An5250201
de Catilie



AN5250201
Comme promis, je t'écris. Je dois admettre que j'en ai aussi besoin que toi, sinon plus. En fait, tu avais raison de te faire du souci. Nous les jeunes, croyons toujours que vous vous répétez et doutons toujours de votre amour fidèle. Tu ne dois pas me reconnaître dans ces premières phrases. Oui, je sors d'un choc. Oui, j'étais prévenue mais oui, maintenant je comprends ce que tu voulais me dire. Pfff...j'ai eu du mal à croire ce que je voyais. La nature humaine me surprendra toujours. On a beau nous avoir préparés, je crois que rien ne prépare à cela. 1er jour de consultation. Je comprends aussi pourquoi il faut aller jusqu'au bout : pour éviter d'imaginer soi-même le bout qui manque. J'aurais aimé garder le même psy pour continuer mais je suis sûre qu'ils savent ce qu'ils font en changeant. Je sais que le fait de te raconter réveillera chez toi de mauvais souvenirs et que tu t'en serais passée. J'aurais aimé que tu aies un compagnon pour te soutenir lors du passage de cette épreuve mais la vie fait ce qu'elle veut. Tant que les êtres humains ne font pas n'importe quoi, je ne me plaindrai plus. Cette impression de liberté que donnaient certaines images jc a bien disparu lorsque je considère le tout. L'anarchie a des résultats effrayants et il s'avère que la consultation permet de mieux accepter certaines règles qui peuvent paraître rigides. Il est vrai que l'ordre de présentation des documents a un peu changé depuis la tienne. Entre les deux, il y a eu la loi232 qui a élargi le droit de consultation des archives mais je sens que tout cela va m'épuiser. Moi qui étais tant curieuse, je rêve déjà de la phase de rééquilibrage. Je rêve même d'oublier mais je sais que cela est impossible. Je suis consciente que la consultation évite de refaire les anciennes erreurs et qu'elle est nécessaire. Nous avons commencé par le début, c'est-à-dire, la répétition rapide du programme basic, les détails en plus. Quelques personnes ont pointé sur la période maya, grecque ou égyptienne. Moi, je suis trop inquiète de la suite pour m'arrêter là. Je n'ai pas encore pointé. J'attends de sentir que c'est le moment. Demain, nous commençons par les 1ers siècles jc. Là, je sens que je vais avoir envie ou besoin de pointer. J'espère tomber sur un psy qui me plaira. Je me rends compte aujourd'hui à quel point il est dur d'être éloigné de ses proches lors d'épreuves annoncées et je m'en veux d'avoir utilisé le prétexte de la consultation pour rejoindre Edy. J'aurais mieux fait de demander un échange. A propos d'Edy, je dois admettre que je suis moins optimiste qu'avant de le rencontrer. Son physique me plaît mais je l'imaginais un peu différent. Nous nous voyons à la consultation, au lunch en commun et aux activités pour célibataires. J'ai peur de ne pas être très objective à son sujet car je suis un peu bousculée par tout cela. Les circonstances de rencontre ne sont pas idéales, c'est sûr. Peut-être, est-ce un bien. Je suis quitte d'être aveuglée, comme les autres fois. Heureusement que je ne suis pas trop attirée car j'aurais tendance à bâcler la consultation. Si c'était le cas, et je sais que cela ne serait pas bien pour mon équilibre. Je me rappelle de cette alerte quand j'avais 14 ans et de la panique des parents à l'annonce d'une diffusion d'un doc. Nous ne comprenions pas. Nous avions l'impression que vous exagériez. Je sais maintenant pourquoi les docs sont si protégés. La procédure semble forte, mais ne l'est en rien. J'espère que te voilà rassurée pour aujourd'hui. Je me réjouis de retrouver tes bras et te demande pardon de m'être trop moquée, même si c'était gentiment. Que la jeunesse est inconsciente. Je suis allée à la fête de l'eau avec Edy. Ces enfants étaient tellement mignons et tu me manquais. Je viens de rentrer. Bonne nuit maman chérie.
