Gouzou contre Gouzou
de Aurélie (8 ans)




Prologue
Il était une fois une tribu de gouzous. Parmi une centaine de gouzous, un gouzou très étrange nommé Gouzou-Vache était mis à part. Personne ne l'aimait, sauf un petit gouzou appellé Nicolas. Nicolas voulait essayer de sympathiser avec Gouzou-Vache qui l'aimait de plus en plus. Une semaine passa, et, Gouzou-Vache était devenu copain avec Nicolas.

Chapitre 1 -- Le chef en plein action
Nicolas avait un nouvel ami, mais cela n'allait pas durer ! Car quand le chef de la tribu apprit qu'une vache s'était introduite chez eux, il piqua une crise ! Furieux, il convoqua les parents de Nicolas. Pendant la convocation, il leur demanda s'ils étaient au courant qu'une vache s'était introduite dans la tribu. Les parents répondirent « oui », mais pourquoi nous le demander à nous ? Demandèrent les parents de Nicolas. - Parce que votre enfant est devenu ami avec cet intrus ! Expliqua le chef. - Oh là là ! S'exclamèrent les parents de Nicolas.

Chapitre 2 -- Panique à bord
Ayant appris la nouvelle, les parents de Nicolas voulaient rentrer chez eux. Ils étaient furieux. En entrant dans la maison, ils virent tout de suite que Nicolas n'était pas à la maison. Ils devinrent fous de rage. Ils étaient tellement furieux que de la fumée sortit de leurs oreilles. Des éclairs tombaient également. La tribu était mécontente qu'un orage arrive. Eux aussi étaient furieux. Des familles et des familles étaient allées se plaindre chez le chef à cause de l'orage. Les gouzous qui étaient bourrés se faisaient écraser par les voitures, la police intervenait, mais, le plus intrigant, c'est que les parents de Nicolas n'avaient toujours pas retrouvé leur fils. Ils en pleuraient. Alors, ils dirent à la police de partir à sa recherche. La police leur répondit qu'ils commenceraient le lendemain, car l'orage faisait rage, mais ils assurèrent qu'il feraient de leur mieux demain.

Chapitre 3 -- A la recherche de Nicolas
Pendant la nuit, l'orage s'apaisa, et le matin à 6h00 les policiers ont commencé leurs recherches.
Le même matin, les parents de Nicolas allèrent voir dans la chambre de leur fils, et, par étonnement, ils découvrirent Nicolas et Gouzou-Vache dans un lit. Tout de suite, Nicolas ouvrit un oeil, puis l'autre. Gouzou-Vache se réveilla à son tour, et, il alla vite se cacher sous le lit. Il avait eu très peur des parents de Nicolas. Les parents demandèrent à Nicolas ce qu'il ce qu'il avait fait la veille. Il a répondu qu'il était allé dans le jardin avec Gouzou-Vache. Tout de suite ils ont demandé à leur fils ce que Gouzou-Vache faisait là. Il répondit que Gouzou-Vache était gentil, et que c'était son meilleur ami, et qu'il l'avait invité à dormir à la maison. Alors les parents appelèrent la police et leur dirent qu'ils pouvaient arrêter les recherches, car ils avaient retrouvé Nicolas.

Chapitre 4 -- Protéger Gouzou-Vache !
Les parents de Nicolas ont finalement accepté de couvrir Gouzou-Vache. Ils sont allés voir le chef et lui ont dit qu'ils n'avaient jamais vu Gouzou-Vache avec Nicolas. Fou de rage, le chef de la tribu leur annonça que Gouzou-Vache avait du s'échapper du village. Agacé par la nouvelle, le chef dit aux parents de sortir de son bureau. Ils étaient fiers d'eux. Ils allaient annoncer la nouvelle à Nicolas, quand ils se dirent que le chef allait sûrement dire à la police de rechercher Gouzou-Vache. Alors, ils ont appelé leurs parents, qui, eux, habitaient un autre village pour leur demander de loger Gouzou-Vache et Nicolas pendant quelques temps. Bien sûr, ils étaient d'accord.


