nuit, moi dans celle de mon lit. Bonne nuit. Co.


Retour au sommaire