AN5250202
Ben voilà, comme tu pouvais t'y attendre, j'ai pointé sur les premières guerres répertoriées. Pour essayer de comprendre ce qu'il s'est passé. Le psy a répondu bravement à toutes mes questions - c'est une bonne chose que nous soyons enregistrés. Parfois, j'ai l'impression que les esprits ne fonctionnaient pas pareils à cette époque. Ils faisaient de drôles de raisonnements ou alors, on a de mauvaises infos, un peu déformées par le temps et les intermédiaires. Une conclusion s'impose en tout cas. La plupart des guerres ont comme prétexte la religion. Les humains en ont mis du temps à comprendre que mélanger religion et état était une mauvaise chose. Il faut dire que les dirigeants ne concevaient pas la liberté de pensée et pensaient pouvoir obtenir la paix à long terme, en imposant leur religion et en la rendant majoritaire. J'ai eu droit aux tableaux de bataille. Malgré le fait que les images ne bougent pas encore, elles en restent choquantes. Les regards et les gestes sont explicites. Les conditions de vie sont à peine croyables. On comprend bien la puissance de l'instinct de survie. Peu dirigent beaucoup, par la force et l'argent. Puis viennent les révoltes, toujours dans le sang. La couleur rouge commence à m'obséder. C'est un point qu'on avait spécialement préparé mais j'en ai parlé au psy d'aujourd'hui qui a fait une annotation sur son rapport. Ils ne semblent pas vouloir me mettre en pause pour l'instant. L'heure des avis est dépassée. Nous avons eu une activité création avec Edy. J'ai fait un distributeur de mouchoirs et lui un pot à fleurs. Il a l'air d'avoir de l'humour mais tu connais ma méfiance. Ensuite, nous sommes partis en promenade accompagnée. L'itinéraire du jardin des plantes est intéressant. J'ai trouvé certaines plantes que je n'avais jamais remarquées mais sans essayer de mémoriser leur nom. Il y avait du soleil mais nous étions contents de rentrer au chaud. Je sens que je vais avoir un peu de peine à trouver le sommeil. Ma monitrice de gym assistée est rigolote, elle me reprenait sans cesse, jusqu'à que je comprenne que ma cam était mal réglée. On nous a proposé des comprimés mais j'attends un peu pour les prendre. Si je n'ai pas trouvé le sommeil une heure après le coucher, je me résignerai. Ne t'en fais pas trop. Je m'en voudrais que cela affecte ta santé. Ta fille qui t'aime.
AN5250203
C'est bien qu'ils ne prévoient pas de jour de pause. Ils seraient pénibles. Ca devient sérieux. On s'approche des armes lourdes. Système communiste, capitaliste, socialiste. Les images sont dures. Le psy avait tendance à répondre trop brièvement à mon goût. Non pas que j'aie envie de m'attarder, mais il avait tendance à transformer mes questions. Si je l'ai à nouveau en programme, je demanderai un échange. Celle qui m'a le plus choquée : Hiroshima, les gens brûlés. Ils disaient que c'était le seul moyen. Comment peut-on brûler vifs des innocents et oser dire que c'était le seul moyen d'arrêter la guerre. Je ne veux pas juger. Les circonstances étaient si différentes. L'anarchie tellement énorme. Vivement la suite. On a fini sur des images de la campagne qui se passaient au même moment. On voit bien que l'information était contrôlée et faible. Nous avons participé à l'élaboration de gâteaux à la compote de fraise pour demain. C'était intéressant. Le contact avec la matière première est rassurant. Le contact avec la terre m'a fait du bien aussi. Il semble que les activités soient bien choisies pour nous permettre de récupérer. Je n'ai pas eu le courage de pointer. Il semble que j'en ai vu assez. Demain, on passe à la dernière phase, sauf si je pointe, ce dont je doute. Mais, ne sait on jamais. Certains sont encore coincés bien en arrière. Edy avance un peu comme moi. J'espère qu'il ne le fait pas par complaisance. Les garçons sont parfois bien irresponsables.. et les filles jugent trop vite, oui je t'entends depuis ici. Je sens le choc, mes jambes tremblent un peu. J'ai fini par prendre mon comprimé hier soir et je vais le prendre tout de suite ce soir. J'ai besoin de sommeil. Surtout, ne te fais pas de soucis. J'irai jusqu'au bout sans être arrêtée. Pas de question ouverte, j'ai suivi tes conseils. J'ai bien tout épluché mais j'ai hâte d'avoir fini. Si nécessaire, j'aurai le courage de prolonger ceci, pour ne pas éluder quelque chose. Toi aussi, tu as hâte que cela soit fini, c'est sûr. Tu réitères tes marques d'affection, sans faire beaucoup de commentaires. Bisous.