Chapitre 5 -- Le gâteau de Mamie
(le chef appela la police pour chercher Gouzou-Vache). Tout de suite les parents de Nicolas sont rentrés le voir pour lui annoncer la nouvelle. Gouzou-Vache était trop content de savoir qu'il n'allait pas se faire emprisonner par le chef. Alors les parents de Nicolas l'ont emmené avec son ami chez les grands-parents. Là-bas Nicolas et Gouzou-Vache s'amusèrent comme des fous. Trois jours passèrent et la police était en train de fouiller tout le village où habitaient les grands-parents de Nicolas. Mais ils ne le savaient pas.
La Mamie de Nicolas s'ennuyait alors elle fit un gâteau, elle le mit au four et s'en alla jardiner. Une heure passa et le gâteau avait fini de cuire. Gouzou-Vache et Nicolas étaient allés dans la piscine et ils s'amuraient comme des fous. L'heure du goûter arriva et Mamie dit qu'on mangera du gâteau au chocolat maison. Cool ! S'exclama Gouzou-Vache, j'adore le gâteau au chocolat ! - Ouais, dit Nicolas, mais là je pense que tu vas être surpris, car ce gâteau est irrésistiblement bon. En plus, reprend Nicolas, les plats maison sont meilleurs que ceux que l'on achète. Papi nous a dit qu'il faut mettre les bavoirs. Gouzou-Vache a fini sa part de gâteau en moins de deux secondes. Tout de suite il a demandé une autre part. Moi j'ai fini la mienne (c'était ma première) quand lui a fini sa troisième. Il mange très très vite. En tout, il en a mangé dix ! Il en voulait encore une mais Mamie lui a dit qu'il n'aura plus faim pour le dîner. Alors Gouzou-Vache a dit qu'il allait faire une sieste pour digérer en paix. Il a bien raison, car il a tellement mangé, qu'il vaut mieux ne pas en parler ! Pendant ce temps, Nicolas est allé joué à la Play, Papi préparait le dîner et Mamie se lavait.
Deux heures passèrent et le dîner fut prêt. Nicolas réveilla Gouzou-Vache. Papi annonça qu'on allait manger de la soupe fraîche. - Beurk ! Chuchota Nicolas à Gouzou-Vache. Papi servit tout le monde en soupe, Gouzou-Vache déclara qu'il n'avait pas faim. Mamie dit à Nicolas de manger sa soupe. Nicolas répondit que Gouzou-Vache ne mangeait pas la sienne. Papi lui répondit d'aller se coucher sans manger. Mais pourquoi ? Demanda Nicolas. - Parce que tu ne veux pas manger ta soupe ! Répondit Papi. - Allez, au lit ! Dit Mamie. Gouzou-Vache alla rejoindre Nicolas au lit. (ils dorment dans la même chambre).
- Coucou, Nicolas, dit Gouzou-Vache en arrivant. Nicolas se leva de son lit et ramassa un journal qui datait d'aujourd'hui. - Hé, s'exclama Nicolas, - ce journal date d'aujourd'hui ! On n'aura qu'à lire les infos pour s'endormir, ajouta-t-il.
- - Bon, je commence à lire, dit Gouzou-Vache. - Hum, euh, euh... je vais commencer à lire, oui, à lire... En direct des infos du journal, un enlèvement s'est produit hier, dans la tribu des chiens. Les ravisseurs se sont enfuis. On les a retrouvés ce matin et mis en prison. Les ravisseurs avaient enlevé un enfant, qu'on a retrouvé mort, près d'une église. - Oh, comme c'est triste... dit Nicolas. - Oui, euh, bon, je continue, dit Gouzou-Vache.


