L'antithèse du moraliste
de Alexandra Lejeune


« J'en profite qu'on soit là, ici, tout les deux »
En effet je l'avais entraîné sur un banc de la place de l'hôtel de ville. Cette place est le centre commercial de la métropole. On se trouve sûrement au bon endroit –il était midi, l'ambiance était calme. Le style d'ambiance où tu peux te mettre à poil et personne ne te le fait remarquer- à la bonne heure. Le ciel est bleu comme l'orthocentre de ses yeux ( Le syndrome Proust m'atteins, ça doit être le soleil). Ses cheveux bruns mi-longs sont en parfaite cohérence avec mon idéal féminin. Ce dernier est très simple : cheveux bruns mi-courts, pas grosse et imposante surface mammaire. Elle remplit mes critères avec mention. Cette jeune femme est faîte pour moi. Nous sommes donc sur un banc, en face du carrousel « Voyage » et du marchand de crêpes « L'Oasis »où un grand nombre de personnes attendaient d'être servies. J'ai l'impression que tout leurs regards, de celui du nourrisson à celui de l'agonisant, visent notre banc. Mais comme le dit si bien Akhénaton : « C'est juste une impression »

Revenons donc en à notre brebis. Nous sommes tous les deux face à pile.
« Marie-Laure ?
- Excuse-moi, je faisais signe à un ami, regarde celui qui traverse là-bas vers le tram
- Où ?
- Avec la casquette blanche
- Ah ouais, il s'appelle comment ? »
Mais qu'est ce que je dit, qu'est ce que je m'en fout du nom de cette racaille à deux balles qui marche avec un ballet dans le cul ! J'espère simplement que Marie-Laure n'y danse pas. Et si… ? Non !!! Pourquoi je me fais tant de soucis, de toute façon elle vas me tomber dans les bras. Et notre fromage sera plus grand que toute la réserve mondiale de St Moret.

« Gustave
-…
- Il s'appelle Gustave
- Ah OK »
Ca y est, c'est le moment, j'attaque. !!!
« Bon, Marie-Laure regarde moi dans les yeux .
- Oui
- Dans les yeux j'ai dis »
Elle matait en effet mon wonder troisième bras qui s'élevait entre mes cuisses. Quelle idée aussi de mettre des décolletés comme ça, merde !
Elle croise ses magnifique jambes, posa son coude sur son genou supérieur et appuya sa joue droite sur sa paume de main issue de ce dernier coude. Ses yeux m'apparaissent un peu plus vert que tout à l'heure. Son regard est-il pollué ? Zidane collectionne t'il les pin's ?Marilyn Manson est il moine ? Brigitte Fontaine est elle née dans un champs de cannabis ?Lâam est elle mariée avec un morceau de bois ? Si oui, on t'ils un enfant Opinel

« Oui ?
- J'en profite qu'on soit ici pour te demander (soupir)…
-…
- Si tu voudrais sortir avec moi ?
- On est pas dehors là ?

Elle est conne ou elle le fait exprès ? Se fout-elle de moi ou est elle simplement idiote ?
Je me casse les Burns ( champion du monde 2001 des rallyes ) depuis un certain temps à introduire la chose et elle me ridiculise minablement ( Pléonasme ?). la file d'attente de « L'Oasis » se fout de moi à tout les coups.

J'avais pas à m'éternisé là alors je lui dit « au revoir » et elle m'interpella :
« Voilà, moi aussi j'ai quelque chose à te dire mais quelque chose qui est plus important que ce qu toi tu m'as dis !



- Dis !
- Voilà, voudrais tu être mon amoureux ?
(Elle est simplement conne !)
- Non »
Et je partis , moi je ne juge pas que sur le physique, mais sur l'intelligence aussi. Je repartis digne dans la victoire. Une victoire que sonnait un peu comme celle d'Austerlitz
Voilà comment j'aurais voulu agir mais non…
Pour tout te dire, je lui ai dit OUI. Nous sommes ensuite aller dans la sanisette la plus proche et nous avons baisés en bon uniforme : Nus
Je n'ai pas pu résister a ses charmes, à ses deux énormes charmes. J'en ai honte maintenant que nous nous sommes mariés mais après tout, Un mauvais petit pois se sent très peu quand la salade est bonne.


Retour au sommaire