AN5250204
Je suis contente de ne pas avoir perdu trop de temps au début. Les civilisations m'ont parues sous un jour bien différent que ce qu'on nous présente aux cours d'histoire et je peux comprendre qu'ils aient carrément sauté des chapitres. On était passé des châteaux du moyen âge au communisme théorique et du capitalisme pollueur au plan Omoiso. On ne nous avait jamais dit que certains des 52 pays avaient résisté et avaient subi de tels embargos de la part des pays de la première coalition. Le psy, qui était une femme, m'a expliqué qu'ils considéraient les enfants comme une richesse à part entière et que ce qu'on leur demandait était inimaginable. La notion du sacrifice des personnes pour la société était aussi impossible à intégrer pour eux. 70% des hommes et femmes concernés avaient accepté l'opération contre des bons de nourriture. Les autres avaient préféré tenter de résister à l'embargo, c'est-à-dire se laisser mourir de faim. J'ai pointé sur les sectes. Je n'arrivais pas à comprendre que des personnes puissent se soumettre à des êtres qui avaient un tel comportement. Il semble que leurs mauvaises actions aient été cachées jusqu'à qu'ils soient obligés de fuir les forces de l'ordre. Pour la fin du communisme, les questions que j'avais ont trouvé leurs réponses : les anciens communistes aux idéaux déçus étaient pour la plupart, devenus alcooliques. Il est évident que le monde n'était pas encore prêt pour ce genre de révolution. Comme toujours, ceux qui accédèrent au pouvoir en profitèrent et firent ce qu'ils reprochaient aux autres. Toujours les mêmes schémas, liés à l'être humain. La psy se demandait si je n'étais pas trop pressée d'en finir et que je n'allais pas regretter. Elle a insisté sur le fait que j'avais le droit de pointer en arrière, jusqu'au début si il fallait. Je crois que je n'ai rien laissé ouvert. Les images de guerre me hanteront longtemps, je le sais mais je n'ai aucune révolte. Je pense que forcer les gens à voir certains détails serait malsain. C'est vrai que les psys n'ont pas trop le choix. Je comprends mieux l'âge minimum des psys. Je suis contente de moi, un peu fière même. Le rééquilibrage a commencé après le départ de la salle de consultation. Je rentrerai demain après-midi. J'aurai encore du rééquilibrage demain matin et durant trois jours au village, alterné avec la gym en commun et des travaux manuels. J'ai pu discuter avec Edy durant la pause thé. Nous avons décidé de continuer à nous écrire comme avant. Je crois savoir pourquoi j'ai préféré voir Edy dans ce cadre plutôt que dans le cadre d'un échange officiel. Je savais que cela ne serait que quelques jours et je n'étais vraiment pas sûre de moi. Pourtant quelque chose m'empêche de lui dire que je ne suis pas attirée. Il faut que je lui dise. La célèbre phrase toute faite : Je pense qu'il vaut mieux que nous restions amis. Le plus vite sera le mieux. Bon, c'est décidé : la prochaine fois que j'accepte de rencontrer quelqu'un, c'est que je serai très attirée. Ça évite de devoir être la méchante de l'histoire. Il n'y a que moi pour bâtir des coups aussi foireux. Rencontrer un garçon dans le cadre d'une consultation ! Par hasard, passe encore, mais exprès. J'ai compris pourquoi tu me répondais si brièvement. Tu as reçu des ordres. J'ai demandé pourquoi les consultations n'étaient pas toutes internes et on m'a répondu que l' option externe avait été développée pour donner plus de chances à certains jeunes pour lesquels la proximité de leurs parents pouvaient constituer un handicap. Sur la feuille d'inscription, il était écrit : contacts autorisés durant la consultation : parents ou tuteurs, sans autre précision. Interdiction formelle de toute discussion concernant les consultations entre un diplômé et un novice ou en public. Accusation : mise en danger de la santé psychique d'autrui. Levée de l'interdiction vis-à-vis de toute personne portant les couleurs blanche, rouge ou verte. Ce soir, tu me verras pour la première fois avec ma couleur de consultation. Le rose commençait à me peser. Bonne nuit


Retour au sommaire