Toujours au top des infos, dans le journal ! - Oui, alors, ça dit qu'une vache s'est enfuie de la tribu des Gouzous. - Hein, quoi, comment !!?? - Mais, la vache, c'est moi ! - Oui, bien vu, Gouzou-Vache !, dit Nicolas. Lis la suite, s'il te plaît. - Oui, d'accord. Bon, alors, elle s'est enfuie, et, la police la recherche. La police a débuté par la tribu des Gouzou, la vache n'y étant pas, alors ils sont allés voir dans le village d'Agata, si elle y était. - Oh, mais, Agata, c'est le village où nous sommes ! S'exclama Nicolas.
- Ding, dong !! - Oh, quelqu'un sonne à la porte dit Gouzou-Vache. Papi est allé voir qui sonnait. Il a ouvert la porte. C'était la police.
- - Bonjour messieurs, dit Papi. - Bonjour petit pépé ! Déclarèrent les policiers. - Oui, que voulez-vous ? - Bien, nous voulons savoir si quelqu'un nommé Gouzou-Vache est ici, répondirent les policiers en montrant la photo de Gouzou-Vache. Nous recherchons cette personne depuis un moment, expliquèrent les policiers. Papi répondit qu'il n'était pas dans sa propriété et qu'il ne l'avait jamais vu.
- Pendant ce temps-là, Gouzou-Vache et Nicolas faisait un plan. Nicolas décida d'aller espionner et voir ce qui se passait à la porte. Il dit à son ami de venir avec lui. Même si Mamie pouvait les voir, Nicolas était sûr de réussir, donc, il décida quand même d'y aller. Gouzou-Vache a fini par être convaincu de venir avec Nicolas. Nicolas était le meneur. Quand il n'y avait personne sur le chemin il disait à son ami d'avancer. Ils arrivèrent enfin près de la porte. Là, ils virent les policiers poser plein de questions à Papi. Nicolas dévoila à son ami la deuxièment étape de son plan.
- Il lui dit : « écoute Gouzou-Vache, t'as pas envie de te faire emprisonner ? » Non lui répondit Gouzou-Vache. - Très bien, alors écoute-moi. Bien, tu vas devoir sortir de la planque et aller devant les policiers. Une fois fait, tu leur crachera tout le gâteau à la figure. Pendant ce temps, j'irai chercher la vieille cage de Papi, et je mettrai les policiers dedans.
- - Ton plan est sublime ! S'exclama Gouzou-Vache. - ouai, je sais, mais il faut mettre ce plan à exécution, dit Nicolas. - OK, j'y vais, dit son ami.
- Il alla devant les policiers et leur vomit dessus comme prévu. Pendant ce temps, Nicolas était allé chercher la cage à lion. Il l'a trouvée tout de suite. Il alla vite rejoindre Gouzou-Vache qui était encore en train de vomir sur les policiers qui ne pouvaient plus bouger, tellement ils étaient dégoûtés. Nicolas et Gouzou-Vache les mirent en cage. Papi était fier des enfants.
- Pour les remercier d'avoir fait cela, il leur dit d'aller se coucher, mais le lendemain, il allait les emmener au parc d'attraction le plus proche. Nicolas et Gouzou-Vache étaient fous de joie ! Ils étaient trop contents ! Mamie voulait également venir et le lendemain matin, Papi les a tous emmenés au parc d'attraction ! Tout le monde était content d'y aller.
Le chef de la tribu ayant appris la nouvelle, voulu demander pardon à Gouzou-Vache d'avoir eu l'intention de le condamner à mort. Gouzou-Vache lui répondit : « ce n'est pas grave, grâce à vous j'ai pu aller dans un parc d'attraction, et l'important c'est que vous ne l'ayez pas fait ». Pendant tout ce temps, les policiers en cage étaient restés devant la porte.

Chapitre 6 -- Adieu Gouzou-Vache
Gouzou-Vache et Nicolas sont rentrés chez les parents de celui-ci. Là-bas, Nicolas a demandé à son ami s'il voulait faire une partie de foot.
- Non, a répondu Gouzou-Vache, mais il a demandé à Nicolas de l'embrasser. Nicolas était dégoûté ! Et a demandé à son ami pourquoi il voulait qu'il l'embrasse. - Gouzou-Vache lui répondit : « fais-le ! ». Et il lui rappela qu'il ne voulait pas venir avec lui au début et pourtant il l'a fait ! Nicolas s'en souvenait, et embrassa Gouzou-Vache qui se transforma en petit Gouzou ordinaire ayant l'âge de Nicolas !!! Nicolas demanda pourquoi il s'était transformé.
- - Gouzou-Vache lui répondit qu'un sorcier lui avait jeté un sort et qu'il l'avait transformé en vache, et qu'il se nommerait alors Gouzou-Vache.
- - Mon vrai prénom, c'est Jean !
- - Ok, Jean ! S'exclama Nicolas. Alors, tu viens jouer au foot cette fois, demanda Nicolas à Jean ? - Avec plaisir, Nicolas, répondit Jean.
Fin
Texte et illustrations : Aurélie, 8 ans





Retour au sommaire