Ah mort !
de Alain



Il était sur scène avec sa guitare autour du cou. Le concert avait commencé depuis pas mal de temps déjà, Il était recouvert de sueur pratiquement de la tête aux pieds. Il avait une technique bien à lui de jouer ses morceaux, car pour chaque composition, il associait une émotion, un instant de sa vie qui l'avait marqué.
Enfin le morceau sur lequel il prenait le plus de plaisir arriva.
C'était une foule de sensations qui se mêlaient en lui, alors qu'ils jouait les premières notes de ce morceau. Chacune d'elles étaient associées à une image. Comme à chaque fois, cette mélodie l'emmenait ailleurs, il n'était plus sur scène mais avec elle. Cette chanson sentait son parfum. Un prolongement de son corps. Un de ses baisers. Noire comme ses cheveux et profonde comme ses yeux. Cette chanson était son exutoire. Ce ne fût qu'a la fin du morceau qu'il ouvrit les yeux. Il balaya le public du regard, comme d'habitude, cette chanson n'évoquait rien de plus, pour eux, qu'une simple suite de notes. Il allait débuter le morceau suivant lorsqu'une silhouette accrocha son regard. Une silhouette féminine. C'était elle.
Avec l'éclairage dans les yeux, il ne vit pas grand-chose, mais il la suivit du regard tout le restant du concert. Jusqu'à la fin, il la fixa de peur de la perdre. Quand enfin la dernière chanson fut terminée, il s'avança au bord de la scène tout en fixant la sombre silhouette. Elle s'avança droit vers lui, bousculée à droite, à gauche par la foule entassée qui cherchait à sortir de la salle. Elle arriva dans une zone éclairée, et là, il l'a reconnue. Il l'avait attendu des années durant, mais elle n'avait jamais plus donné signe de vie. Et voilà que là, elle réapparaissait dans sa vie. Toujours aussi jolie, un ange…
D'un geste ferme mais délicat, il la fit monter sur scène, elle se plaqua contre lui. C'était bon, juste bon…
De sa main dans la sienne il l'attira vers les coulisses et lui demanda de l'attendre un moment. Il retourna sur scène pour ranger son matériel, jetant malgré tout des petits coups d'oeil derrière lui pour vérifier qu'elle était toujours là. Il demanda à ses amis de finir et parti, sans un mot, avec elle. Ils allèrent ensuite ensemble dans un restaurant pour discuter de toutes ces années manquées. Ils y restèrent quelques heures, puis partirent chez lui pour finir la soirée plus intimement. Ils parlèrent encore pendant de longues heures avant de s'allonger nus l'un contre l'autre.
Il rêva d'elle toute la nuit, il rêva d'un mariage, d'une belle cérémonie, d'une famille, d'un enfant. Mais lorsqu'il se retourna pour se blottir contre elle, au petit matin, sa place était froide... Il se leva, regarda autours de lui, peut être était-elle allée prendre une douche. Mais non, toutes ses affaires avaient disparu. Il ne perdit pas pour autant espoir de la retrouver devant la télé ou quelque part ailleurs. Mais rien, personne dans la maison. C'est alors qu'il aperçut un petit papier accroché sur la porte d'entrée. Il le décrocha et le lut.
« Désolé de ne pas pouvoir rester. Revenir vers toi était la chose que je voulais vraiment faire avant de partir pour de bon. J'espère que tu garderas un bon souvenir de ce moment passée ensemble...Je t'aime plus que tout... »
Il aurait préféré qu'elle soit partie sans rien laisser. Il posa le papier sur le meuble qui était à côté de la porte et s'assit sur son canapé, complètement anéanti. Sur le moment, il pensa du mal d'elle et se décida à sortir pour ne pas rester dans cet appartement qui était encore trop imprégné de son parfum.
Au détour d'une rue, il s'arrêta à un kiosque pour acheter le journal du jour et se mit en direction de son local de répétition pour rejoindre ses amis qui devaient l'attendre. Lorsqu'il arriva là bas, son groupe travaillait déjà sur un nouveau morceau. Lui ne se sentait pas de s'y mettre tout de suite, alors il s'assit sur le canapé et se mit à lire le journal pour trouver l'article du concert de la veille. Il le trouva mais un autre article, juste au-dessus, attira son attention.
« Une jeune fille est retrouvée assassinée dans une ruelle sombre. »
Il n'en croyait pas ses yeux, d'après l'article c'était... ELLE. Mais il avait passé toute la soirée avec elle. Soudain il comprit le sens du message trouvé sur sa porte quelques dizaines de minutes plus tôt. Des larmes coulèrent le long de ses joues, se reprit, et prit sa guitare pour composer un morceau en sa mémoire, il l'appellerait « Amor ».
A quelques rues de lui, sur un petit meuble de bois, derrière une porte verrouillée, un petit bout de papier avec un message griffonné, seule preuve que tout cela n'était pas un simple rêve, seule preuve qu'il l'a bien tenu dans ses bras cette nuit là… il disparaissait à présent pour toujours ne lui laissant que le souvenir de cette nuit…


Retour au sommaire